Le Samsung Galaxy A50 est sans aucun doute l’un des meilleurs smartphones de sa catégorie. Un nouvel arrivant sur le segment milieu de gamme vient en revanche de faire son arrivée : le Xiaomi Mi A3. Certes, la solution chinoise sous Android One est vendue quelques euros de moins que son opposant coréen, mais a-t-elle les arguments nécessaires pour l’égaler, voire le surpasser ? Tout est possible avec le rapport qualité/prix made by Xiaomi… À l’aide de notre comparatif détaillé, découvrez lequel des deux est le meilleur smartphone.

Un an après la sortie des anciens modèles de la gamme, le célèbre constructeur chinois ajoute une nouvelle référence au catalogue du label Android One : le Xiaomi Mi A3. Nouveau look, nouvelle fiche technique, mais toujours avec une interface pure sans fioritures, le smartphone chinois a de quoi attirer la curiosité. Il arrive néanmoins dans un secteur ultra concurrentiel où il peut aujourd’hui être difficile de se faire une place, d’autant plus avec la pullulation récente des smartphones coréens depuis le début de cette année. Parmi eux, on retrouve notamment le Samsung Galaxy A50, lui qui s’est d’ailleurs très vite imposé comme l’un des meilleurs choix sur le segment du milieu de gamme. Est-ce encore d’actualité ?

Une question se pose alors : quel est le meilleur smartphone entre un Xiaomi Mi A3 et un Samsung Galaxy A50 ? Design, performances, photo, autonomie… Découvrez notre comparatif détaillé opposant les deux smartphones !

Fiches techniques

Modèle Xiaomi Mi A3 Samsung Galaxy A50
Version de l'OS Android 9.0 Android 9.0
Interface constructeur Android Stock N/C
Taille d'écran 6.01 pouces 6.4 pouces
Définition 1560 x 720 pixels 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 286 ppp 403 ppp
Technologie OLED OLED
SoC Snapdragon 665 Exynos 9610
Puce Graphique (GPU) Adreno 610 ARM Mali G72 MP3
Mémoire vive (RAM) 4 Go 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go 128 Go, 64 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 48 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 2 Mpx
Capteur 1 : 25 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 5 Mpx
Appareil photo (frontal) 32 Mpx 25 Mpx
Enregistrement vidéo 4K 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac) Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0 5.0
Réseaux LTE, HSPA, GSM LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28) 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
NFC Non Oui
Capteur d'empreintes Oui Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C USB Type-C
Batterie 4030 mAh 4000 mAh
Dimensions 71.9 x 153.5 x 8.5mm 74.7 x 158.5 x 7.7mm
Poids 174 grammes 158 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Bleu Noir, Blanc, Bleu, Orange
Prix 165€ 270€
Fiche produit | Test Fiche produit | Test

Design : surtout une affaire de gabarit

Si le Mi A2 a voulu s’éloigner de la mode de son époque en proposant un design plus traditionnel, le nouveau Xiaomi Mi A3 préfère quant à lui jouer la carte de la conformité. C’est alors sans surprise que l’on retrouve des bords particulièrement arrondis ou encore l’encoche en forme de gouttelette, des éléments définitivement distinctifs de l’appartenance à la fournée des smartphones de l’année 2019. Le design est donc connu de tous, mais force est de constater qu’il est parfaitement maîtrisé par Xiaomi. Les bordures autour de l’écran sont peut-être un peu trop visibles, mais cela n’a en revanche rien de bien surprenant pour un smartphone de cette tranche tarifaire.

Le dos du téléphone accueille une surface en verre semi-transparent (avec des stries lumineuses de toute beauté sur les versions bleues et blanches) et le module triple capteur photo dont on parlera un peu plus tard. Les mentions « Xiaomi » et « Android One » sont d’ailleurs maintenant orientées en mode paysage, un peu comme le fait Huawei sur ses smartphones.

