La société derrière Candy Crush Saga s’apprête à entrer à la bourse de New York. Si l’on en croit le document financier remis aux autorités américaines, King espère une valorisation proche de 7 milliards de dollars. Soit pratiquement autant que Zynga en son temps. Ça ne vous rappelle rien ?

Candy Crush Saga

C’est exactement le 26 mars prochain que King.com va être introduit à la bourse de New York. Et l’éditeur d’origine suédoise (mais dont le siège est désormais basé à Londres) compte en fait profiter de son introduction en bourse pour lever des fonds. Pour être tout à fait précis, King précise dans le document Form-1 (attention, page très lourde) remis aux autorités boursières américaines qu’il va émettre 15,5 millions d’actions qu’il compte vendre chacune entre 21 et 24 dollars. Cela permettra à la société d’être valorisée entre 6,6 et 7,6 milliards de dollars (4,75 à 5,5 milliards d’euros). Dans le même temps, King vendra 6,7 millions d’actions de façon à lever un peu plus de 500 millions de dollars.

Si les chiffres sont impressionnants, c’est que King.com possède une assise solide. Si l’on en croit les estimations actuelles, Candy Crush Saga, associé aux quelques titres phares de l’éditeur, rapporte jusqu’à 1,5 millions de dollars de bénéfices par jour, au regard de ses 567 millions de dollars de bénéfices en 2013. La force du jeu, présent à la fois sur mobile et sur Facebook, tient essentiellement à ses mécanismes de frustration des joueurs parfaitement huilés (il faut attendre entre 15 et 30 minutes pour pouvoir continuer à jouer quand on ne possède plus de vie) et l’intégration d’achats in-app qui permettent de gagner du temps ou de faciliter la vie de l’amateur de friandises.

 

Sur les traces de Zynga

Ce scénario d’introduction en bourse n’est pas sans rappeler celui de Zynga. La société derrière FarmVille avait aussi effectué une introduction au NASDAQ le 16 décembre 2011. Elle espérait alors être valorisée à hauteur de 10 milliards de dollars et lever 900 millions de dollars en revendant une partie de ses actions. Las, deux ans plus tard, le cours de son action s’est complètement écrasé et la société éponge depuis des pertes annuelles. La situation de King.com est certes un peu différente puisque ses jeux sont disponibles à la fois sur mobile et sur Facebook, mais Candy Crush Saga est le plus gros rapporteur d’argent frais de la société. King.com possède d’ailleurs plus de 180 marques, de quoi diversifier son offre. Mais savez-vous seulement citer plus de 4 jeux appartenant à King.com ? Nous, non.