Pourquoi Tesla et Apple sont au coeur d’un procès autour de l’Autopilot

 

Dans le collimateur de la justice américaine à la suite d'un accident mortel impliquant son système de conduite semi-autonome Autopilot, Tesla passera devant le juge avec ses voitures électriques et son Autopilot. Mais la firme ne compte pas y aller seule et veut également impliquer Apple dans ce procès étonnant. En cause : l'accident aurait eu lieu alors que le conducteur jouait à un jeu-vidéo sur son iPhone.

Navigation Autopilot sur Tesla Model 3 // Source : Bob Jouy pour Frandroid

Cela fait maintenant plus de 10 ans que Tesla propose la conduite semi-autonome dans ses voitures, grâce à sa technologie connue sous le nom d’Autopilot. Cette dernière est en effet arrivée en 2013, avec le lancement de la Model S.

Un procès historique

Ce dispositif, qui atteint pour l’heure le niveau 2 nécessite une attention constante de la part du conducteur. Ce dernier doit toujours avoir un œil sur la route et surtout, il ne peut en théorie pas retirer les mains du volant. En somme, la voiture peut conduire « seule » sur l’autoroute, mais sous étroite surveillance. Sur le papier, cette technologie rend la conduite plus sûre, mais dans les faits, ce n’est pas toujours le cas, bien au contraire.

Car depuis de nombreuses années, l’Autopilot est dans le collimateur de la justice et des pouvoirs publics, en raison de nombreux accidents. Ainsi, la Sécurité Routière américaine (NHTSA) avait ouvert une enquête l’an dernier à la suite d’une collision mortelle impliquant une Tesla et un camion de pompier. Mais les soucis avaient déjà débuté bien avant cette terrible affaire.

En 2018 déjà, un propriétaire de Tesla Model X avait perdu la vie à la suite d’un accident qui s’était produit alors que la voiture était en mode Autopilot. La famille avait porté plainte contre le constructeur américain, qui se retrouve aujourd’hui au cœur d’un procès de grande ampleur. À l’époque, un rapport indépendant relayé par Les Echos n’avait pas pu établir sa responsabilité, tandis qu’Elon Musk affirmait que le conducteur n’avait pas les mains sur le volant comme il l’aurait dû.

Mais l’affaire est loin d’être terminée. Car l’homme au volant, Wei “Walter” Huang, était un ingénieur travaillant pour Apple. Et selon Tesla, ce dernier jouait sur son téléphone lorsque l’accident mortel s’est produit. Le rapport d’accident indiquant d’ailleurs que le véhicule avait accéléré durant les trois secondes précédant la collision, et qu’aucune tentative de freinage n’avait été enregistrée. Ce qui peut confirmer que le conducteur n’avait pas vu ce qu’il se passait.

Apple désormais impliqué

Mais quel est le rapport entre Tesla et Apple dans cette affaire, si ce n’est que la victime était salarié de la firme à la pomme ? Et bien le site américain The Verge nous explique que le constructeur souhaite faire appel à la firme de Cupertino pour organiser sa défense. Comment ? En demandant à cette dernière de témoigner en sa faveur, afin qu’elle soit innocentée. C’est ce que soupçonne la famille de Wei Huang, qui affirme Apple de s’être engagé à aider Tesla dans sa défense.

Pour cela, les deux entreprises pourraient mettre en avant une déclaration de James Harding, ingénieur pour la marque de smartphones lors du procès. Ce dernier indique que cette dernière a déterminé qu’un jeu de stratégie était activement utilisé lors de l’accident. Tesla prévoit également de faire venir l’ingénieur en tant que témoin à la barre. De son côté, l’avocat de la famille du conducteur a assigné Apple à comparaître, mais l’entreprise a déposé une demande pour annuler cette demande.

Selon ses avocats, elle n’est absolument pas impliquée dans cette bataille judiciaire, bien qu’elle soit prête à « travailler de bonne foi avec les parties et à remplir ses obligations en tant que témoin non partie« . De son côté, le National Transportation Safety Board (NTSB), en charge de l’enquête a également prouvé qu’un jeu faisait partie des applications les plus utilisées par Wei Huang au moment de l’accident mortel.

Cependant, les enquêteurs n’ont pas réussi à déterminer si ce dernier jouait activement au moment où le SUV électrique a percuté le terre-plein en béton. Reste donc à attendre l’issue de ce procès historique pour Tesla, qui a toujours réussi à prouver son innocence lors des dernières actions qui ont été intentées contre elle.