Apple travaillerait sur des AirPods à détection de mouvements cutanés

Apple étudie ce qu'il pourrait faire avec des capteurs d'interférométrie

 

Au rang des technologies obscures pour le grand public qu’Apple pourrait bientôt porter à la lumière : l’interférométrie. Selon une demande de brevet déposée auprès de l’USPTO, le géant californien travaillerait sur des AirPods et un casque audio dotés de capteurs d’interférométrie capables d’interpréter les mouvements cutanés de l’utilisateur.

Ici des AirPods actuels, pour illustration

Ici des AirPods actuels, pour illustration // Source : Suganth – Unsplash

Utiliser, très localement, les légers mouvements, mais aussi les déformations cutanées ou les vibrations détectées sur notre peau pour les interpréter à des fins d’amélioration de l’audio, de bio-authentification ou plus simplement pour prendre en compte des commandes. C’est l’un des chantiers d’Apple.

Si l’on en croit une demande de brevet déposée par la firme et rendue publique récemment par l’USPTO, le géant de Cupertino chercherait comment exploiter au mieux la technologie d’interférométrie sur de nouveaux AirPods, mais aussi sur un casque audio circum-aural (englobant l’oreille). Peut-être le futur AirPods Studio. Des applications dans le domaine des réalités virtuelles et augmentées sont par ailleurs évoquées par Apple dans sa demande de brevet.

Une technologie basée sur un simple faisceau de lumière braqué localement sur la peau

Comme l’a repéré le site Patently Apple, le système à l’étude chez Apple utiliserait des capteurs d’interférométrie à mélange automatique. Le principe est relativement simple : chaque capteur émet un petit faisceau de lumière à un endroit donné du crâne de l’utilisateur. Sa réflexion permet de détecter les vibrations de la peau ou les déformations cutanées et en estimer la distance, le mouvement, ou encore la vitesse.

Ce sont ces informations que le processeur pourra ensuite utiliser pour la bio-authentification et le conditionnement audio du son capté à l’aide des micros. La puce serait alors en mesure de reconnaître et/ou identifier des commandes vocales, précise iPhoneSoft. Une configuration initiale pourra être requise pour permettre au système de se constituer des modèles vocaux, mais l’apprentissage algorithmique serait aussi d’actualité pour mieux comprendre les requêtes de l’utilisateur et s’assurer qu’il s’agit bien du propriétaire des AirPods qui parle.

Grâce au système d’interférométrie, l’utilisateur pourrait par ailleurs se contenter d’un simple geste de la tête pour commander ses AirPods ou son casque. Reste maintenant à savoir si cette technologie sera bien, in fine, utilisée par Apple et comment la marque l’intégrerait pour la rendre utile au quotidien… et pas simplement gadget.

Les derniers articles