Le premier smartphone Huawei sous HarmonyOS pourrait arriver dès l’an prochain

 

La Huawei Developer Conference, qui se tient cette semaine, pourrait être l'occasion de découvrir HarmonyOS 2.0, la version améliorée du système d'exploitation du géant chinois. Et Richard Yu a même laissé entendre qu'un premier smartphone tournant sous cet OS serait prêt à être commercialisé très prochainement.

Huawei organise le 10 septembre prochain sa Huawei Developer Conference. L’événement devrait servir également à en dire un peu plus sur HarmonyOS, son système d’exploitation maison censé pallier l’absence d’un Android complet et des Google Mobile Services (GMS), même si la firme cherche des bêta-testeurs pour son interface EMUI 10.1 basée sur Android Open Source.

La firme chinoise a travaillé d’arrache-pied pour que son OS soit rapidement opérationnel et vienne compléter les Huawei Mobile Services et l’App Gallery déjà lancés.

Des produits sous HarmonyOS très vite

Désireux d’attirer dans son giron les multiples développeurs d’applications mobiles, à coup de financement, d’aides et de partenariats, Huawei aurait là une occasion toute trouvée pour montrer l’étendue de ses possibilités en matière d’écosystème HMS. Car, non seulement les smartphones seraient à l’honneur, mais aussi ses montres connectées, ses PC ou encore son immersion dans la maison connectée et les voitures. Le fameux potentiel de sa stratégie « 1+8+N » qui dirige toute la philosophie de l’entreprise depuis plusieurs mois.

Huawei présenterait alors lors de sa HDC une nouvelle version d’HarmonyOS et des produits qui mettraient en avant les prouesses de cette version 2.0. C’est en tout cas ce que le patron de la division grand public de Huawei, Richard Yu, a laissé entendre durant l’entretien. Il avance même qu’un smartphone tourne déjà sous HarmonyOS et serait commercialisé dès l’an prochain. « Les montres connectées Huawei seront cette année équipées d’HongmenOS (HarmonyOS en Occident, ndlr). Dans le futur, tous les produits IoT de Huawei, y compris les PC, tablettes et téléphones mobiles, pourraient utiliser HongmengOS », a-t-il ajouté.

Une puce Kirin 9000 qui pourrait être la dernière

Richard Yu reste confiant sur le fait que HarmonyOS va devenir un système d’exploitation de premier plan au même titre qu’iOS ou Android à l’avenir. Il ne cache pas que l’embargo américain est une sacrée épine dans le pied de Huawei, mais l’entreprise ne baisse pas les bras et réfléchit à la façon dont elle pourra continuer à fabriquer ses puces. Yu explique clairement que la prochaine puce Kirin 9000 ultra-performante haut de gamme que l’on retrouvera dans le Mate 40 cet automne pourrait mettre à mal les stocks et être la dernière, la sanction de Washington prenant effet au 15 septembre.

Huawei va donc tout tenter pour construire son écosystème HMS, mais aussi un combo entre ses puces conçues maison et HarmonyOS. Car Huawei conçoit, mais ne produit pas. C’est le rôle de TSMC qui fabrique actuellement en continu des puces qui doivent être livrées le 14 septembre au plus tard pour ne pas s’exposer non plus aux sanctions américaines.

Les derniers articles