Covid-19 : le contact tracing d’Apple et Google est prêt, la France marche seule en Europe

En Marche tout seul

 

Via une mise à jour d'iOS et des Google Play Services, des centaines de millions de smartphones vont être prêts à accueillir les applications de contact tracing développées pour le moment par 22 pays, dont de nombreux pays européens.

Le 10 avril 2020, quelques semaines après la mise en place du confinement dans de nombreuses régions du monde, Apple et Google ont annoncé une collaboration exclusive pour concevoir un système d’API et de notifications d’exposition sur iOS et Android. Ce n’est pas une application qui a été développée mais des outils mis à disposition des autorités publiques pour concevoir des apps de contact tracing (ou traçage des contacts).

Déploiement d’iOS 13.5 et mise à jour des Google Play Services

Google et Apple viennent de débuter le déploiement du fruit de cette collaboration sur les iPhone et smartphones Android du monde entier. Sur iPhone, la version iOS 13.5 contient l’ensemble des outils développés, tandis que Google va déployer une nouvelle version des Google Play Services qui sera automatiquement appliquée via le Play Store comme une application traditionnelle. Sur Android, vous n’aurez donc pas à mettre à jour votre système tout entier.

Le déploiement de la version finale de ces outils va permettre aux pays, qui ont choisi de collaborer avec Google et Apple, de commencer à déployer leurs apps de contact tracing auprès des populations.

Google et Apple en profitent pour annoncer que 22 pays de 5 continents vont utiliser leurs outils au sein d’application de contact tracing (ou traçage des contacts). Sur ces 22 pays, de nombreux pays européens ont choisi de collaborer avec Google et Apple.

Les pays européens cèdent majoritairement aux sirènes de Google et Apple

Les pays européens sont divisés entre un système qui centralise les données personnelles, et un autre qui les stocke sur chaque smartphone. L’Allemagne a cédé aux sirènes de Google et Apple avec sa solution clés en main. La Suisse, l’Irlande, les Pays-Bas, la Lettonie et l’Italie ont également adopté l’outil de Google et Apple, tandis que l’Espagne hésite encore.

La France est donc isolée en Europe avec son protocole maison et son application StopCovid, et malheureusement les API de Google et Apple sont les seuls outils qui permettent un accès complet au Bluetooth en arrière-plan et qui sont donc essentielles au bon fonctionnement d’une application de contact tracing.

D’ailleurs, il sera possible de voyager entre les pays européens, par exemple entre l’Italie et l’Allemagne, tout en bénéficiant des fonctionnalités de contact tracing grâce à l’interopérabilité du système de Google et Apple.

Comment fonctionnent les outils de Google et Apple ?

Comme nous avions pu le voir avec les versions bêtas de ces systèmes, chaque utilisateur peut décider d’accepter ou non ce que l’on appelle les notifications d’exposition, c’est-à-dire une notification qui vous prévient si vous avez été en contact avec une personne infectée par le virus. L’objectif de Google et Apple étaient de concevoir un outil qui offre une solution efficace pour les organismes de santé tout en garantissant le respect de la vie privée de leurs utilisateurs.

Notifications d'Apple et Google contre le Covid-19

Les notifications imaginées par Google et Apple pour les applications de traçage contre le Covid-19. // Source : Apple et Google

Les outils de Google et d’Apple sont utilisés essentiellement par les autorités publiques, une entreprise privée n’y a pas accès sauf si elle a été mandatée pour.

Concrètement sur votre smartphone, le déploiement de ces outils consiste à des options de consentement et d’activation, à l’image des captures ci-dessus. Pour rendre opérationnelles les notifications d’exposition, il faut télécharger et configurer les applications des autorités publiques qui dépendant de chaque pays.

Ces API offrent des outils de configuration aux autorités pour déterminer ce qui constitue un événement d’exposition, et bien d’autres paramètres en fonction de la stratégie de contact tracing choisie par les organismes de santé de chaque pays.

Le système de notifications qui permet de faire du contact tracing // Source : Numerama

Google et Apple insistent sur le fait que les API ont été conçues pour apporter une interopérabilité des systèmes, pour ne pas réduire drastiquement l’autonomie de nos smartphones mais aussi évidemment pour garantir le respect de la vie privée des utilisateurs.

Les firmes américains ont choisi de chiffrer les données échangées (les identifiants chiffrés des autres personnes, par exemple) via la technologie AES, le système chiffre également les métadonnées Bluetooth. Concernant les clefs générés pour identifier un smartphone, elles sont générés aléatoirement et surtout renouvelées tous les jours.

Google et Apple ne communiquent pas aux autorités les coordonnés et informations personnelles des utilisateurs de l’application de contact tracing, les données d’exposition et les identifiants sont stockées sur les smartphones et non sur des serveurs externes. C’est ce qui a poussé le gouvernement français à renoncer à utiliser des API de Google et Apple pour le développement de StopCovid.

Les derniers articles