Cette année-là, c’est en Claude que Google croit pour l’IA

Claude, pas cloud

 

La start-up Anthropic, dans laquelle Google a investi près de 400 millions de dollars, lance Claude, son chatbot fonctionnant grâce à une intelligence artificielle. La société affirme qu'il est plus facile de discuter avec lui et qu'il est « moins susceptible de produire des résultats nuisibles ».

En février dernier, on apprenait que Google aurait investi près de 400 millions de dollars dans Anthropic, une start-up spécialisée dans l’intelligence artificielle. Elle lance ce 14 mars Claude, un chatbot similaire au ChatGPT d’OpenAI. L’occasion de répliquer face à l’annonce le même jour de GPT-4, mise à jour majeure du modèle de langage d’OpenAI. Aussi, Google a annoncé des fonctions de génération automatique de texte par IA pour Gmail et Google Docs, mais également Bard, son propre modèle de langage.

Anthropic débarque avec Claude sur le marché

Comme l’indique l’article d’annonce de Claude, Anthropic travaille depuis plusieurs mois avec d’autres grandes entreprises du numérique, comme Notion, Quora ou encore DuckDuckGo. Toutes ont d’ailleurs présenté des fonctions d’intelligence artificielle ces derniers mois. Anthropic se dit prêt aujourd’hui à mettre à disposition Claude. Ce chatbot est défini comme « un assistant IA de nouvelle génération basé sur les recherches d’Anthropic en matière de formation de systèmes IA utiles, honnêtes et inoffensifs. »

Anthropic propose aux entreprises deux offres : Claude et Claude Instant. Le premier est le modèle le plus performant, tandis que le second est une « option plus légère, moins chère et beaucoup plus rapide. » La start-up a mis en place une liste d’attente pour pouvoir tester ce nouveau chatbot et prévoit que Claude se Monet (vous l’avez ?) via une API notamment.

À quoi peut bien servir cet énième chatbot ?

Contrairement à bien d’autres chatbots, comme le nouveau Bing, l’agent conversationnel du moteur de recherche You ou encore My AI de Snapchat, Claude n’est pas basé sur GPT-3.5 ou GPT-4. Parmi les usages imaginés par Anthropic, il y a « le résumé, la recherche, l’écriture créative et collaborative, les questions-réponses, le codage, et bien plus encore ». Par ailleurs, l’interface ressemble sur plusieurs points à celle de ChatGPT : on a un champ de texte, un champ de réponses, la gestion de plusieurs conversations à gauche de l’écran et on peut réagir aux réponses avec un pouce vers le haut ou vers le bas.

Une démonstration de Claude // Source : Anthropic

Anthropic détaille aussi les usages de Claude dans des services en particulier. C’est le cas de Quora avec Poe, son application de discussion en ligne. L’IA est également intégrée dans Notion dans des fonctions de productivité. Pour le cofondateur et directeur de l’exploitation de Notion, « les capacités créatives de Claude en matière d’écriture et de synthèse ont contribué au développement de notre assistant connecté, Notion AI. » Ce dernier permet aujourd’hui de résumer des notes, d’améliorer le style d’écriture, de faire de la traduction, de rallonger un texte, etc.

L’application Poe de Quora // Source : Anthropic

De son côté, DuckDuckGo a recours à Claude pour proposer des résumés textuels lorsqu’on pose une question dans la barre de recherche. Dernier exemple, celui de Robin AI : il s’agit d’une entreprise d’infrastructure juridique. Anthropic raconte qu’elle utilise Claude pour repenser des contrats juridiques : l’IA peut « rédiger, résumer, traduire et expliquer des concepts complexes en termes simples. Depuis que nous avons déployé Claude dans notre produit, nous constatons un plus grand engagement de la part des utilisateurs », raconte Richard Robinson, PDG de la société.

Un chatbot qui veut se démarquer de ChatGPT et autres

L’avantage concurrentiel mis en avant par Anthropic pour son modèle, c’est le fait que Claude serait « beaucoup moins susceptible de produire des résultats nuisibles, qu’il est plus facile de converser avec lui et qu’il est plus facile à diriger, ce qui vous permet d’obtenir le résultat souhaité avec moins d’efforts », selon les premiers retours des clients de la société. Le communiqué ajoute que « Claude peut également prendre des directives sur la personnalité, le ton et le comportement. »

La question posée à ChatGPT // Source : Numerama

De futures mises à jour sont prévues dans les semaines à venir et Anthropic veut mettre le point sur la fiabilité de son modèle de langage. La start-up appuie sur le fait qu’elle veut rendre Claude toujours plus honnête, inoffensif et sécurisé au fil des déploiements.


Retrouvez un résumé du meilleur de l’actu tech tous les matins sur WhatsApp, c’est notre nouveau canal de discussion Frandroid que vous pouvez rejoindre dès maintenant !