Le Samsung Galaxy A50 est également un smartphone qui s’inscrit dans l’air du temps. Le design a évidemment évolué en comparaison des prédécesseurs de l’ancienne gamme Galaxy A, mais il reste similaire à ce que propose aujourd’hui la concurrence. Un fait plutôt amusant quand on connaissait la position de Samsung en tant que principal réfractaire de l’encoche. Lui qui n’hésitait pas à se moquer des autres acteurs du marché, notamment d’Apple, le géant coréen se retrouve aujourd’hui à intégrer cette contrainte technologique — aujourd’hui devenu une mode — sur la majorité de ses appareils entrée/milieu de gamme, dont le A50. On ne peut en revanche pas lui enlever la qualité des finitions. Les bordures autour de l’écran sont d’ailleurs plus discrètes que son rival chinois, mais le large menton crée une asymétrie plus que flagrante. Dommage.

L’arrière du téléphone ne compte en revanche pas éblouir son utilisateur avec des reflets ou autres effets stylisés qui attirent la rétine. Le dos est recouvert d’une surface effet verre très uni (qui capture malheureusement les traces de doigts) où il est uniquement perturbé par le triple capteur d’un côté, et le logo Samsung de l’autre. Voilà.

Un design quasi identique donc, à l’exception du gabarit des deux téléphones. Avec des mensurations atteignant 74,7 x 158,5 x 7,7 mm, le Samsung Galaxy A50 est considéré comme un smartphone imposant. Le Xiaomi Mi A3 est néanmoins plus compact avec ses 71,9 x 153,5 x 8,5 mm. L’un est idéal pour visionner du contenu multimédia tandis que l’autre est plus facilement manipulable à une main. Faites votre choix.

Écran : Un Super AMOLED pas si super que ça

En épluchant la fiche technique du Xiaomi Mi A3, des larmes de joies auraient pu couler à flot en apercevant le doux nom Super AMOLED apparaître. Malheureusement, ce qui aurait pu être un énorme avantage sur ce segment tarifaire est finalement un fiasco. Explication ? L’écran profite bien de la technologie aux contrastes infinis, mais affiche une simple définition HD+ de 1 520 x 720 pixels. La densité de pixels se retrouve alors fortement amoindrie, atteignant ici seulement 286 ppp (contre 403 ppp pour le Galaxy A50). Pour couronner le tout, la luminosité maximale est loin d’être suffisante pour faire face aux rayons ardents du soleil caniculaire et la température des couleurs est quant à elle bien trop froide. On peut aimer, mais on regrette fortement que cela ne soit pas réglable au gré de l’utilisateur dans les paramètres du téléphone.

Sans surprise avec la majorité des smartphones de Samsung, l’écran du Galaxy A50 est très bon. Il s’équipe d’une belle dalle Super AMOLED de 6,4 pouces avec une définition Full HD+ de 2340 x 1080 pixels. Il faut dire que c’est toujours un plaisir de profiter du savoir-faire incontestable du géant sud-coréen, surtout à ce prix. Les angles de vision sont excellents, les couleurs sont bien équilibrées (où il est ici possible de faire un petit tour dans les paramètres du téléphone pour régler selon vos goûts) et le contraste qui tend vers l’infini est évidemment un régal pour les yeux. Son principal atout vient de sa forte luminosité lui permettant d’être facilement consultable, et ce quel que soit le contexte.

Si c’était juste pour faire beau sur la fiche technique, on aurait largement préféré que le Xiaomi Mi A3 intègre un bon écran IPS LCD plutôt qu’un Super AMOLED de mauvaise facture. Même dans ce cas de figure, le smartphone chinois n’aurait pas pu rivaliser avec l’excellent savoir-faire de Samsung dans ce domaine, mais il aurait au moins eu le mérite de mieux se défendre à ce niveau-là.

