Les Apple Glass pourraient rendre n’importe quelle surface tactile

 

De semaine en semaine, les informations fusent sur les possibles lunettes de réalité augmentée Apple Glass. C'est désormais une demande de brevet pour une gestion de contrôles tactiles un peu particulière qui a été débusquée.

Montage des Google Glass avec le logo Apple, pour illustration

Montage des Google Glass avec le logo Apple, pour illustration

La rumeur enfle de mois en mois autour des fameuses lunettes de réalité augmentée d’Apple. On ne sait toujours pas si elles basculeront de ce seul côté ou s’il s’agira d’un casque de réalité mixte mêlant aussi une dose de réalité virtuelle. Mais le produit semble se confirmer tant on en apprend sur lui. Reste encore à savoir à quoi il pourra bien servir.

Après le suivi du regard pour contrôler les Apple Glass, Appleinsider a découvert une nouvelle demande de brevet déposée par Apple sur une fonction qui pourrait s’avérer très utile : transformer n’importe quelle surface en support tactile. Cela réglerait le problème d’avoir l’écran au niveau de l’œil, ce qui rend peu pratique les contrôles tactiles et laisse les contrôles gestuels sous le nez souvent approximatif — et peu crédibles pour ceux qui regardent ça de loin. Cela aurait aussi l’avantage de ne pas imposer la proximité de l’iPhone en appui et d’éviter les multiples boutons sur les montures des lunettes.

Un mur comme panneau de commandes virtuelles

Selon le brevet, l’utilisateur pourrait ainsi interagir avec ses lunettes en s’appuyant sur un support physique réel (table, mur, livre, objet…) comme panneau de commandes sur lequel apparaîtraient les boutons et applications. Pour toute personne alentour, rien ne serait visible.

L'idée d'Apple pour rendre n'importe quelle surface tactile pour ses Apple Glasses

Les Apple Glass pourraient transformer un objet quelconque en calculatrice // Source : USPTO

La demande de brevet a été déposée dès 2016 sous l’intitulé « Méthode et dispositif de détection d’un contact entre un premier objet et un deuxième objet ». Cette innovation aurait le mérite d’adapter les commandes à chaque utilisateur tout en garantissant une certaine confidentialité des usages. Elle reprend aussi les principes des commandes tactiles chères à Apple et alliées ici à la réalité augmentée.

Sur le papier, l’idée est belle. Mais il est incertain que la technologie puisse permettre de différencier facilement un tapotement, un glissement du doigt sur une surface dont l’appareil n’a pas connaissance, ou du moins, pas de définition tactile. La réalité augmentée a fait de gros progrès, notamment pour cartographier des objets, et celle d’Apple, avec le Lidar de son dernier iPad le démontre. Mais il est encore approximatif d’interagir naturellement avec un objet placé « sous vos yeux » dans le monde réel, sans avoir de capteurs au bout des mains.

De gros boutons et la chaleur pour comprendre

Le brevet paraît avancer l’idée d’un fonctionnement où l’écran des lunettes, positionné entre notre œil et la surface, serait la seule interface. Il faudrait alors que les « boutons virtuels » soient massifs pour que la caméra RA détecte les gestes ou bien toucher un autre bouton préalablement pour que celle-ci comprenne la différence et le cheminement de l’utilisation.

Apple aurait trouvé une solution avec la détection de chaleur en infrarouge. « Si deux objets à des températures différentes se touchent, la zone de contact changera de température et ensuite convergera lentement vers la température initiale comme avant le toucher, » décrit le texte rédigé par Daniel Kurz, le concepteur crédité de la demande. Le changement de couleur permettra aux Apple Glass de comprendre qu’il y a eu contact entre deux objets, ici le doigt et la surface.

L’auteur du texte a déjà travaillé sur un brevet concernant la manipulation d’objets réels et virtuels conjointement, note Appleinsider. Une idée qui se retrouve dans ce brevet. Mais comme toujours, le dépôt d’un brevet ne signifie pas que cela se retrouvera sur le produit final. On sait par exemple qu’une demande de brevet a été faite pour un modèle modulaire, un modèle qui s’adapte au visage ou bien pour des versions qui corrigeraient aussi la vue.

Les derniers articles