Les smartphones avec 16 Go de RAM arrivent, pour se préparer à la 5G

 

Samsung lance la production de masse des puces mémoires RAM LPDDR5 de 16 Go. Selon le constructeur, elles permettront d'accompagner les nouveaux usages liés à la 5G et à l'amélioration de l'intelligence artificielle, notamment dans le domaine de la photo.

Alors que les smartphones avec 12 Go de RAM commencent peu à peu à devenir la norme sur le haut de gamme Android, certains constructeurs pensent déjà à l’étape d’après. Samsung par exemple a d’ores et déjà annoncé une version 16 Go de son Galaxy S20 Ultra, qui arrivera un peu plus tard dans l’année, et la rumeur veut que le prochain smartphone gaming de Black Shark, le Black Shark 3, embarque également 16 Go de RAM.

Pour aller plus loin
Prise en main du Galaxy S20 Ultra

Il n’est donc pas très étonnant d’apprendre que Samsung a lancé le 25 février la production de masse de modules LPDDR5 de 16 Go. La marque coréenne se targue dans son communiqué de proposer « les performances et la capacité les plus élevées du secteur ».

5,5 Gb/s

Il faut dire que, comme sur ses précédents modules de 12 Go de LPDDR5, Samsung propose ici un taux de transfert des données de 5,5 Gb/s, contre 4,3 Gb/s environ sur ses modules LPDDR4X les plus rapides, soit une augmentation de 30 % d’une génération sur l’autre.

Avec ses 8 puces de 12 Gbits et ses 4 puces de 8 Gbits, ce module propose deux fois plus de capacité que 8 Go de LPDDR4x avec une économie d’énergie de 20 %. C’est là un point important pour des produits comme les smartphones et les ordinateurs portables, pour qui l’autonomie est importante malgré les besoins énergétiques toujours plus conséquents nécessaires à l’intégration de nouvelles fonctionnalités, comme les écrans 90 ou 120 Hz par exemple.

Objectif : 5G

Samsung indique que l’arrivée des modules de 16 Go de RAM permettra d’exploiter des capacités supplémentaires de nos téléphones liées à la 5G et à l’intelligence artificielle. Sont cités notamment le jeu avec des graphismes riches et la photographie computationnelle.

Ce n’est d’ailleurs qu’un premier pas puisque Samsung annonce déjà que la production de la 3e génération de modules de classe 10 nm (entre 10 et 19 nm donc) devrait débuter au cours du second semestre de l’année avec des chipsets proposant des débits de 6,4 Gb/s. Ces puces seront destinées aux smartphones bien sûr, mais aussi aux ordinateurs portables et au marché automobile. Cette nouvelle génération en revanche risque de ne pas être disponible dans des produits commerciaux avant 2021.

Les derniers articles