Android 13 peut théoriquement être installé sur tous les smartphones (même les vieux)

2 Go de RAM et 16 Go de stockage suffisent

 

Les téléphones qui ne répondent pas aux exigences minimales ne pourront pas être mis à jour sur Android 13. Mais, quand on regarde ces exigences... tous les smartphones (même les vieux) sont techniquement aptes. Pourquoi ne retrouve-t-on pas Android 13 sur tous les smartphones dans ce cas ?

Samsung Galaxy S7 Edge

Android 13 est désormais disponible, Google a mis à disposition son code source via AOSP (Android Open Source Projet), les Google Pixel profitent également de la dernière version d’Android.

En attendant de voir Android 13 sur davantage d’appareils, Google a communiqué les caractéristiques minimales pour cette nouvelle version.

Ces recommandations ont largement été revues à la hausse, la quantité de stockage minimale est à présent de 16 Go minimum (contre 8 Go), tandis que la mémoire vive est de 2 Go (au lieu de 1 Go).

Source : Google

Cela semble très bas, à première vue, néanmoins Android est un système qui s’adapte à beaucoup d’appareils, et pas uniquement aux smartphones.

Cela signifie aussi que techniquement, quasiment tous les smartphones en circulation peuvent faire tourner Android 13, y compris les moins chers et même des smartphones âgés de plusieurs années. Alors, dans ce cas, pourquoi la nouvelle mise à jour n’est pas déployée massivement ?

La longue procédure de mise à jour

Lorsqu’un constructeur porte une nouvelle version d’Android, de nombreuses étapes individuelles sont nécessaires. Chacune d’elle est coûteuse en temps et en argent. Les opérateurs mobiles jouent également un rôle dans le processus de mise à jour, car ils doivent évaluer les effets que les fonctionnalités et les modifications auront sur leurs réseaux.

Les versions d’Android livrées par Google sous l’appellation AOSP (Android Open Source Project) ne peuvent pas fonctionner telles quelles sur un smartphone. Il faut que le constructeur du SoC (System on a Chip) présent dans le smartphone ajoute les composants logiciels nécessaires, dont les « pilotes ». Puis d’autres éléments logiciels sont ajoutés par le constructeur du smartphone, pour prendre en compte des composants tels que l’écran, les capteurs et les modules caméra.

Si un constructeur propose sa propre interface logicielle, comme Samsung, Oppo, Honor, Xiaomi, etc., cela rajoute du temps nécessaire au portage.

One UI 5 sur les smartphones Samsung avec Android 13

De plus, si vous souhaitez obtenir une licence pour les applications Google et avoir accès à la marque déposée Google « Android », vous devrez vous conformer aux règles de Google. Cela nécessite divers tests couteux et qui prennent du temps.

Ces étapes sont longues et coûteuses, c’est un des freins principaux au déploiement de nouvelles versions d’Android sur les anciens smartphones. Mais, ce n’est pas le seul problème.

Les vieux appareils sont abandonnés…

Comme on l’explique, mettre à jour un appareil Android ne signifie pas simplement greffer le code d’Android sur un appareil. Il faut installer un certain nombre de composants logiciels supplémentaires et réaliser diverses étapes de validation. C’est là que ça peut bloquer sur les vieux appareils.

On peut critiquer les constructeurs concernant leur politique de mises à jour, mais qu’en est-il de leurs fournisseurs ? À vrai dire, des smartphones comme le Nothing Phone (1) ne seront pas mis à jour vers Android 13 avant 2023. La faute au SoC Qualcomm Snapdragon 778+. Ce n’est pas un problème de performances, en revanche, c’est celui du suivi de cette plateforme par Qualcomm.

En théorie, depuis 2022, Qualcomm a annoncé assurer quatre versions du système d’exploitation Android et quatre ans de mises à jour de sécurité pour toutes les plateformes Snapdragon utilisant les améliorations de Project Treble.

En pratique, Qualcomm a commercialisé son premier smartphone, en fixant un prix de 1 500 dollars sur un appareil conçu par Asus qui s’adresse soi-disant aux fans les plus geek de Snapdragon. Eh bien… ce smartphone a déjà pris un sacré retard sur les mises à jour Android, ainsi que les mises à jour de sécurité. Il est toujours équipé d’Android 11, alors que plusieurs constructeurs ont commencé à travailler sérieusement sur le déploiement d’Android 13.

Le Fairphone 2 est réparable // Source : Frandroid

Tout le monde est touché par ce problème, y compris les meilleurs élèves. Fairphone, qui promet 8 années de mises à jour sur ses téléphones, avait expliqué que la mise à jour du Fairphone 2 était devenue très coûteuse. En cause, l’arrêt du support de Qualcomm pour son SoC Snapdragon 801. N’imaginez qu’il suffit de télécharger la version open-source d’Android, AOSP (Android Open Source Project), ce serait trop facile. Fairphone avait été obligé de développer ses propres pilotes personnalisés pour Qualcomm Snapdragon.

Bref, si vous n’avez pas Android 13, ce n’est pas uniquement expliqué par les politiques de mises à jour des constructeurs. Cela est également lié à l’abandon du support des composants par leurs fournisseurs. En particulier, les SoC, qui sont une pièce maîtresse des smartphones.

Les régulateurs européens veulent changer les règles

Les régulateurs de la Commission européenne veulent changer les habitudes des constructeurs de smartphones. Ces derniers pourraient être obligés de fournir 15 types de pièces détachées pendant cinq ans, ainsi que fournir des mises à jour logicielles. L’objectif est de réduire l’impact environnemental de ces produits.

Dans ce projet de loi, on a ainsi noté que les constructeurs devront fournir des mises à jour de sécurité durant au moins cinq ans, et des « mises à jour de fonctionnalités » pendant trois ans.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.