Galaxy Book 3 Ultra, One UI, Oled : Samsung nous explique comment il a conjugué PC et Galaxy

 

Fort de son expertise dans le smartphone, Samsung repart à la conquête du marché des PC. Nous avons pu interroger le responsable de la conception du Galaxy Book 3 sur les choix, mais aussi les contraintes de la marque.

Source : Chloé Pertuis – Frandroid

Samsung peut-il dominer le PC comme il a conquis le smartphone ? Lors du MWC 2023, Frandroid a eu l’opportunité de rencontrer Hark-sang Kim, l’une des têtes pensantes derrière le Galaxy Book 3 Ultra. Il est plus précisément vice-président exécutif et directeur de l’équipe de R&D New Computing au sein de la division Mobile eXperience Business de Samsung Electronics, ce qui signifie qu’il a eu la main sur les choix techniques derrière la création de l’ultraportable haut de gamme de Samsung.

Nous avons échangé avec lui sur différents aspects de la conception du flagship comme l’interface, les challenges d’un écran Oled, la réparabilité et le futur de la marque Odyssey.

Apporter l’expérience Galaxy sur Windows

Un PC portable sous Windows et un smartphone sous Android, c’est très différent. Contrairement au monde mobile, Samsung n’a pas totalement la main sur la conception de l’interface utilisateur. Là où un smartphone Galaxy se distingue immanquablement d’un smartphone Xiaomi sous MIUI, les PC portables proposent peu ou prou tous la même interface, celle de Windows 11. Pour autant, Samsung a souhaité se différencier des concurrents.

Hark-sang Kim nous explique que « plusieurs fonctionnalités clés du Galaxy Book 3 Ultra, comme la synchronisation avec un smartphone Samsung ou la possibilité d’utiliser une tablette Galaxy comme second écran, font partie d’une expérience One UI plus large ». Cette expérience, Samsung promet « de la maintenir pendant plusieurs années avec des mises à jour », comme elle le fait avec ses smartphones. Pour donner un exemple simple et concret, Samsung veut maintenir à jour les applications préinstallées sur son Galaxy Book pour que les icônes correspondent bien à celles des futures versions de One UI sur smartphone.

Le savoir-faire de Samsung dans l’Oled

Cela ne s’arrête pas à une simple interface logicielle. Nous avons notamment souhaité l’interroger sur l’intégration de l’écran Amoled aux ordinateurs Samsung. Ce type de technologie d’écran est de plus en plus populaire sur les PC haut de gamme, mais la crainte d’un marquage à l’écran (burn-in) sur le long terme est toujours là.

Les promesses sont fortes

 

Sur ce sujet, il ne botte pas en touche et nous détails en quelques points ce que Samsung a mis en place pour éviter les problèmes. Tout d’abord, et on peut lui accorder ce point, il nous rappelle que « la firme intègre depuis de nombreuses années des écrans Oled à ses produits mobile » et qu’elle s’est donc forgée « une expertise en la matière ». Sur PC, cela fait quatre à cinq ans que Samsung Electronics propose des écrans Oled et « tous les deux ans, la technologie évolue pour devenir plus durable ». Les dalles qui équipent aujourd’hui les PC portables de Samsung portent en elles « les fruits de ces améliorations », mais ce n’est pas tout.

Samsung a élaboré plusieurs techniques avec Microsoft pour réduire les risques. La plus connue est celle du pixel shift, déjà utilisé sur de nombreux écrans. Elle consiste en un déplacement de l’image affichée sur la dalle pour dynamiser les pixels et s’assurer qu’ils n’affichent pas trop longtemps le même élément.

On peut changer le stockage

En 2023, impossible de passer à côté d’enjeux tels que l’impact sur l’environnement que la réparabilité du produit. Ici, pour un ultraportable, Samsung ne promet pas de miracles. Lors de notre rencontre, nous avons pu assister à une démonstration du démontage de l’appareil. Celui-ci nous a paru très facile et ne prenait que quelques secondes. Il suffit de retirer quelques vis pour ouvrir le châssis et accéder au stockage de l’appareil. Le Galaxy Book 3 Ultra propose un port NVMe facile d’accès pour permettre à l’utilisateur de rajouter du stockage supplémentaire. La marque aurait pu ailler plus loin, mais chaque petite victoire est bonne à prendre.

Et des PC Gaming Samsung Odyssey ?

Samsung propose uniquement des ultraportables de travail sur le marché, mais la firme propose des moniteurs s’adressant aux joueurs de jeux vidéo avec sa gamme Odyssey. Le marché du PC portable gaming étant en vogue, on peut se demander si Samsung compte s’y essayer. Hark-sang Kim n’exclut évidemment pas cette possibilité sans la confirmer pour autant.

Samsung Odyssey Neo G9 de dos // Source : Robin Wycke – Frandroid

L’ingénieur choisit bien ses mots pour nous expliquer que « le Galaxy Book 3 Ultra, avec sa GeForce RTX 4070 60W, peut déjà offrir du jeu vidéo » et que Samsung souhaite avant tout miser sur une expérience ultramobile. Pour autant, Samsung est « toujours ouvert » à l’idée d’étendre sa gamme vers Odyssey.

Ce que Samsung ne nous a pas dit

Nous avons aussi posé des questions sur certains choix techniques, ou plutôt sur des contraintes que doit subir aujourd’hui Samsung. Hark-sang Kim a en effet insisté sur « l’importance de la mémoire vive accessible au CPU et de la mémoire vive plus rapide accessible au GPU ». Aujourd’hui, Apple propose pourtant d’unifier ces deux volumes pour un seul pool de mémoire unifiée à très haute vitesse et cela réussit grandement aux puces M1 et M2 de la marque. Si Apple peut se le permettre, c’est grâce à la maitrise technique de son matériel et notamment l’utilisation de l’architecture ARM pour réunir la mémoire, le CPU et le GPU au sein d’un même SoC.

La puce M2 Max // Source : Apple

Face à cette contradiction, Hark-sang Kim préfère mettre en avant ses partenaires comme Intel, Nvidia ou Microsoft qui permettent à Samsung de commercialiser son Galaxy Book 3 Ultra dès aujourd’hui.

S’il ne l’admet pas ouvertement, le fabricant doit aussi faire avec un héritage du PC qui est moins agile, toujours tiré par l’architecture x86 d’AMD et Intel. Windows sur ARM n’est toujours pas une solution vraiment convaincante et Qualcomm n’est pas aussi pertinent avec ses Snapdragon qu’il ne l’est sur smartphone. La firme n’a donc pas vraiment d’autres choix que de patienter si elle veut espérer proposer un jour des solutions aussi différenciantes qu’Apple aujourd’hui.


Si vous voulez recevoir les meilleures actus Frandroid sur WhatsApp, rejoignez cette discussion.