Le PDG de Qualcomm, Steve Mollenkopf, a confirmé qu’il n’y avait pas d’animosité entre sa compagnie et Apple. Malgré un feuilleton judiciaire de plusieurs années, la firme à la pomme doit travailler avec Qualcomm pour l’arrivée de la 5G.

Steve Mollenkopf, PDG de Qualcomm

Apple et Qualcomm ont une rivalité qui dure depuis des années. Une bataille à coup de mesures judiciaires qui faisaient planer un climat de guerre presque constant entre les deux géants du monde de la Tech.

Mais les deux firmes semblent avoir trouvé un terrain d’entente depuis avril dernier. Alors que leur procès devait démarrer à cette date, les deux acteurs ont annoncé un accord mettant fin à cette histoire.

D’ennemis jurés à amis ?

Interrogé par Andy Serwer, rédacteur en chef de Yahoo Finance, Steve Mollenkopf, PDG de Qualcomm, a clairement enterré la hache de guerre. Quand on lui demande si Apple et son entreprise étaient des ennemis jurés, il répond :

Je ne dirais pas que nous étions « ennemis jurés ». Il y a beaucoup d’argent en jeu, je pense que nous pouvons tous les deux résoudre ça [leurs différents]. On se concentre totalement sur les produits à présent.
[…]
Je suis ravi que 100 % des discussions entre ces deux entreprises soient « Comment pouvons-nous faire travailler ces deux superbes équipes d’ingénieurs pour créer des produits ? » C’est quelque chose de bien plus naturel et j’apprécie ces discussions bien plus que les anciennes.
[…]
Nous avons tourné la page, c’est du business, maintenant nous sommes concentrés sur les produits.

La 5G en terrain d’entente

Ce qui a poussé Apple et Qualcomm à faire la paix et à se tourner vers ces « produits », c’est l’arrivée de la 5G. Qualcomm étant l’une des entreprises les plus qualifiées pour créer du matériel compatible avec la nouvelle technologie de réseau mobile, Apple ne peut pas l’éviter.

La firme à la pomme s’associe donc avec son nouvel ami pour ne pas rater le train de la 5G sur ses différents produits comme l’iPhone ou l’iPad.

À l’heure où Huawei, Samsung ou LG ont déjà lancé des appareils compatibles 5G et où des firmes plus modestes comme Realme s’y préparent également, Apple ne peut pas être à la traîne. Bien qu’ils ont racheté la division modem d’Intel il y a quelques semaines, l’entreprise avait annoncé qu’elle ne pourrait pas suivre la cadence imposée par Qualcomm et Huawei.

Apple pourrait donc travailler avec l’entreprise de Steve Mollenkopf le temps que ses nouveaux employés trouvent un moyen de combler leur retard.