Pourquoi Ionity augmente les tarifs de son réseau de super chargeurs électriques

Une augmentation nécessaire

 

Comme nous l'annoncions, le réseau Ionity a décidé de modifier sa politique tarifaire appliquée à l'utilisation du réseau de chargeurs rapides pour voitures électriques. Cette augmentation de prix est loin d'être une surprise, on vous explique pourquoi.

Qu’est-ce que Ionity et qui est derrière ce réseau ?

Ionity est une solution de recharge rapide pour voitures électriques concurrente aux superchargeurs de Tesla. Derrière Ionity se trouve un consortium de nombreux constructeurs automobiles allemands (Audi, BMW, Ford, Mercedes, Daimler, Porsche…) ainsi que d’autres fabricants (Ford, Kia-Hyundai).

Carte du réseau Ionity en janvier 2020

D’autres groupes étaient en discussion avec ce consortium, dont le Français PSA (Citroën, Peugeot, DS, Opel…) mais aussi Jaguar ou encore étonnamment Tesla. J’écris « étonnamment », car le réseau Ionity est un réseau conçu pour proposer une alternative aux superchargeurs de Tesla.

Qui peut accéder au réseau Ionity ?

Contrairement au réseau Tesla, le réseau Ionity est accessible à l’ensemble des voitures électriques quelle que soit la marque. Si vous avez une voiture Tesla, vous pouvez donc utiliser un chargeur Ionity pour charger votre voiture (si votre prise est compatible).

Fin 2020, Ionity devrait proposer environ 400 stations de recharge en Europe, contre 200 actuellement. En France, il y a 46 points de recharges, dont trois en construction.

À titre de comparaison, Tesla possède plus de 1 800 stations de charge en Europe, dont environ 100 en France. La différence est donc énorme entre ces deux réseaux.

Certaines stations Ionity sont capables de charger jusqu’à 350 kW, ce qui est une vitesse de charge inédite même face à Tesla (la V3 permet d’atteindre 250 kW). Il y a néanmoins des limites, chaque site est conçu pour délivrer au maximum 1,2 mégawatt, soit une puissance suffisante pour alimenter simultanément six voitures chargeant jusqu’à 200 kW.

Combien ça coûte de charger sa voiture électrique avec Ionity ?

Jusqu’à début 2020, cela coûtait 8 euros TTC la session de charge quel que soit le temps passé sur la borne et quel que soit la puissance utilisée. Pour comparaison, si on chargeait une Tesla Model 3 (Grande Autonomie, capacité de batterie 75 kWh et une puissance maximale de 250 kW pour une autonomie de plus de 450 kilomètres) jusqu’à maintenant, voici ce que vous coûtait un plein (une charge complète) :

  • Chez vous en courant alternatif (AC) : environ 14 euros (0,1450 euro le kWh + le classique abonnement annuel d’environ 100 euros)
  • Réseau Ionity : 8 euros (jusqu’à début 2020)
  • Réseau de superchargeurs de Tesla : environ 24 euros (0,24 euro le kWh)
  • Réseau Total : environ 45 euros (0,55 euros le kWh)

Début 2020, Ionity a cependant annoncé un changement de politique tarifaire. La nouvelle grille tarifaire adopte un prix au kWh à 0,79 euro, toujours accessible à toutes les voitures quel que soit la marque. Cela donne donc un tarif de charge complète d’environ 63 euros pour une Model 3 Grande Autonomie, soit un coût plus élevé qu’un plein de carburant (en fonction des caractéristiques de sa voiture).

Évidemment, ce n’est pas si simple : les fabricants du consortium vont appliquer des tarifs différents pour leurs utilisateurs. En effet, Audi a annoncé un tarif de 0,33 euro au kWh avec un abonnement de 17 euros par mois, tandis que Volkswagen continuera d’appliquer un tarif de 8,40 euros pour une session. Il y a également des réflexions pour mettre en place des forfaits mensuels et annuels, mais aussi en fonction de la vitesse de charge souhaitée. La tarification est donc plus proche de celle de Tesla pour les fabricants partenaires du réseau.

Pourquoi Ionity a modifié ses tarifs début 2020 ?

Ce nouveau tarif fait évidemment couler beaucoup d’encre, une charge complète est potentiellement plus onéreuse qu’un plein d’essence si vous avez un véhicule électrique d’une marque non membre du réseau Ionity.

Cette modification des tarifs était pourtant attendue et elle semble tout à fait logique, il en va dans l’intérêt des membres de ce consortium. Les fabricants qui le composent sont des concurrents qui ont eu une démarche commune pour contrer Tesla. Ionity, comme les superchargeurs de Tesla, est un facteur de réussite pour ces fabricants et c’est un argument clé pour les utilisateurs qui considèrent l’achat d’une voiture électrique.

Ionity, comme les superchargeurs de Tesla, est un facteur de réussite pour ces fabricants et c’est un argument clé pour les utilisateurs qui considèrent l’achat d’une voiture électrique

Il semble donc logique que les membres du consortium puissent accéder à une plus grande liberté dans leur politique tarifaire. Porsche pourrait, par exemple, offrir l’accès au réseau Ionity à ses clients qui ont acheté un modèle haut de gamme Taycan comme le fait déjà Tesla sur certains modèles de voitures (Model X et S).

Cette augmentation de tarifs est dommageable pour les clients Tesla, ce qui était sûrement recherché par les membres du consortium, mais c’est encore plus compliqué pour les autres constructeurs, non-membres du réseau Ionity. En particulier les groupes français Renault-Nissan et PSA.

Les propriétaires d’un véhicule électrique d’une des marques françaises vont payer le prix fort la charge sur le réseau Ionity. Surtout que ce réseau de chargeurs rapides est une des seules alternatives aux superchargeurs de Tesla, les dernières voitures électriques Peugeot et Opel ont la charge rapide… mais elles ne pourront pas l’utiliser à un tarif raisonnable. Un tour de force des fabricants allemands.

Les derniers articles