Le site Le Monde a réussi à obtenir des informations autour du rachat de Bouygues Telecom par Orange. Ainsi, ce dernier aurait pour mission de se séparer de pratiquement 6 milliards d’euros d’actifs (fréquences, antennes, boutiques, clients, etc.) pour que l’autorité de la concurrence accepte le projet. Un montant particulièrement élevé, même si de nombreux actifs intéressent fortement Free Mobile et SFR. Ce dernier pourrait ainsi récupérer des clients de chez Orange et Bouygues Telecom.

logo orange bouygues rachat

C’est désormais quasiment acquis : Orange est sur le point de racheter Bouygues Telecom. Selon le quotidien d’informations Le Monde, Stéphane Richard aurait reçu dans ses bureaux, vendredi dernier, Michel Combes pour SFR et Xavier Niel pour Free Mobile. Le but de ces réunions était de discuter des actifs de Bouygues Telecom qu’Orange pourrait revendre à SFR et Free Mobile une fois avoir racheté la filiale de Martin Bouygues, dans le but d’éviter de faire peur à l’autorité de la concurrence. En effet, en rachetant Bouygues Telecom, Orange passerait de 39 à 55 % de parts de marché dans le mobile. Il lui faudrait donc se séparer d’environ 6 milliards d’actifs pour amadouer l’autorité de la concurrence.

 

Les clients et les fréquences pour SFR et Free

Il semblerait que SFR souhaite mettre la main sur les 3 millions de clients B&You de Bouygues Telecom, sa marque low cost, mais aussi sur une partie des clients Sosh d’Orange. L’idée serait de tomber sous la barre des 47 % de parts de marché une fois débarrassé des clients B&You. Pas sûr que les intéressés apprécient la manœuvre si le réseau 4G de SFR ne connait pas un sursaut en termes de couverture.

A lire sur le sujet : Rachat de Bouygues par Orange : l'ARCEP trace des lignes rouges

Justement, l’idée serait de revendre des fréquences et des antennes à SFR et Free Mobile. Les fréquences 2G, 3G et 4G de Bouygues Telecom vaudraient environ 1 à 1,5 milliard d’euros. Lors des discussions entre SFR et Bouygues Telecom, Free Mobile était prêt à débourser 1,8 milliard d’euros pour acquérir une partie des fréquences et antennes de Bouygues. Mais depuis, Free Mobile a déboursé quasiment 1 milliard d’euros pour la bande 700 MHz. SFR pourrait alors se concentrer sur les antennes pour améliorer sa couverture 4G et Free Mobile sur les fréquences (notamment basses) pour améliorer son patrimoine spectral et la couverture du territoire afin de mieux anticiper la fin de l’itinérance avec Orange.

 

La difficile question des boutiques et salariés

Concernant les boutiques Bouygues Telecom, Free Mobile pourrait être intéressé par le rachat de quelques-uns afin de passer de 50 à 100 points de vente environ. La question des salariés est délicate puisque le gouvernement veut à tout prix éviter une « casse sociale »Bouygues Telecom employant environ 7 500 salariés. Il semble donc difficile de se séparer facilement et rapidement des 6 milliards d’actif pour Orange.

L’opérateur historique pourrait néanmoins les brader, à moins que ce ne soit Martin Bouygues qui brade son entreprise, lui qui avait refusé de la vendre 10 milliards d’euros en juin dernier alors qu’elle est désormais évaluée à 8,4 milliards d’euros par Natixis. De leur côté, les consommateurs voient d’un mauvais œil ce rachat, qui ne leur apportera pas grand-chose – sauf peut être pour les clients Free Mobile – si ce n’est une possible hausse de prix généralisée qui a déjà débuté depuis quelques trimestres – notamment chez SFR – même si Stéphane Richard promet de ne pas augmenter les tarifs suite au rachat.