Introduction

Xiaomi a signé les appareils les plus populaires de la gamme Android One, et ne compte pas s’arrêter. Avec le Xiaomi Mi A3, le constructeur fait le pari de favoriser l’autonomie au détriment de la définition d’écran. Une bonne idée ? C’est ce que nous allons établir dans ce test complet.

Fiche technique

Modèle Xiaomi Mi A3
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur Android Stock
Taille d'écran 6.01 pouces
Définition 1560 x 720 pixels
Densité de pixels 286 ppp
Technologie Super Amoled
SoC Snapdragon 665
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 610
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 48 MP
Capteur 2 : 8 MP
Capteur 3 : 2 MP
Appareil photo (frontal) 32 MP
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Non
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 4030 mAh
Dimensions 71.9 x 153.5 x 8.5mm
Poids 174 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Bleu
Prix 213€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design

Vous voulez un smartphone dans l’air du temps à petit prix ? Le Xiaomi Mi A3 est exactement de ceux-là. Impossible de ne pas lire « 2019 » noté au fer rouge sur l’intégralité de ses courbes tant il appartient à son temps, en bien comme en mal d’ailleurs.

C’est évidemment particulièrement visible sur la face avant, qui arbore une petite encoche en forme de goutte d’eau et un menton plutôt prononcé. Les bordures autour de l’écran sont également plutôt visibles, comme tous les smartphones de cette tranche de prix que nous avons déjà testés. On l’oublie très vite à l’utilisation pour se concentrer sur l’expérience utilisateur.

Au dos, sensiblement le même constat. Au programme : du verre semi-transparent avec une configuration à triple capteur logée en haut à gauche, comme nous en avons l’habitude. Cependant, les écritures Xiaomi et logo Android One sont toutes orientées à la mode paysage, faisant qu’elles rappellent les appareils de la gamme P de Huawei. C’est un détail, certes, mais notable.

Le dos, légèrement courbé, rejoint un cadre de plastique lui aussi légèrement courbé sur le haut et le bas, mais assez plat sur les côtés accueillant la paume de la main. À droite, on retrouve le verrouillage et le volume, et à gauche la trappe double SIM (ou SIM + micro SD). Le haut est un peu plus intéressant, puisqu’on peut y constater le grand retour de la prise jack (absente sur le modèle précédent) ainsi qu’un émetteur infrarouge. Enfin, en bas, le port USB type C est entouré de deux grilles haut-parleurs, mais il s’agit en vérité d’un haut-parleur mono : seule la grille de droite est vraiment utile.

Que dire sur ce design que nous n’aillons pas déjà noté dans, à la louche, la vingtaine de nos précédents tests ? D’autant plus que nous testons la version noire ici, plus classique de toutes, et ne pouvons donc pas profiter des stries lumineuses des versions bleues et blanches.

Le Xiaomi Mi A3 a un design… efficace, et dans l’air du temps. Il ne fera tourner aucune tête, mais ne frustrera pas non plus. On notera tout de même une prise en main agréable et un poids maîtrisé.

Par contre, il est un des rares à disposer d’un lecteur d’empreintes sous l’écran à ce tarif. Et ce dernier est très bien placé, en bas de l’écran sans être ni trop bas ni trop petit, très facilement accessible et rapide à l’utilisation. C’est une excellente surprise.

Écran

Voici l’un des points faisant grincer des dents les observateurs sur le Xiaomi Mi A3 : celui-ci s’équipe d’une dalle AMOLED, ce qui est un point très positif par rapport au LCD de l’année précédente, mais qui ne supporte qu’une définition maximale en 720p. Il s’agit d’une dalle d’une diagonale de 6,088 pouces, équivalente à la diagonale de l’année dernière en y rajoutant l’encoche.

Le 720p se remarque la première fois, c’est indéniable. L’affichage manque d’un brun de netteté que l’on retrouve lorsque l’on reprend un téléphone en 1080p ou plus. Pour autant, à l’usage, il faut bien avouer que cette première impression disparaît vite ; on y pense tout simplement plus et, comme toujours, le contenu finit par primer.

Ce n’est donc pas un point que j’ai nécessairement envie de critiquer, quand bien même ça pourrait être effectivement une faiblesse. Non : ce qui me frustre avec cet écran au premier abord, c’est ses couleurs beaucoup trop prononcées et saturées. Certes, c’est à la mode et la majorité des utilisateurs apprécie des couleurs aussi punchy, mais ce n’est pas nécessairement mon cas et ce réglage manque de subtilité. En prime, à l’extérieur, l’écran semble particulièrement manquer en luminosité.

Nos tests sur CalMAN confirment ces premières impressions avec une température de couleurs moyenne relevée à 7451K et une luminosité maximale estimée à 343 cd/m². Si la température est dans la moyenne constatée sur l’industrie, particulièrement à cette gamme de prix, la luminosité est trop faible pour être vraiment satisfaisante. La plupart des appareils vendus à ce prix proposent au moins 400 cd/m² désormais, permettant une bien meilleure utilisation en plein soleil. Sous l’été caniculaire que nous vivons, cela se ressent très fortement.

