Ren Zhengfei, le fondateur de Huawei, a affirmé prendre Apple comme exemple concernant la protection des données de ses utilisateurs. Pour lui, il est hors de question de collaborer avec le gouvernement chinois si cela consiste à trahir la confiance de ses clients.

Crédit photo : The Australian

Le gouvernement de Donald Trump accuse depuis plusieurs mois déjà Huawei de ne pas être une entreprise digne de confiance. Et si la situation économique est maintenant revenue à la normale, le mal a été fait et le doute peut persister dans l’esprit de certains. Le chef du Pentagone (le Département de la Défense des États-Unis) juge par exemple la firme « trop proche » du gouvernement chinois pour être digne de confiance. Des employés du groupe ont d’ailleurs auparavant travaillé pour les services de renseignements de Beijing.

Ren Zhengfei, le fondateur de Huawei, s’est exprimé sur le sujet auprès du Financial Times (repris par CNBC). Il explique que son entreprise ne donnera les informations de ses clients au gouvernement chinois « à aucun prix ». Sur ce point, Apple reste son modèle. Pour mémoire, la marque à la pomme a déjà refusé à plusieurs reprises de déverrouiller des iPhone impliqués dans des enquêtes.

Pour appuyer cette décision, Ren Zhengfei avance des arguments à la fois économiques et personnels :

Nous ne ferons jamais une telle chose. Si je le faisais ne serait-ce qu’une fois, les États-Unis auraient des preuves à montrer au monde entier. Et alors les 170 pays et régions avec lesquels nous travaillons actuellement cesseraient d’acheter nos produits et notre compagnie s’effondrerait.

Après cela, qui paierait nos dettes ? Nos employés sont tous très compétents, ils démissionneraient et créeraient leur propre entreprise, me laissant seul pour rembourser nos dettes. Je préférerais mourir.

Pas de backdoor ?

Il finit par renvoyer la balle aux opérateurs, qui sont pour lui les principaux suspects lorsqu’il s’agit de récolter des données :

Les données appartiennent à nos clients, pas à nous. Les opérateurs doivent pister chaque utilisateur, sinon aucun appel téléphonique ne pourrait être passé. Il incombe à l’opérateur de récolter les données des utilisateurs. En tant que fournisseur d’équipement, nous ne récoltons rien.

En effet, pour réussir à obtenir des informations sur les utilisateurs des réseaux, Huawei devrait installer des portes dérobées dans ses équipements réseau, ou y intégrer directement du code transmettant un nombre important de données à des serveurs distants. Or, une telle manipulation passerait difficilement inaperçue et risquerait d’être rapidement découverte.