HiLink : le plan de Huawei pour conquérir tous vos objets connectés

Et conquérir le monde ?

 

Huawei veut construire un écosystème très large en utilisant un protocole de communication développé par ses soins : HiLink. Le projet du géant chinois a déjà bien avancé en Chine, mais les ambitions de la firme sont internationales et s'inscrivent dans une stratégie baptisée « 1+8+N ». Décortiquons tout cela.

Aux abord du flagship store de Huawei à Shenzhen

Dans le monde de la tech, la force d’une marque peut se mesurer à celle de l’écosystème qu’elle a bâti. C’est ce qu’a su prouver Apple au fil des années. La qualité des produits de la firme à la pomme est évidemment plébiscitée par ses fans, mais si ces derniers lui restent aussi fidèles, c’est en grande partie parce qu’ils ont adopté corps et âme ce fameux écosystème souvent résumer à la trinité iPhone – MacBook – AirPods.

Toutes les marques de la tech rêvent de construire un écosystème pérenne où l’utilisateur exploite tout un tas d’appareils spécialement conçus à cet effet. Huawei n’échappe pas à cette règle et, à cet égard, le géant chinois nous a présenté sa stratégie baptisée « 1+8+N » et son protocole HiLink qui sera son outil principal pour atteindre ses objectifs.

Cela dit, avant d’aller plus loin, tentons de définir ce qu’est un écosystème.

Un écosystème

Dans une excellente vidéo datant de 2018, le célèbre YouTubeur MKBHD reprend la définition biologique du terme écosystème pour la transformer à la sauce technologique. On se retrouve ainsi avec l’explication suivante : « une communauté d’objets qui interagissent entre eux ».

Cette définition contient un verbe primordial : interagir. Quand elle s’efforce de créer un écosystème, une marque s’applique à faciliter au maximum les interactions entre les appareils qui le composent. Cela passe évidemment par un travail en profondeur sur les solutions logicielles afin que l’utilisateur ait à sa disposition un environnement connecté qui fonctionne sans heurt.

À terme, avec son smartphone, il peut contrôler le volume du téléviseur, paramétrer les options de sécurité de sa maison, transférer des fichiers rapidement sur son ordinateur ou vérifier le niveau d’essence de sa voiture. Dans le cas de Huawei, la quasi-totalité de ce projet repose sur une technologie appelée HiLink.

1+8+n

HiLink est protocole de communication développé par Huawei qui permet à tout type d’appareils d’interagir entre eux. Cependant, avant d’aller plus loin, attardons-nous un peu sur la stratégie de l’entreprise chinoise dans le secteur de l’internet des objets (IoT).

Comme nous l’avons mentionné plus haut, cette stratégie a été baptisée 1+8+N. Un nom étrange qui répond cependant à une logique. Le 1 représente le smartphone de l’utilisateur. Le téléphone est au centre de tout et est la principale porte d’accès à l’écosystème. Le 8 désigne huit types de produits que Huawei juge particulièrement importants dans le quotidien dudit utilisateur : les écouteurs, l’ordinateur, la tablette, le téléviseur, l’enceinte audio, les lunettes intelligentes, la montre connectée et l’automobile.

La voiture exceptée, vous noterez au passage que Huawei propose vend des produits dans chacune de ces catégories de produits (oui, même des lunettes connectées). En outre, la marque a noué un partenariat avec déjà 15 constructeurs automobiles (Mercedez-Benz, Audi…) afin de proposer dans un avenir proche des solutions embarquées sur le tableau de bord. Pour ces huit catégories d’appareils, l’idée est notamment de pouvoir accéder à distance à des contenus du smartphone.

Enfin, il y a le N. Cette lettre désigne la pléthore de partenaires confirmés ou potentiels invités par Huawei à intégrer leurs appareils électroniques dans cet écosystème. Or, c’est justement ici que HiLink est amené à déployer son plein potentiel.

HiLink est donc un protocole de communication que Huawei s’efforce de rendre aussi facile à adopter que possible. L’idée est de faire en sorte qu’une foultitude d’appareils soient contrôlables par l’utilisateur via une seule et unique interface où tout est centralisé : l’application HiLink dédiée. Il n’est d’ailleurs pas obligatoire d’avoir un smartphone Huawei pour utiliser cette plateforme.

Huawei HiLink (Mobile WiFi)

Huawei HiLink (Mobile WiFi)

Huawei compte déjà 200 partenaires et 500 produits compatibles disponibles en Chine tandis que plus de 1000 produits ont déjà été certifiés. Cela va de la poignée de porte sécurisée (avec par exemple le Français Legrand), à la bouilloire, en passant par le miroir connecté ou même les WC.

Dans quelques années, Huawei prévoit qu’un tiers des appareils domotiques en Chine soient intégrés dans le protocole HiLink.

Des conditions simples

Pour qu’un appareil puisse intégrer l’écosystème en expansion de Huawei, trois critères sont requis :

  • une puce compatible, capable d’interagir avec les autres appareils
  • le système LiteOS de Huawei
  • un SDK HiLink

À noter qu’il existe un autre type de produits, encore plus profondément ancré dans l’écosystème puisqu’ils ont été spécialement conçus pour fonctionner avec des appareils de Huawei. On différencie ainsi les objets « Design for Huawei » et ceux qui portent la mention « Works with Huawei HiLink ».

Cela n’est pas sans rappeler la stratégie appliquée par Xiaomi qui expose également des produits intégrés à son écosystème dans ses magasins.

Un produit conçu pour fonctionner avec des appareils Huawei et un autre compatible HiLink

D’ailleurs une bonne partie des produits compatibles avec HiLink sont en démonstration, et évidemment en vente, dans le flagship store de Shenzhen que nous avons visité. Rappelons à cet égard que la France aura également droit à un tel magasin dans sa capitale en 2020.

Et la France ?

D’ailleurs, parlons-en de la France. Nous avons parlé de HiLink, mais cet écosystème fonctionne pour l’instant uniquement en Chine. Or, les velléités du géant sont évidemment mondiales, en témoigne la présentation des Huawei P40 à Paris dans quelques mois.

Huawei reste assez vague sur le calendrier du déploiement de l’écosystème HiLink en dehors de ses frontières, mais plusieurs responsables pointaient vers des sorties commerciales dans le courant de l’année 2020. La France semble concernée, l’ouverture d’un flagship store à Paris sera d’ailleurs l’occasion de mettre en avant ce projet.

Le téléviseur connecté Huawei Vision devrait par ailleurs faire ses débuts dans l’Hexagone au deuxième semestre et le système HarmonyOS a été prévu pour s’insérer dans ce fameux protocole HiLink et l’utilisateur pourra contrôler ses objets connectés avec la TV.

Plein de produits différents dans l’écosystème HiLink

Soulignons qu’en France, comme ailleurs en Europe, Huawei doit aussi prouver qu’il peut construire une expérience utilisateur viable sur ses smartphones sans Google grâce aux Huawei Mobile Services. Ce n’est pas exactement la même problématique que celle abordée tout au long de cet article, mais ce concept d’écosystème reste également primordial.

C’est sur cette notion que se décidera l’avenir de Huawei à long terme.

NB : Notre journaliste Omar Belkaab était présent en Chine dans le cadre d’un voyage de presse organisé par Huawei.

Aux abord de la ville de Shenzhen en Chine, Huawei a crée le gigantesque campus Ox Horn dont le style architectural s’inspire librement des villes européennes telles que Paris, Bruges, Grenade ou Bologne. Nous avons…
Lire la suite

Les derniers articles