Logiciel

Le Xiaomi Mi A3 est bien évidemment un smartphone de la famille Android One, ce qui veut dire que vous pouvez oublier MIUI : c’est Android sous sa forme contrôlée par Google qui est ici embarqué. Vous profitez donc d’entrée de jeu d’Android 9 Pie ainsi que du patch de sécurité de juin 2019.

Quit dit Android pur dit également… les mêmes défauts que la version non modifiée du système, une navigation par geste peu optimale basée sur le principe de la petite pilule en bas de l’écran. Fort heureusement, Android 10 Q arrive pour corriger tout cela très bientôt, et le Mi A3 sera parmi les premiers à en profiter.

Dans le même ordre d’idée, il ne vous est pas non plus possible de retoucher la colorimétrie de l’écran. C’est le prix à payer pour profiter d’un Android relativement fermé, dédié aux services Google que nous utilisons à 90% sur nos smartphones Android. À vous d’établir si le jeu en vaut la chandelle sur ce point, mais nous avons tendance naturellement à aimer Android sous cette forme et l’idée d’avoir les mises à jour majeures très rapidement.

Android One vous promet par ailleurs d’avoir au minimum 2 ans de mises à jour majeures et 3 ans de patch de sécurité. Ceci étant, il n’est pas rare que le suivi soit plus long pour cette gamme, du fait que lesdites mises à jour ne réclament pas de grandes adaptations de la part du constructeur.

Notez que malgré le label, Xiaomi a eu le droit d’installer par défaut trois applications : AliExpress, Mi Community et Mi Store. Les trois sont désinstallables.

Performances

Le Xiaomi Mi A3 est le premier à s’équiper du Snapdragon 665. Il y couple 4 Go de RAM LPDDR4X, pour des performances très bonnes sur le papier pour son segment de prix. À l’usage, il est indéniable que le smartphone est d’une fluidité hors pair sur les tâches les plus conventionnelles.

Le Snapdragon 665 s’en tire avec sensiblement le même score que le Snapdragon 660, ce qui n’est pas très étonnant au vu de leur architecture commune. On l’attend surtout sur les performances 3D, où son Adreno 610 devrait offrir une meilleure consommation énergétique et des performances plus stables.

  Xiaomi Mi A3 Samsung Galaxy A30 Wiko View 3 Pro Redmi Note 7
SoC Snapdragon 665 Exynos 7904 Helio P60 Snapdragon 660
AnTuTu 7.x 140 504 points 95 868 points 137 099 points 144 013 points
CPU 64 098 points 42 701 points NC NC
GPU 31 098 points 21 707 points NC NC
UX 35 139 points 26 029 points NC NC
Mémoire 10 171 points 5 431 points NC NC

Sur PUBG Mobile, le titre se configure automatiquement en qualité HD avec la fréquence d’image la plus élevée, sans anti-aliasing cependant. Dans cette configuration, le jeu est très joli à l’œil et les baisses de framerate assez rares pour être ignorées.

Nous avons également testé la puce sur RAID, un jeu à la qualité graphique élevée, mais pas nécessairement très animé. Ici, le titre se lance automatiquement en qualité ultra (la plus grande disponible) avec des animations réglées en 30 FPS. Le titre est déjà très beau de la sorte, mais il vous est tout à fait possible de profiter du 60 FPS sans que cela n’occasionne de problème.

Le nouveau GPU du Snapdragon 665 fait des merveilles, particulièrement en considérant le prix auquel est vendu le Xiaomi Mi A3. Pour des joueurs mobiles serrés sur le budget, c’est un véritable atout. Considérant la canicule environnante, la chauffe est qui plus est bien maîtrisée et répartie sur la surface totale de l’engin, faisant qu’elle ne gêne pas la préhension de l’appareil.

Appareil photo

Triple capteur arrière

Le Xiaomi Mi A3 s’équipe de trois capteurs à l’arrière. Le principal est de 48 mégapixels, le second est un ultra grand-angle de 8 mégapixels, et le dernier est un simple 2 mégapixels servant à établir la profondeur de champ.

De jour, l’appareil photo est vraiment plaisant. Le niveau de détail conservé est vraiment bon, tout comme le respect des couleurs capturées. Sur l’ultra grand-angle, la déformation se remarque un peu, mais n’est pas aussi gênante qu’elle peut l’être sur les smartphones Samsung de la même gamme. On remarque par contre que le zoom x2, proposé dans l’interface, mais qui est intégralement numérique, met en peine l’intelligence artificielle qui ne retranscrit ainsi pas tout à fait correctement les couleurs ; on s’en passera. Le nombre de mégapixels amoindri sur l’ultra grand-angle se ressent, mais suffit à capturer un panorama efficacement.

