Même acculé, Huawei n’abandonnera pas ses puces Kirin si facilement

Huawei y croit encore et en cœur

 

Huawei ne baisse pas les bras face à l'embargo américain. Malgré sa situation très critique, l'entreprise promet de continuer d'investir dans la conception de ses puces Kirin, pourtant bien mises à mal par la sanction des États-Unis.

La puce Kirin 990 de Huawei

La puce Kirin 990 de Huawei // Source : Frandroid

En lisant la press tech, vous avez sans doute vu passer à plusieurs reprises des articles relatant la situation tendue dans laquelle se trouve Huawei. Tout récemment encore, le célèbre analyste Ming-Chi Kuo évoquait même la possibilité que le géant chinois se retire du marché des smartphones. Il faut dire que le groupe est sous le coup de l’embargo américain depuis plus d’un an. Embargo récemment renforcé par les États-Unis pour enrhumer les lignes d’approvisionnement de la firme.

On apprenait ainsi que le futur Mate 40 pourrait être le dernier smartphone de la marque équipé d’une puce Kirin. Pour rappel, ces SoC sont conçus par HiSilicon, une filiale de Huawei, et permettent au constructeur d’offrir une alternative aux omniprésents Snapdragon de Qualcomm. Or, à cause des États-Unis, la firme chinoise ne peut plus compter sur son fournisseur TSMC.

Conséquence : des ingénieurs de HiSilicon ont carrément commencé à quitter le groupe.

« Ne gâchez pas l’opportunité d’une crise »

Malgré cela, le président tournant actuel de Huawei, Guo Ping, a affirmé que sa société allait continuer d’investir dans le développement de puces Kirin et aider financièrement ses partenaires et fournisseurs dans cette optique. Le dirigeant a en effet diffusé une lettre auprès de ses employés intitulée « Ne gâchez pas l’opportunité d’une crise ». Dans son mémo, il admet que la sanction américaine pose « certaines difficultés », mais affirme que ces dernières ne sont pas insurmontables.

Guo Ping écrit notamment qu’il est confiant quant à la possibilité de résoudre ces problèmes. En outre, « HiSilicon se renforcera plusieurs années plus tard », promet-il. En d’autres termes, il y a de fortes chances qu’on n’entende pas beaucoup parler des puces Kirin dans les mois ou années à venir — après la série des Mate 40 –, mais Huawei n’admettra pas de sitôt qu’il abandonne ce projet.

Mission impossible ? L’avenir nous le dira. Précisons cela dit qu’en plus de durcir leur embargo, les États-Unis ont également suspendu la licence temporaire accordée à Huawei qui permettait pourtant à la marque de mettre à jour ses smartphones profitant encore d’Android avec les services Google.

Suite aux nouvelles restrictions imposées par Donald Trump, Huawei souhaite se montrer rassurant auprès de ses utilisateurs. Dans un entretien accordé à Huawei Central, le constructeur promet que ses smartphones déjà sur le marché recevront…
Lire la suite

Les derniers articles