La pénurie de Switch partiellement due à des bots acheteurs compulsifs

Des bots open-source achètent les stocks de Switch dès réapprovisionnement... pour faire flamber les prix

 

Acheter une Switch devient une affaire de plus en plus complexe aux Etats-Unis. Alors que la demande est en forte hausse suite au confinement, les prix flambent. Et tandis que l'intérêt pour la console de Nintendo augmente, des bots achètent massivement les stocks pour les revendre à prix d'or.

La Nintendo Switch voit ses prix s’envoler, tout particulièrement outre-Atlantique… et ce n’est pas uniquement la conséquence du confinement.

Parallèlement à l’arrivée de Disney + et au binge-watching sur Amazon Prime Video, Netflix ou encore Apple TV+, la Switch est devenue par la force des choses un pilier pour tromper l’ennui en période de confinement. Une situation qui n’est pas sans faire augmenter sérieusement la demande pour le petite console nomade de Nintendo, plus courue que jamais… et dont les tarifs s’envolent dans certaines régions du globe.

Si pour l’heure la France semble relativement épargnée, acheter une Switch outre-Atlantique peut à présent coûter cher, très cher. Entre 500 et 750 dollars sur eBay pour une console qui vaut d’ordinaire entre 300 et 400 dollars suivant les modèles. Une plus-value opportune pour certains revendeurs peu scrupuleux, qui peuvent compter sur un atout de taille pour s’accaparer les stocks : des bots open-source.

Acheter plus vite qu’aucun humain ne le pourra jamais

D’après une enquête conduite par Motherboard, et relayée par le site spécialisé GamesIndustry, des bots open-source seraient en effet utilisés pour racheter en très peu de temps des quantités massives de Switch sur les catalogues des principales enseignes américaines, comme Walmart, Best Buy ou encore GameStop. L’outil le plus utilisé ne serait autre que Bird Bot, proposé gratuitement, mais d’autres bots sont également mentionnés par Motherboard, comme Scottbot, Swift et Phantom — qui aurait été utilisé pour acheter plus de 500 Switch en 24 heures seulement.

Pour y parvenir, ces bots scannent les sites de e-commerce à la recherche de nouveaux listings pour des Nintendo Switch. Une fois les consoles identifiées, ces dernières sont ajoutées en masse aux paniers et achetées aussi sec, à une vitesse telle qu’aucun acheteur humain ne peut rivaliser, note GamesIndustry. Les stocks rapidement accaparés, sont ensuite proposés à d’autres revendeurs via des communautés sur Discord.

Le serveur sur lequel Motherboard a enquêté comportait jusqu’à 1000 utilisateurs actifs ces dernières semaines. De quoi expliquer en partie l’envolée des prix de la Switch aux Etats-Unis, notamment, et la difficulté de trouver une console sur les portails en ligne des boutiques et magasins traditionnels.

Nintendo promet plus de stock

Contacté par GamesIndustry, Nintendo a indiqué que des stocks étaient en chemin pour endiguer la pénurie de plus en plus critique outre-Atlantique depuis l’apparition du Covid-19 et le début du confinement.

Les enseignes américaines, elles, assurent faire de leur mieux pour limiter l’achat de consoles par des bots et ainsi réserver leurs stocks, déjà limités, à de vrais acheteurs. Pour ce faire, elles misent notamment sur des systèmes anti-bots, mais aussi sur des analyses de trafic avalisant — ou non — les achats.

Les derniers articles