Pourquoi le prix des voitures d’occasion explose ? L’exemple de Tesla

Des voitures d'occasion se vendent plus chers que les neuves !

 

Si vous êtes à la recherche d'une Tesla, vous avez sans doute remarqué des délais de livraison assez conséquents, et une hausse des prix elle aussi conséquente ces dernières semaines. Pourquoi ne pas donc s'orienter vers un modèle d'occasion nous direz-vous ? Tout simplement parce qu'eux aussi sont pris d'assaut et ont vu leur tarif exploser.

Tesla

En 2021, Tesla a une nouvelle fois signé une année record à peu près partout dans le monde. Tesla a pratiquement doublé son nombre d’immatriculations en 2021 par rapport à 2020, avec 936 172 véhicules écoulés. En Europe, même son de cloche, Tesla a vendu 167 549 voitures et est arrivé en tête dans le classement des voitures électriques, devant Volkswagen (166 357 unités vendues) et Renault (97 129 unités).

La France ne déroge pas à la règle, puisque c’est une Tesla qui est parvenue à déloger la Renault Zoé de la première place des voitures électriques vendues dans l’Hexagone. La Model 3 a trouvé 24 911 preneurs, contre 23 573 pour son dauphin, la Zoé. Loin derrière, c’est la Peugeot e-208 qui complète le podium avec 17 858 unités.

Des prix neufs qui n’ont cessé d’augmenter

Il faut dire que la Tesla Model 3 était particulièrement avantageuse financièrement parlant l’année dernière en France. Les modèles de base, dont l’autonomie est déjà largement suffisante pour la plupart des automobilistes, s’échangeaient autour de 36 800 euros une fois le bonus déduit. Et aujourd’hui, si le bonus n’a pas bougé grâce aux prolongements des aides, les prix de la Model 3 ont explosé, la faisant ainsi sortir du seuil de déclenchement du bonus maximum de 6 000 euros.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, en France, la Tesla Model 3 s’échange à partir de 53 490 euros, une somme qui s’est stabilisée après plusieurs hausses consécutives. Ainsi, la Model 3 de base n’est plus assujettie au bonus maximum, mais à un bonus intermédiaire de 2000 euros, son prix de base est donc désormais de 51 490 euros. Si vous faites donc le calcul, en l’espace de moins d’un an, la Model 3 a vu ses tarifs augmenter de 14 690 euros !

Model 3 Tesla
En l’espace de quelques mois, en France, le prix d’achat d’une Tesla Model 3 a presque grimpé de 15 000 euros !

Pourquoi une telle hausse des prix du neuf, mais aussi de l’occasion ?

Pour ne rien arranger à la situation, Tesla est, comme beaucoup d’autres constructeurs, touché par les pénuries de composants en raison des différents conflits géopolitiques actuels. Ainsi, au moment où nous écrivons ces lignes, une Tesla Model 3 de base est livrable, en France, entre le mois de janvier et mars 2023, soit plus de 6 mois de délai. Il en va de même pour la version Grande Autonomie. Seule la variante Performance peut être livrée plus tôt, puisque Tesla annonce une livraison en fin d’année 2022.

Et la Model 3 n’est pas la seule épargnée, puisque le Model Y, qui est désormais produit du côté de Berlin, en Allemagne, n’est pas livrable avant la fin de l’année, dans le meilleur des cas. La Gigafactory est encore en « rodage » en quelque sorte avant d’atteindre sa capacité de production maximale.

Concernant les Model S et Model X, Tesla semble être dans le flou le plus total, puisqu’il n’est plus possible de commander ces deux modèles en Europe, mais simplement de les précommander. Le site de la marque indique que « les tarifs et options seront finalisés à l’approche des premières livraisons. Vous serez invité à finaliser votre commande une fois que les tarifs et les options définitifs seront communiqués. Dans l’intervalle, votre commande est considérée comme une précommande pouvant être annulée et remboursée intégralement ».

La demande augmente, les prix flambent

Par conséquent, depuis le début de l’année, nous avons assisté à un phénomène assez nouveau. Enfin pas tout à fait pour Tesla, puisque les modèles d’occasion étaient souvent pris d’assaut, mais les prix des modèles restaient logiquement en dessous de ceux du neuf. Certains modèles d’occasion s’affichent désormais pratiquement, voire plus chers que le neuf, et ce phénomène s’est encore accentué ces dernières semaines.

