5 choses à savoir sur Apple Intelligence, la nouvelle IA d’Apple qui veut tout bouleverser

 

Ça y est, de longs mois après la concurrence, Apple s’est lancé dans la course à l’IA. La WWDC 2024 a été l’occasion pour l’entreprise de détailler un peu le fonctionnement de ce nouvel outil sur iOS, iPadOS et macOS.

Apple Intelligence est la nouvelle plateforme IA de la firme // Source : Apple

C’était attendu, mais cela reste un grand pas en avant pour Apple : l’intelligence artificielle générative arrive enfin au cœur des systèmes d’exploitation de la firme. « Tout cela va au-delà de l’intelligence artificielle, c’est de l’intelligence personnelle, et c’est la prochaine grande étape pour Apple », a d’emblée avoué Tim Cook sur scène lors de la WWDC 2024, se permettant même de jouer avec l’acronyme « AI » pour le faire devenir de « l’Apple Intelligence ».

Après avoir observé ce qui se faisait sur le marché avec ChatGPT, Google Gemini et d’autres, la firme de feu Steve Jobs a détaillé sa propre vision de l’IA, avec quelques partis-pris intéressants. Petit tout du propriétaire.

Il n’y a pas une, mais des IA chez Apple

Que ce soit sur iOS, iPadOS ou macOS, l’intelligence artificielle chez Apple va prendre plusieurs formes. Les tâches les plus basiques seront traitées par des « petits » modèles de langage (ou SLM pour Small Language Model) qui tourneront en local. Ces derniers sont nombreux et spécialisés à chaque fois dans une tâche en particulier. Ainsi, faire un résumé de vos notifications ou analyser des éléments de votre agenda ne nécessitera pas de connexion à Internet.

Les tâches plus complexes comme l’analyse de photos ou la rédaction d’un texte seront déléguées à des modèles plus complexes (LLM pour Large Language Model) qui tourneront sur le cloud. Apple promet que le choix des modèles se fera de manière fluide et intelligente selon les requêtes de l’utilisateur ou l’utilisatrice.

ChatGPT comme modèle d’excellence

Dans certains cas, les iPhone, iPad et ordinateurs Mac pourront faire appel à ChatGPT pour analyser ou générer certains contenus. Ces cas d’usage seront toujours clairement labellisés comme tels pour des problématiques de transparence dans la gestion des données. Celles et ceux qui ont un compte ou un abonnement payant pourront d’ailleurs rapatrier leur historique, si tel est leur souhait.

Par défaut cependant, les adresses IP des machines accédant aux serveurs d’OpenAI seront masquées et les données ne seront pas conservées par l’entreprise. La firme a opté pour ce modèle de langage, car elle voulait « commencer avec le meilleur de tous », a avoué Craig Federighi, responsable du logiciel chez Apple.

Bientôt l’intégration de Google ?

Même si ChatGPT a été largement mis en avant pendant la conférence d’Apple, l’entreprise ne s’interdit pas d’intégrer d’autres modèles d’IA à l’avenir dans ses machines. Dans une interview, Craig Federighi explique que Google Gemini pourrait bien se tailler une petite place sur les iPhone, Mac et iPad de la marque.

Source : Montage Frandroid

« Nous pensons que les gens auront peut-être une préférence pour plusieurs modèles […] par exemple un modèle qui convient parfaitement à l’écriture et un modèle plus adapté au code. Nous voulons donc permettre aux utilisateurs de choisir le modèle qui leur convient le mieux » a détaillé le responsable lors d’une interview.

Apple veut mettre la vie privée au centre de son projet

Même pour les requêtes traitées sur le cloud, Apple veut s’assurer que les données de ses utilisateurs et utilisatrices soient en sécurité. Pour ce faire, l’entreprise a lancé l’initiative « Private Cloud Compute ». Derrière cette appellation un peu obscure se cachent en fait des serveurs qui tournent sur des puces Apple Silicon (les mêmes que dans les Mac) et capables de traiter des requêtes complexes en toute sécurité.

Apple promet que les données partagées avec ces serveurs « ne seront jamais conservées ou exploitées » et que seules celles « utiles à l’accomplissement d’une tâche » sont envoyées sur le cloud de l’entreprise.

Un petit goût d’open source

Histoire de convaincre le grand public que les services d’Apple sont bel et bien sécurisés et que l’IA de la firme ne fait courir aucun risque à vos données personnelles, l’entreprise a annoncé que le code sous-jacent à sa plateforme « Cloud Compute » sera publiquement accessible. Ainsi « des experts indépendants pourront inspecter le code » pour évaluer le bien-fondé des promesses faites par Apple.

Selon l’entreprise, le système a été pensé pour que les appareils Apple « ne puissent pas se connecter à un serveur dont le code n’a pas été publiquement audité ».


Téléchargez notre application Android et iOS ! Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.