iPhone 16 : Qualcomm laisse entendre qu’Apple aurait enfin réglé son problème réseau

Les modems de la colère

 

Selon le PDG de Qualcomm, l'entreprise spécialisée dans les puces de télécommunication n'a reçu aucune commande de modem 5G de la part d'Apple pour 2024. Pour lui, c'est le signe qu'Apple pourrait équiper ses iPhone 16 d'un modem maison, actant la rupture entre les deux multinationales américaines.

Source : Frandroid – Chloé Pertuis

Les deux entreprises américaines ne sont plus amies depuis longtemps, mais la rupture se confirme. Interrogé en marge du salon Mobile World Congress 2023 à Barcelone, le patron du géant des puces de télécommunications Qualcomm a déclaré mercredi 1er mars qu’Apple compte équiper ses prochains iPhone 16 de ses propres modems 5G.

Cristiano Amon explique son raisonnement : alors qu’une commande de millions de puces se fait généralement plusieurs années avant le lancement d’un produit, Qualcomm n’a reçu aucune commande pour 2024, date de sortie prévue de l’iPhone 16. « Nous ne prévoyons rien pour 2024, donc mon hypothèse est que nous ne fournissons pas de modem [à Apple] en 2024 », conclut le PDG à l’antenne de la chaîne américaine CNBC.

Des années de bisbilles et un procès à 30 milliards

L’annonce n’est pas très étonnante pour ceux qui suivent le marché des modems. Bien que la quasi-totalité des iPhone produits par Apple sont équipés de puces Qualcomm pour accéder aux réseaux 3G, 4G puis 5G, cela fait plusieurs années qu’Apple cherche à s’émanciper du constructeur et utiliser ses propres modems.

Comme le rappelle le média en ligne 9toMac, les deux multinationales ne s’entendent plus depuis qu’Apple accuse Qualcomm de faire un double bénéfice, demandant à la fois de payer le prix de vente de ses puces et une redevance pour l’utilisation des brevets liés à celles-ci. En 2017, Qualcomm a ensuite accusé Apple de convaincre ses partenaires de ne pas payer cette redevance pour faire du chantage.

Deux ans plus tard, le géant des processeurs a ensuite refusé de vendre ses modems pour les iPhone XR et XS. Les tensions ont culminé jusqu’à l’annonce d’un procès en 2019 dans lequel Apple demandait 30 milliards de dollars de dommages et intérêts… avant de finalement retomber comme un soufflé.

Des modems Apple basés sur le projet d’Intel

Car oui, quelques jours avant le procès, Apple et Qualcomm se sont finalement mis d’accord pour renouveler le contrat. Une décision à contrecœur, explique 9toMac : en 2019, Apple avait racheté la division modem du géant des processeurs Intel afin d’accélérer le développement de ses modems maison, mais ceux-ci n’étaient pas encore prêts pour se passer de Qualcomm. Résigné, le constructeur a donc continué d’équiper ses smartphones de ces modems, le dernier iPhone 14 et le prochain iPhone 15 compris.

C’est ce passif qui pousse donc le PDG de Qualcomm à conclure que l’iPhone 16 sera équipé de modems Apple. Une décision qui aurait du sens, dans un contexte où les géants de la tech cherchent de plus en plus à produire leurs propres composants, à l’image des puces Tensor de Google ou des Exynos de Samsung pour ses ordinateurs.

Malgré ce mauvais signe, Cristiano Amon garde la porte ouverte, précisant à CNBC que « c’est à eux de prendre la décision finale », mais Apple semble avoir acté la rupture avec son ancien partenaire commercial.


Envie de retrouver les meilleurs articles de Frandroid sur Google News ? Vous pouvez suivre Frandroid sur Google News en un clic.