Nous pourrions succinctement résumer cette situation par la fameuse phrase toute faite de « la loi de l’offre et de la demande », et c’est effectivement le cas en soi, même si c’est un peu plus compliqué que cela pour le cas de la firme californienne qui, comme depuis son arrivée sur le marché automobile, ne fait rien comme les autres.

Avec des délais à rallonge et des prix neufs qui ont largement augmenté, certains clients se tournent donc vers le marché de l’occasion. Sauf qu’il est évidemment pris d’assaut, et les vendeurs profitent de la demande exponentielle pour faire grimper les prix. Il suffit de faire un tour sur les sites d’annonces spécialisés pour s’en rendre compte. Même sur le site officiel Tesla, au sein de l’onglet occasion, certains modèles s’affichent pratiquement au même prix que le neuf, mais avec 20 000, voire 30 000 km de plus pour certains.

Capture d’écran 2022-07-05 à 13.22.18

Sur la capture d’écran enregistrée ci-dessus de la partie occasion du site de Tesla, nous pouvons voir une Tesla Model 3 Performance affichée à 69 590 euros avec 8 874 km alors qu’elle s’échange moyennant 66 490 euros en neuf. Certes, le modèle d’occasion pris en exemple est équipé de l’option « Autopilot amélioré » (3 800 euros) portant son prix neuf à 70 290 euros, mais toujours est-il que le prix d’occasion se rapproche énormément du prix neuf, et nous sommes bien loin des « 25 % du prix perdu dès que la voiture neuve quitte la concession ».

Autre exemple, visible sur la capture d’écran ci-dessous, un Tesla Model Y affichant 19 725 km au compteur qui est affiché à 71 990 euros, soit exactement le même prix que le modèle neuf.

Capture d’écran 2022-07-05 à 13.22.59

C’est un phénomène que l’on peut voir sur des voitures vendues en édition limitée, comme chez Porsche ou Ferrari par exemple, mais en aucun cas chez un constructeur généraliste. Cette tendance n’est pas propre à la France, puisque nos confrères américains d’Electrek donnent plusieurs exemples, comme un Model Y affichant 24 000 km vendu 1 000 dollars plus cher qu’un modèle neuf.

Précisons également qu’en France, il y a un autre phénomène particulier sur le marché de l’occasion des Tesla. Certaines sociétés spécialisées dans l’importation et l’exportation de voitures ont profité du système de bonus pour revendre, à partir de six mois, une Model 3 vers d’autres pays qui n’ont pas d’aides et donc un tarif neuf beaucoup plus élevé. Cela permettait à ces sociétés de réaliser de jolies plus-values, avec de nombreuses voitures qui partaient notamment aux Pays-Bas ou en Norvège, où une Model 3 s’échangeait beaucoup plus cher en neuf à l’époque par rapport à la France. Mais avec l’augmentation des prix dans l’Hexagone, ce phénomène a disparu aussi vite qu’il est apparu.

Tesla n’est pas la seule marque concernée

Avec des délais de livraison à rallonge en raison de la pénurie de composants, de la crise du Covid et de la guerre en Ukraine, mais aussi avec le législateur qui pousse à l’achat d’un modèle électrique, le marché de la voiture neuve est pris en tenaille, et il n’y a pas que Tesla qui en souffre. Par exemple, du côté du groupe Volkswagen, il faut attendre certains modèles hybrides rechargeables plus d’un an et demi ! Il en va de même chez Mercedes, où certains modèles, comme l’EQS notamment, seront livrés un an après la prise de commande.

Une récente étude d’iSeeCars.com révèle que les Tesla sont loin d’être les pires avec ce phénomène de voitures d’occasion plus chères que les neuves. Par exemple, pour un imposant Mercedes Classe G, certains modèles d’occasion récents s’échangent 21,5 % plus cher que le neuf aux États-Unis ! Et certains modèles plus « conventionnels » ne sont pas non plus épargnés, puisqu’un simple Toyota RAV4 hybride, une Corolla hybride ou encore un Ford Mustang Mach-E sont aussi concernés.

Et un retour à la normale n’est pas à espérer avant 2023, voire 2024 selon certains constructeurs, dont Volkswagen. Après cette date, ce serait un autre « problème » qui prendra le relais, car certains acteurs de l’industrie automobile annoncent déjà d’éventuelles pénuries de batterie à l’horizon 2026, comme l’a récemment déclaré Carlos Tavares, le patron de Stellantis. Quelque chose nous dit que le prix des voitures d’occasion n’est peut-être pas encore prêt de descendre, et pas seulement celui des Tesla.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles