Stockage de données : pourquoi Apple a été condamné par la Russie ?

 

Apple s'est vu condamné par la Russie en raison de sa non-conformité avec les directives russes sur l'hébergement des données de ses citoyens.

 

Marque Apple Logo
Source : Zhiyue sur Unsplash

Un tribunal de Moscou a condamné Apple à une amende de 2 millions de roubles (environ 34 000 euros) pour avoir refusé de stocker les données des citoyens russes sur son territoire. L’entreprise qui a déjà décidé de stopper la vente de ses produits dans le pays — en réaction à la guerre en Ukraine — aurait refusé de se conformer aux demandes de la justice russe apprend-on dans un rapport de l’agence de presse Interfax repris Reuters. La pomme se trouve à présent en situation de non-conformité sur le territoire.

Moscou seul face aux géants de la tech

Depuis l’invasion ukrainienne par la Russie, les grandes entreprises de la tech rechignent à se conformer aux demandes russes, notamment sur des questions liées à la censure et au contrôle des données. Pourtant, malgré le refus catégorique d’Apple en Russie, il s’avère que l’entreprise se plie à des requêtes similaires en Chine.

Apple administre et exploite une douzaine de centres de données dans le monde, dont quelques-uns se trouvent sur le territoire chinois. À la suite d’un changement de législation adopté en 2016, Apple a dû héberger toutes ses données concernant les utilisatrices et utilisateurs chinois dans des centres de données du pays.

Here is Apple's full statement on our story.

After Apple sent this, I worked with the company to understand what it believed to be wrong in our story and then made changes to correct any outdated information and to include their view when needed. pic.twitter.com/shwaJkWyAi

— Jack Nicas (@jacknicas) May 17, 2021

Un risque pour les données d’Apple en Chine ?

Ces serveurs sont administrés par Guizhou Cloud Big Data (GCBD), une société contrôlée par la province chinoise de Guizhou et utilise en partie le service cloud de China Telecom qui, lui, est un opérateur détenu par l’État chinois. Apple assure cependant y utiliser des clés de chiffrage pour que le gouvernement chinois n’y ait pas accès.

Apple a notamment été critiqué pour cette décision par certains défenseurs des droits privés qui affirment que le gouvernement pourrait toujours intercepter les données stockées dans iCloud.

Mais ici, la raison pour laquelle Apple a refusé la requête de la Russie semble être liée au fait que le pays dirigé par Vladimir Poutine aurait formulé des requêtes beaucoup trop « invasives » au goût d’Apple, d’où son refus dans ce cas précis.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles