En hiver, l’autonomie des voitures électriques diminue avec le froid : voici le classement

 

L'autonomie d'une voiture électrique varie fortement selon les conditions routières et la températures. Mais dans quelle mesure ? C'est ce qu'a voulu savoir l'entreprise Recurrent, qui a comparé douze modèles différents en hiver. Et les résultats sont très variables.

L’hiver arrive et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour tout le monde. Outre les conditions routières dégradées et la mauvaise adhérence, qui peut être compensée par les chaussettes ou les chaînes à neige, le froid a aussi un impact sur la consommation des voitures. Si c’est le cas pour les modèles thermiques, ce sont surtout les véhicules électriques qui sont les plus touchés. Car c’est un fait, cette motorisation n’aime pas vraiment l’hiver.

Le froid, ennemi numéro 1

En effet, lorsque les températures baissent, la consommation des voitures électriques augmente, avec une hausse allant parfois jusqu’à 30 %.

En cause, la batterie froide qui a besoin d’énergie pour atteindre une température optimale, ainsi que l’usage du chauffage pour le confort des passagers. Mais aussi à cause de la tension qui diminue au sein des cellules. Résultat, l’autonomie fond alors comme neige au soleil. Mais ce n’est pas tout. Car le froid a aussi un impact sur la recharge.

Là encore, cela a à voir avec les cellules de la batterie, qui possèdent une température nominale de fonctionnement oscillant entre 25 et 35°. Si celle-ci n’est pas atteinte, alors l’accumulateur ne pourra pas encaisser une forte puissance de charge, même si vous branchez votre voiture sur une borne 300 kW. Résultat, le temps de charge est allongé.

Tout cela a donc un impact sur l’autonomie de la voiture, qui varie alors selon les modèles. C’est justement à cela que s’est intéressé l’entreprise Recurrent, qui fournit des solutions de surveillance de la batterie pour les véhicules électriques. Ces données sont ensuite stockées puis analysées et comparées. Ainsi, la société américaine a pu établir un classement des modèles les plus impactés par le froid hivernal.

Tesla

Recurrent a donc comparé l’autonomie de 12 voitures électriques à une température optimale de 21 degrés, puis entre -6 et -1 degrés. Deux méthodes ont été utilisées, soit en faisant appel aux données enregistrées en conditions réelles ou via des estimations, basées sur la télémesure embarquée des voitures et les données annoncées par les constructeurs. Cela reste donc plutôt théorique dans le 2ème cas.

De fortes disparités

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu‘il existe de grandes différences entre les modèles évalués. Selon le classement de Recurrent, c’est la Volkswagen ID.4 qui aurait le plus de mal par temps froid, perdant alors 30 % d’autonomie lorsque les températures sont négatives. Un chiffre partagé avec le Ford Mustang Mach-E dans sa version dotée d’une batterie de 99 kWh. La Chevrolet Bolt perd quant à elle 34 % d’autonomie, mais cette donnée est uniquement théorique, la voiture n’ayant pas été évaluée en conditions réelles.

En revanche, Tesla s’en sort très bien, plaçant deux modèles en haut du classement des voitures étant le moins impactées par le froid. La palme revient alors au Model Y, qui ne perdrait que 18 % d’autonomie entre -6 et 21 degrés, tandis que le Model X affiche -19 %. En revanche, la Model 3 perdrait 22 % dans sa version Long Range 75 kWh, une valeur qui passe à 25 % pour la Model S P100D.

On peut citer l’Audi e-tron qui s’en sort très bien, avec une baisse de seulement 8 % de son autonomie entre l’hiver et l’été. Mais elle ne fait pas aussi bien que la Jaguar I-Pace dont l’autonomie varie de seulement 3 % entre les saisons.

Ces différences avaient également été vérifiée par le Youtubeur norvégien Bjørn Nyland, qui teste tous les nouveaux modèles sur un trajet de 1 000 kilomètres. Le but : réaliser cette distance le plus rapidement possible. Si c’est l’autonomie qui joue le rôle le plus important, le temps de charge a également un impact. Et ces deux données varient alors fortement en fonction de la température, comme nous l’avons expliqué un peu plus haut.