Logiciel : entre pureté et excellence

Faisant partie du label Android One, le Xiaomi Mi A3 tourne sous Android 9.0 Pie avec une interface pure et sans fioritures, comme Google l’a conçu initialement. C’est simple et agréable à utiliser au quotidien, où rien n’est rajouté par le constructeur pour alourdir l’expérience. De plus, c’est l’assurance de recevoir 2 ans de mises à jour majeures et 3 ans de mises à jour de sécurité. Un argument qui fait la différence, surtout pour celles et ceux qui ne sont pas attirés par MIUI à la base et qui aimeraient tout de même posséder un smartphone de la marque. Cependant, cette interface manque d’un brin de personnalisations pour corriger les défauts du smartphone, notamment au niveau de l’écran.

En partant des smartphones du bas du panier jusqu’aux modèles les plus premiums, la majorité des appareils estampillés Samsung en 2019, dont le Galaxy A50, tournent sous Android 9.0 Pie avec One UI. Cette nouvelle interface déployée au début de l’année par le constructeur est plus que bienvenue pour remplacer Samsung Experience qui commençait réellement à prendre quelques rides avec le temps. C’est beau, moderne et hautement personnalisable, mais surtout agréable à utiliser au quotidien grâce au soin porté sur l’ergonomie. Elle est en effet pensée pour permettre une meilleure utilisation des smartphones à une main et trouve donc tout son sens avec un smartphone de ce format. On approuve !

L’interface Android One est la pureté incarnée, mais justement peut-être un peu trop pure pour certains. Les autres n’auront alors aucun mal à se tourner vers l’excellence de One UI, aka la meilleure interface du moment.

Performances : au coude à coude

Contrairement à son prédécesseur qui intégrait le Snapdragon 660, le Xiaomi Mi A3 embarque quant à lui le Snapdragon 665. L’architecture des deux puces est quasi similaire, mais l’Adreno 512 du Mi A2 est ici remplacé par le 610. Concrètement ? Cela permet de réduire la consommation énergétique tout en augmentant les performances. Si l’expérience utilisateur est évidemment toujours fluide, cette différence se ressent surtout en jeu pour un gain de fluidité très apprécié. Le nouveau smartphone chinois est capable de faire tourner des jeux gourmands comme RAID en qualité ultra à 30 et 60 fps. Un bel exploit compte tenu du prix auquel il est vendu.

Le Samsung Galaxy A50 s’équipe quant à lui de l’Exynos 9610 cadencé à 2,3 GHz, un SoC maison destiné aux smartphones milieu de gamme du géant coréen. Épaulée par 4 Go de mémoire vive, cette configuration offre des performances honorables, mais seulement équivalentes à son adversaire malgré son prix plus élevé. Rien à dire sur la fluidité de l’expérience utilisateur au quotidien. En revanche, si les jeux gourmands sont lancés la plupart du temps en qualité HD par défaut sans que ça cause le moindre problème, quelques sautes d’images ont été notifiées lors de notre test, notamment sur PUBG lors des moments particulièrement explosifs.

  Xiaomi Mi A3 Samsung Galaxy A50
SoC Snapdragon 665 Exynos 9610
AnTuTu 7.x 140 504 144 549

Le Xiaomi Mi A3 fait pareil, voire mieux, et pour moins cher, que le Galaxy A50. C’est tout simplement la nouvelle référence à recommander pour les gamers avec un budget serré.

Photo : les efforts de Xiaomi

Le Xiaomi Mi A3 continue de monter en gamme comparé à son prédécesseur en embarquant cette fois-ci un module triple capteur photo. Il se compose d’un principal de 48 mégapixels et d’un second ultra grand-angle de 8 mégapixels, le dernier de 2 mégapixels servant surtout pour la profondeur de champ.

L’expérience photo est globalement réussie et c’est une bonne surprise sur cette tranche tarifaire. De jour, l’appareil converse un bon niveau de détail, avec des couleurs toujours proches de la réalité. Même en intérieur avec peu de luminosité, il parvient à capturer un cliché exploitable en faisant les bons compromis entre lissage et bruit. De nuit, on ne peut malheureusement pas faire les mêmes éloges. Son capteur ne reçoit tout simplement pas assez de lumière pour produire un résultat convenable. Son zoom x2 numérique est clairement anecdotique, mais son mode ultra grand-angle est néanmoins intéressant pour capturer un panorama, même si quelques distorsions sont visibles.

