PS5 et Xbox Series X : le prix des jeux pourrait augmenter à 75 euros

 

Le prix des jeux neufs pourrait augmenter avec l'arrivée des consoles de nouvelle génération. Le tarif conseillé passerait de 70 à 75 euros, une deuxième augmentation après celle ayant eu lieu au passage à la génération PS3 et Xbox 360.

Un rayon dédié aux jeux vidéo

Un rayon dédié aux jeux vidéo // Source : Micromania

À chaque génération de consoles cette crainte revient, les prix des jeux vidéo vont-ils augmenter ? C’est avec le passage à la génération de consoles HD, Xbox 360 ou PS3, que le prix des gros titres est passé de 60 à 70 euros en tarif conseillé. Depuis, une gamme tarifaire s’est mise en place pour les autres jeux et on les retrouve désormais sur les boutiques dématérialisées à 15, 20, 30, 40 ou 60 euros selon le prix visé par les développeurs ou l’éditeur.

Avec la nouvelle génération, le prix pourrait une nouvelle fois augmenter, de 70 à 75 euros.

Le cas de NBA 2K21

C’est le jeu NBA 2K21 qui a mis le feu aux poudres lorsque son éditeur 2K Games a dévoilé le tarif des différentes éditions du jeu. Sur la génération actuelle, le jeu est proposé au prix habituel de 60 dollars, 70 euros en France, ou en édition spéciale « Mamba Forever » à 99 dollars. Seulement cette dernière permettra de profiter gratuitement d’un passage à la version next-gen du jeu.

L’offre tarifaire de lancement de NBA 2K21

L’offre tarifaire de lancement de NBA 2K21 // Source : 2K Games

Pour ceux qui n’ont pas pris cette édition, ou qui souhaitent attendre la sortie des prochaines consoles, il faudra se diriger vers NBA 2K21 pour PS5 et Xbox Series X. Dans ce cas, le jeu sera commercialisé à non pas 60 dollars, mais 70 dollars, soit une belle augmentation de prix, qui se traduira en France par un tarif à 75 euros.

C’est pour le moment le seul à avoir officiellement annoncé ce tarif, mais cela ne devrait pas être le seul.

Le prix augmente, les DLC restent

D’après le site spécialisé GamesIndustry, l’éditeur 2K Games n’est pas le seul à réfléchir à augmenter ses tarifs avec l’arrivée des nouvelles consoles. Le site indique que tous les jeux ne passeront pas à 75 euros, mais les éditeurs pourront choisir quelques titres « fleurons » qui passeront à ce nouveau tarif.

On imagine que des jeux tels qu’Assassin’s Creed ou Call Of Duty pourraient par exemple être concernés. C’est ce dernier qui avait inauguré le passage à 70 euros avec Call Of Duty 2 sur PS3 et Xbox 360. Le site met en avant le fait que le prix des jeux « est resté le même » depuis 2006 et l’arrivée des consoles HD.

Le nombre d’éditions par jeu a été multiplié

Le nombre d’éditions par jeu a été multiplié // Source : Ubisoft

Ce serait oublier la prolifération des contenus supplémentaires payants, les DLC et autre battle pass ou système de lootbox qui permettent de tirer un revenu supplémentaire après la vente d’un jeu. On peut aussi penser à la multiplication des éditions proposées pour les nouveaux jeux.

La question du coût de production

Pour justifier cette hausse de prix, les éditeurs mettent en avant la hausse des coûts de production. En effet, le coût de production pour ces gros titres aurait grimpé de 200 à 300 % selon le genre du jeu ou sa licence. Une augmentation énorme que les éditeurs aimeraient en partie répercutée sur la vente de l’édition standard du jeu au prix fort.

La question du coût de développement est un sujet récurrent chez les éditeurs et développeurs de jeu. Récemment, Shawn Layden, ex-patron de PlayStation, déclarait que le modèle économique de The Last Of Us Part 2 n’était pas durable. Le jeu a mis 6 ans à être développé, contre 3 ans et demi pour son prédécesseur, signifiant une hausse considérable du budget de développement du jeu. Selon lui, le coût de production des plus grands jeux AAA a atteint 80 à 150 millions de dollars, sans intégrer le coût de la campagne de communication.

L’une des solutions d’après lui est d’abord d’arrêter l’augmentation de la durée de vie des jeux. Même les jeux tournés autour de leur narration comme The Last Of Us Part 2 demandent aujourd’hui plusieurs dizaines d’heures pour être terminés, ce qui a un impact certain sur les coûts de production : « plutôt que de passer 5 ans à faire un jeu de 80 heures, que peut-on faire en 3 ans en visant un jeu de 15 heures ? Quel serait le prix de production ? Est-ce que cela donnerait une expérience satisfaisante ? ».

Une aubaine pour les abonnements

Cette augmentation potentielle du prix unitaire des jeux est surtout une aubaine pour les formules d’abonnements qui font justement abstraction de ce tarif. Les offres d’abonnement comme Uplay+, le Xbox Game Pass ou EA Access proposent d’accéder au catalogue de tout un éditeur pour un faible prix mensuel. Pour un tarif annuel sous les 180 euros, ces abonnements permettent d’accéder à plus d’un titre à 70 euros l’unité chaque année, qui plus est s’ils coûtent désormais 75 euros.

Le passage à la prochaine génération de console pourrait être une grande opportunité pour ces abonnements, alors que le Game Pass célébrait déjà récemment avoir franchi la barre des 10 millions d’abonnés. L’autre grand gagnant d’une hausse de prix devrait être les jeux « free to play » comme Fortnite.

Les derniers articles