Reconnaitre une plante, ce n’est pas facile ! Enfin, sauf si vous avez cette application : Pl@ntNet. Et c’est notre coup de cœur de la semaine.

Pl@ntNet (à prononcer plant-net) est la seule application sociale que je n’arriverai jamais à supprimer de mon smartphone. C’est un Shazam pour les plante développé il y a 10 ans par un consortium d’instituts d’informatique et de recherche botanique en France. Oui, Pl@ntNet est d’origine française.

Tout le monde s'est déjà demandé au détour d'une promenade en foret ou d'une balade champêtre quels étaient le nom et l'origine des arbres ou...

3 raisons de télécharger cette application

  • Identifiez des végétaux dans la nature
  • Une base de données collaborative
  • Développée par des institutions scientifiques

Voici comment cela fonctionne : vous prenez une photo, vous indiquez la nature de ce que vous avez pris en photo (feuilles, fleurs, écorce, tiges…), puis vous envoyez cette photo dans le nuage. Un algorithme compare l’image numérique à une très grande base de données. On vous présente alors une liste de résultats par probabilité grâce à une échelle de cinq étoiles.

En plus des algos, c’est une communauté composée de milliers de personnes qui vérifie les images, en validant l’identification ou en proposant une nouvelle si la plante n’apparaît pas dans la base de données. Il s’agit donc vraiment d’un réseau social totalement gratuit, il n’y a pas de publicité et chaque image de la base de données est disponible via une licence Creative Commons.

Pl@ntNet a été construit sur le principe que les données partagées par des milliers de personnes peuvent nous rendre tous plus intelligents et plus cultivés, même si des machines prennent en charge une partie de l’enseignement.

Chaque année, Pl@ntNet organise un concours pour mettre à rude épreuve ses modèles d’apprentissage automatique. Lors d’une des dernières compétitions, le botaniste Philippe Jauzein a battu le meilleur algorithme en identifiant correctement 96 % des images (contre 84 % pour l’algorithme). La machine a été battue en 2018, mais il s’est passé quelque chose depuis 2015. A l’époque, la grande majorité des experts avait battu l’algorithme… contre une petite poignée seulement en 2018.

20 000 espèces différentes

L’application peut désormais comparer 20 000 espèces dans 26 « projets », des groupes d’espèces collectées qui incluent tout, des mauvaises herbes que l’on trouve en Europe aux plantes d’Amazonie, on retrouve d’ailleurs une collection de 1 260 espèces de Guyane française. Environ 50 000 photos sont traitées chaque jour, les algorithmes du système ne font que s’affiner, grâce à la communauté et aux meilleurs experts de leur domaine qui participent à ce projet. D’après l’équipe derrière ce projet, le modèle d’apprentissage automatique, formé avec 2,5 millions de photos, permet désormais d’identifier correctement 83 % des espèces de plantes dans sa base de données.

Depuis que je l’utilise, j’ai mémorisé les plantes les plus courantes des bords de Marne…. et je passe mon temps à photographier des feuilles et des fleurs partout pour les identifier. Et si vous aimez aussi les arbres virtuels, faites un tour du côté de Forest.

Télécharger Pl@ntnet sur iPhone et Android