En intérieur et en très basse luminosité, je me retrouve… agréablement surpris par le Xiaomi Mi A3. Le lissage est certes prononcé, mais c’est une bonne balance entre le lissage et le bruit pour un résultat qui reste utilisable et proche de la réalité. C’est rarement le cas sur les appareils de cette gamme lorsqu’on les plonge dans une pièce à peine éclairée. Le contrecoup de cela est un temps de traitement assez prononcé, mais cela vaut le coup.

De nuit, mieux vaudra tout de même ne pas trop compter dessus. Même le mode nuit n’y change pas grand-chose : le capteur ne reçoit tout simplement pas assez de lumière pour produire un résultat convenable. C’est toujours le cas à cette tranche de prix, il n’y a rien de choquant là-dedans.

Capteur avant

À l’avant, c’est un unique capteur de 32 mégapixels (tout de même) qui s’occupera de vos selfies. Et celui-ci est peut-être la meilleure surprise du lot.

De jour, il offre vraiment une excellente qualité, avec un piqué bien net que ma tremblote naturelle n’a pas réussi à ternir. En basse luminosité, le capteur aura tendance à trop compenser l’absence de lumière et perdre en naturel, mais le résultat reste plus qu’acceptable.

Autonomie

Voilà le point sur lequel on attend le plus le téléphone. Avec sa grosse batterie de 4 000 mAh alliée avec un écran OLED en définition 720p, on est en droit d’attendre une autonomie bien supérieure à la moyenne.

Sur notre test Viser personnalisé, le Xiaomi Mi A3 a tenu 11 heures et 33 minutes. C’est un score plus que respectable, qui le classe parmi les excellents élèves de l’année 2019. On pourra ainsi noter qu’il est légèrement éloigné du Redmi Note 7, mais un peu supérieur au Samsung Galaxy A50.

Test d'autonomie Viser
  • Xiaomi Mi A3 : 693
  • Redmi Note 7 : 757
  • Galaxy A50 : 672

À l’usage, nos observations s’alignent avec cela. Qu’il s’agisse de consommer de la vidéo ou jouer à des jeux 3D performants, ou simplement une bonne grosse session sur les réseaux sociaux, il est clair que le Xiaomi Mi A3 consomme très peu qu’importe la tâche et ne veut pas s’essouffler si facilement. Il sera très facile de le faire tenir deux jours, voire plus, à l’image du Redmi Note 7.

Maintenant, cela n’en fait pas le nouveau champion. Et à ce titre justement… pourquoi ne pas favoriser le Redmi Note 7 ? Pour la même autonomie, il ne fait pas le sacrifice de sa définition, mais de son type de dalle. Sauf que MIUI permet de régler la température de l’écran, une option qui aurait permis au Mi A3 de gagner en intérêt.

Le Xiaomi Mi A3 est compatible avec la recharge rapide à 18W, mais n’est fourni qu’avec un chargeur 10W.

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le Xiaomi Mi A3 est d’ores et déjà disponible, au prix d’entrée de 249 euros. À ce prix, il se frotte au Xiaomi Redmi Note 7 sous MIUI et au Galaxy A50 de Samsung.

Test Xiaomi Mi A3 Le verdict

design
8
Le Xiaomi Mi A3 n'est ni mauvais, ni bon. C'est un mashup de tout ce qui fait l'année 2019, ni plus ni moins. Cependant, le placement du lecteur d'empreintes sous l'écran fait beaucoup.
écran
6
La pire partie du téléphone sans aucun doute. Ce n'est pas tant sa définition 720p que son manque de luminosité et sa température de couleur qui lui font défaut.
logiciel
8
Android One. Que dire de plus ? Toujours les mêmes qualités, toujours les mêmes défauts, mais un suivi garanti.
performances
9
Le Snapdragon 665 est une très bonne surprise. Il conserve les qualités du 660 tout en augmentant considérablement les capacités 3D de l'appareil.
caméra
8
L'expérience photo du Xiaomi Mi A3 est réussie grâce à des choix pertinents sur la manière d'user ou non du lissage. Elle ne sort pas assez du lot pour autant.
autonomie
9
L'autonomie est bien là, comme promise, et surpasse de nombreux appareils sur cette gamme de prix. Mais pas tous les appareils, faisant que le 720p ne semble pas avoir un réel impact.
Note finale du test 8/10
Pour 250 euros, le champion reste le Xiaomi Redmi Note 7. Pour autant, cela ne veut pas dire que le Xiaomi Mi A3 n'a aucun intérêt : il est votre meilleure alternative si MIUI vous file des boutons, tout bêtement.

Si le Mi A3 avait eu un écran OLED plus lumineux avec la possibilité de régler la température de couleurs, ou mieux réglé d'usine, il aurait eu de quoi vraiment rivaliser avec son frère de la même marque. En l'état, il s'arrête donc au rang d'excellente alternative sans arriver à le renverser.
  • Points positifs
    • Android One et son suivi
    • Excellente autonomie
    • Performances 3D
    • Retour de la prise jack
  • Points négatifs
    • OLED mal calibré et peu lumineux