Tesla : à quoi sert vraiment la caméra dans l’habitacle ? C’est ce que se demandent les autorités américaines

 

L'agence américaine en charge de la sécurité routière s'interroge sur l'utilité de la caméra installée dans l'habitacle des Tesla. Celle-ci pourrait avoir joué (ou pas) un rôle dans plusieurs accidents par le passé.

Depuis son lancement en 2014 sur la Tesla Model S, l’Autopilot n’a cessé de faire parler de lui et parfois de créer la polémique. Et pour cause, ce système de conduite semi-autonome de niveau 2, associant un dispositif de maintien dans la voie à un régulateur de vitesse adaptatif a été impliqué dans des accidents, parfois mortels. Dans la plupart des cas, ces derniers étaient causés par la négligence et le manque d’attention des conducteurs, certains allant même jusqu’à dormir ou regarder des films.

Une véritable caméra de surveillance

Si l’Autopilot vérifie la présence du conducteur via des capteurs situés sur le volant, une fonctionnalité supplémentaire a vu le jour l’an dernier. Si les rumeurs évoquaient déjà la volonté de Tesla de surveiller le niveau d’attention des automobilistes via une caméra installée dans le rétroviseur intérieur, c’est maintenant chose faite. Comme le précise une note issue de la mise à jour 2021.4.15.11 : « La caméra intérieure située au-dessus du rétroviseur peut désormais détecter et alerter le conducteur s’il n’est pas attentif lorsque l’Autopilot est engagé. Les données issues de la caméra restent dans le véhicule, ce qui signifie que le système ne peut sauvegarder ni transmettre des informations si l’option de partage des données n’est pas activée« .

Cette caméra sert donc tout simplement à surveiller le comportement du conducteur. Néanmoins, celle-ci intéresse très fortement la NHTSA, qui n’est autre que l’agence fédérale américaine en charge de la sécurité routière. Comme l’explique Automotive News, celle-ci a en effet ouvert une enquête en 2021 à la suite d’une douzaine d’accidents impliquant des Tesla ayant percuté des véhicules d’urgence à l’arrêt. Ce qui a surpris les enquêteurs, c’est dans onze cas, aucun conducteur n’a tenté d’éviter la collision, ce qui laisse penser que ces derniers faisaient peut-être autre chose en conduisant. Selon un communiqué de l’AFP, l’enquête avait été étendue à 191 accidents, « dont 85 ont été attribués à des facteurs extérieurs« . Selon l’agence, « il existe des indications selon lesquelles le conducteur n’était pas suffisamment réactif » en ce qui concerne les autres collisions.

Tesla sommé de s’expliquer

La NHTSA poursuit donc son enquête et s’intéresse désormais de très près à cette fameuse caméra, qui pourrait donner de précieux indices sur l’implication ou non des conducteurs dans ces accidents. Dans une lettre de neuf pages, l’agence demande alors à Tesla de répondre aux questions au sujet du rôle que joue la caméra intérieure dans la surveillance de l’engagement et de l’attention du conducteur. La marque a jusqu’au 12 octobre prochain pour s’exprimer à ce sujet et donner des explications.

On imagine que la fonctionnalité de surveillance de l’attention des conducteurs par la caméra n’était pas encore activée dans ces accidents analysés par la NHTSA.

En juin dernier, l’enquête est passée du stade d’évaluation préliminaire à celui d’analyse d’ingénierie. Il s’agit de la dernière étape avant le rappel, qui pourrait alors concerner plusieurs centaines de milliers de véhicules. Selon Automotive News, pas moins de 830 000 voitures de la marque sont en effet équipés de l’Autopilot. Néanmoins, tous les conducteurs ne sont pas logés à la même enseigne. En effet, si la fonctionnalité de surveillance du conducteur est disponible depuis mai dernier, elle n’a par exemple été activée qu’en fin d’année pour certains. Reste à savoir ce que conclura l’enquête, qui pourrait déboucher sur une interdiction pure et simple de l’utilisation de l’Autopilot aux Etats-Unis dans le pire des cas, même si cela reste très peu probable.

Présenté comme le système le plus avancé aujourd’hui, le « Pilotage automatique » de Tesla recèle de caractéristiques, d’algorithmes et de processus d’évaluation.
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles