L’autonomies des voitures électriques peut diminuer à cause de la chaleur : voici les chiffres de 9 modèles

 

Si le froid est considéré comme l'ennemi juré de la batterie pour les voitures électriques, les chaleurs estivales ne sont pas forcément bien meilleures, et une étude récemment publiée montre qu'elles ont aussi une influence sur l'autonomie. Mais d'où viennent ces différences et à quoi est-ce dû ?

Hyundai Ioniq 6 // Source : Clément Choulot pour Frandroid

On connaissait l’impact du froid sur les batteries des voitures électriques, et nous vous avons concocté un large dossier à ce sujet, mais qu’en est-il de l’impact de la chaleur sur ces mêmes accumulateurs ? Alors que les températures peinent à grimper en France à l’approche de l’été, nous ne sommes pas à l’abri d’une ou deux canicules pendant la période estivale. Et est-ce qu’il y aura un impact sur l’autonomie de votre voiture électrique ?

C’est la question que s’est posée la société américaine d’analyse de données Recurrent, qui a étudié les effets de la chaleur sur 7 500 batteries de véhicules électriques et a démontré que des températures élevées peuvent avoir des effets presque aussi négatifs sur l’autonomie que les faibles températures.

Dans certains cas, lorsque le thermomètre affiche des températures élevées, l’autonomie peut être réduite d’environ 31 % par rapport aux valeurs homologuées. Mais pourquoi ?

Quand la température monte, l’autonomie baisse

Si, par temps froid, l’autonomie des voitures électriques peut diminuer de manière significative pour diverses raisons, notamment les batteries au lithium-ion, qui sont couramment utilisées dans les véhicules électriques, qui ont une capacité réduite à des températures basses, ou encore l’utilisation du chauffage pour l’habitacle, en cas de coup de chaud, la principale fautive, c’est la climatisation.

Refroidir un habitacle lorsqu’il fait plus de 30 degrés Celsius dehors peut nécessiter beaucoup d’énergie, qui provient naturellement de la même batterie qui alimente le ou les moteur(s). Il existe des moyens d’atténuer ce phénomène, mais globalement, dès que l’on met la climatisation, l’autonomie en prend un coup.

Selon les données publiées par Recurrent, à mesure que la température augmente, la perte potentielle d’autonomie augmente. Voici à quoi vous pouvez vous attendre si vous souhaitez que votre habitacle atteigne 21 °C en température ambiante :

  • Température extérieure 24°C : 0 % de perte d’autonomie
  • Température extérieure 27°C : 2,8 % de perte d’autonomie
  • Température extérieure 29°C : 3,5 % de perte d’autonomie
  • Température extérieure 32°C : 5 % de perte d’autonomie
  • Température extérieure 35°C : 15 % de perte d’autonomie
  • Température extérieure 38°C : 31 % de perte d’autonomie

Comme vous pouvez facilement l’imaginer, plus la différence entre la température ambiante et la température de la climatisation est grande, plus l’énergie utilisée est importante, avec pour conséquence une perte d’autonomie supérieure à la valeur indiquée.

Si, en hiver, la meilleure solution pour éviter la perte d’autonomie est de garder la voiture connectée à une borne de recharge domestique et de pré-chauffer l’habitacle avant de partir, de la même manière en été, vous pouvez commencer à préconditionner l’habitacle en abaissant la température à l’intérieur en activant la climatisation à distance, et en utilisant le réseau électrique externe, sous réserve que votre voiture soit branchée.

Selon Recurrent, le système de climatisation d’un véhicule électrique moderne peut utiliser 3 à 5 kW de puissance instantannée pour la mise en température jusqu’à arriver à 21°C, puis se stabiliser à environ 1 kW pour maintenir cette même température. Comme le souligne toutefois l’étude, la climatisation a beaucoup moins d’impact négatif sur l’autonomie que le système de chauffage, et l’autonomie ne commence vraiment à baisser qu’à partir de 29,4°C en moyenne. Bien évidemment, cela dépend aussi de la voiture.

Quelles voitures électriques s’en sortent le mieux ?

Comme pour le froid, toutes les voitures n’enregistrent pas les mêmes données. Ainsi, Recurrent a analysé le comportement de certains modèles spécifiques lorsque les températures dépassent les 30 degrés. L’autonomie réelle de la Chevrolet Bolt EV, qui n’est désormais plus commercialisée aux États-Unis, diminuerait de 5 à 8 % pour toujours atteindre 21°C dans l’habitacle.

La Hyundai Kona Electric s’en sort plutôt bien, puisqu’il faudra que la température dépasse les 33,8°C pour commencer à avoir un impact sur l’autonomie. Le Kona électrique peut être prérefroidi de deux manières : s’il est branché, l’application peut être utilisée pour définir une heure de départ et une température ; l’application vous permet de régler une température dans l’habitacle, même lorsque la voiture n’est pas allumée et de la conserver à l’état stationnaire, par exemple lorsque vous allez faire vos courses.

Hyundai Kona

La Ford Mustang Mach-E s’en sort aussi bien, avec une baisse d’autonomie qui commence à se matérialiser vers 34°C, et une perte d’autonomie de 16 % lors de fortes chaleurs, aux alentours de 38°C.

Concernant les Tesla, les données montrent des valeurs assez constantes et moins influencées par la température extérieure. Cependant, selon Recurrent, en conditions réelles, les Tesla font environ 60 % de l’autonomie annoncée (et ce n’est pas la première fois que ce chiffre est remis en question) pour la simple et bonne raison que la voiture affiche plus ou moins l’autonomie homologuée sous le cycle EPA (l’équivalent de WLTP en Europe), sans tenir compte de la consommation effectuée sur les derniers kilomètres. La consommation sur les derniers kilomètres (environ 50 km) est prise en compte pour le GPS et le planificateur d’itinéraire en revanche.

De ce fait, difficile d’établir des chiffres précis, même si les pertes seraient très minimes, car les Tesla intègrent un système de pompe à chaleur très efficace qui gère à la fois le refroidissement et le chauffage. Il existe également une « protection contre la surchauffe de l’habitacle » qui peut empêcher aussi votre voiture de devenir une vraie fournaise en plein soleil. Les Tesla disposent également d’un « mode chien », qui vous permet de laisser le climatiseur fonctionner dans votre voiture lorsque la voiture est à l’arrêt et à la base conçu pour laisser ses animaux dans la voiture pendant une petite période.

Toutefois, les chiffres montrent que la climatisation d’une Tesla peut nécessiter jusqu’à 6 kW de puissance en cas de fortes chaleurs, bien qu’elle se situe généralement autour 1 et 3 kW.


Pour ne rater aucun bon plan, rejoignez notre nouveau channel WhatsApp Frandroid Bons Plans, garanti sans spam !