Le Galaxy A50 fait également la triplette. Il intègre un premier capteur de 25 mégapixels, un second en soutien de 5 mégapixels et un troisième ultra grand-angle de 8 mégapixels. Là aussi, l’expérience photo est une belle réussite pour cette gamme de prix — néanmoins légèrement supérieure à celle du Mi A3.

En plein jour, le niveau de détails est très satisfaisant, les couleurs sont bien retranscrites malgré une légère saturation qui se ressent sur les couleurs les plus vives. De plus, le mode HDR apporte une réelle plus-value. Le seul problème vient de son mauvais équilibre avec les scènes aux grandes plages dynamiques, qui a pour conséquence d’assombrir certaines zones de l’image. De nuit ou en faible luminosité, c’est moins bon, avec notamment un bruit bien trop présent. Tout comme son adversaire, il apporte une polyvalence appréciée en 2019, notamment avec son mode ultra grand-angle pour le coup sans trop de distorsions.

Les deux smartphones possèdent un triple capteur photo, mais chacun a ses qualités et ses défauts. On aurait pu naïvement penser que Samsung aller être nettement au-dessus en termes de qualité, mais force est de constater que Xiaomi a fait de l’excellent travail pour proposer une solution tout aussi performante, mais à bas prix.

Batterie : un cheveu de différence

L’année dernière, il fallait se tourner vers la version Lite du Mi A2 si l’on voulait un smartphone autonome. Aujourd’hui, le Xiaomi Mi A3 propose une grosse batterie d’une capacité de 4 030 mAh. En cumulant son GPU peu gourmand, la faible définition de son écran et la légèreté de l’OS, le smartphone chinois possède une endurance à toute épreuve. Il peut facilement tenir deux jours, voire plus si votre utilisation est modérée. Pour la recharge, il est compatible la charge rapide jusqu’à 18W, mais n’est fourni qu’avec un chargeur 10W. Dommage.

Le Samsung Galaxy A50 est également un modèle d’autonomie avec sa batterie de 4 000 mAh. Il s’inscrit donc parfaitement dans la lignée des prédécesseurs de sa gamme. Le smartphone coréen se montre très endurant au quotidien et peut facilement tenir la journée, et même enchaîner sur une deuxième si l’utilisation est modérée. Il a d’ailleurs le mérite de particulièrement résister aux applications gourmandes pour ne finalement perdre que très peu de pourcentages. De plus, vous pouvez récupérer rapidement de la batterie avec son chargeur de 10 W.

Sur notre test personnalisé Viser, le Samsung Galaxy A50 a tenu 11 heures et 12 minutes alors que le Xiaomi Mi A3 a fait légèrement mieux avec un score de 11 heures et 33 minutes.

Conclusion : lequel est le meilleur smartphone ?

Le Xiaomi Mi A3 crée la surprise en égalant pratiquement un smartphone vendu 50 à 100 euros plus cher — variant en fonction des promotions du moment. Il arrive même à faire mieux que son opposant coréen dans certains domaines, notamment dans les performances in-game et l’autonomie. Alors oui, il n’intègre pas le meilleur écran du marché, mais ce sacrifice ne revient qu’à vous si vous voulez faire quelques économies. Bref, le Samsung Galaxy A50 est très bon, mais il a trouvé là un rival qui peut faire très mal.

Si après ce comparatif, vous hésitez toujours, allez donc jeter un coup d’œil à nos tests complets :

Prix et disponibilité

Le Xiaomi Mi A3 est vendu dans sa version 64 Go à 249 euros.

À son lancement, le Samsung Galaxy A50 était commercialisé à 349 euros pour le modèle 128 Go. Aujourd’hui, on peut le trouver facilement à moins de 300 euros grâce aux diverses promotions sur Internet.