Une série de mails mise en lumière par la Justice des États-Unis embarrasse le constructeur Huawei. L’échange de messages montre en effet comment l’entreprise chinoise a volé un robot américain. Cela prouve aussi que pour monter une opération d’espionnage, l’email n’est pas l’outil le plus recommandé.

Quand on parle d’espionnage au niveau international, on est tenté d’imaginer des agents secrets à la James Bond qui communiquent via des technologies très sophistiquées et chiffrées de manière optimale. Mais dans la vraie vie et dans l’affaire qui concerne Huawei et les États-Unis, les faits sont bien moins épiques.

Le fabricant chinois est en effet bien embarrassé par un échange de mails mis en lumière par l’acte d’accusation signé par les procureurs fédéraux de l’État de Washington et relayé par Engadget. Dans cette série de messages, on peut lire comment des employés de Huawei ont planifié le vol d’un robot américain. Oui vous avez bien lu : le géant Huawei a orchestré une opération d’espionnage d’envergure… avec des emails. Nous voilà bien éloignés de l’univers de James Bond.

13 chefs d’inculpation

Mais avant d’aller plus loin, rappelons un peu le contexte. Le gouvernement américain a mis en examen Huawei pour treize chefs d’inculpation. Il est notamment reproché à l’entreprise d’avoir volé des technologies appartenant à l’opérateur T-Mobile. Or, l’échange de mails en question nous permet d’en apprendre un peu plus à ce sujet.

En mai 2012, Huawei a demandé à T-Mobile s’il pouvait obtenir une licence ou acheter au rabais son robot d’essai téléphonique nommé Tappy — ce dernier a servi à établir des normes pour une grande partie de l’industrie. L’opérateur américain a répondu par la négative et Huawei a donc tout simplement décidé de voler Tappy.

Des emails très compromettants

De 2012 à 2013, une bonne poignée d’employés de Huawei se sont régulièrement rendus au siège de l’opérateur pour essayer d’obtenir des informations sur Tappy. Malgré les nombreux rappels à l’ordre des représentants de T-Mobile, les « espions » ont continué de fouiner de manière insistante comme ils le rapportent dans les emails.

Ils y expliquent, entre autres, avoir réussi à glaner quelques précieuses informations depuis les laboratoires de T-Mobile, mais qu’ils ont du mal à mettre la main sur toutes les données souhaitées par Huawei. Dans plusieurs messages, il est question de prendre des mesures ainsi que des photos et des vidéos du robot en fonctionnement — alors que cela avait été formellement interdit par T-Mobile.

Les échanges durent ainsi toute une année jusqu’à ce qu’on l’arrive au mail le plus compromettant envoyé par l’un des employés de Huawei sur place à ses collègues.

Date: mai 2013
De: F.W. (Huawei China engineer)
À : engineers@huawei, jy@huawei, ax@huawei
Objet : Re: Bras robot

A.X. a pu retirer le bras du robot du laboratoire sans être détecté et j’ai pris des mesures exactes. Cependant, TMO a rapidement découvert que le bras avait disparu et A.X. a été forcé de rendre la pièce le lendemain. A.X. leur a dit que le robot avait été pris par erreur. Notre accès au laboratoire a été complètement révoqué et les employés de Huawei USA ne sont plus autorisés à entrer dans l’établissement sans surveillance.

J’ai joint les mesures détaillées du bras. Voir les photos pour plus de détails.

États-Unis vs Chine

Ces preuves semblent assez accablantes pour Huawei qui devrait avoir bien du mal à se sortir de ce faux pas. Rappelons que cela fait un bon moment que les États-Unis sont en conflit avec l’entreprise chinoise qui s’est ainsi retrouvée au cœur d’une rivalité politique et économique entre Washington et Pékin.

Sans surprise, la Chine a rapidement réagi pour apporter son soutien à Huawei. Maintenant, il va leur falloir préparer une défense en béton.

À lire sur FrAndroid : Autour de Huawei, la Guerre froide entre les États-Unis et la Chine se met à brûler