L’accord initial permettait à Huawei de continuer à collaborer avec les entreprises américaines jusqu’au 19 août 2019. Les États-Unis devraient accorder 90 jours supplémentaires à Huawei en attendant que le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping se mettent d’accord commercial plus large.

En mai 2019, le département américain du Commerce a ajouté Huawei à une liste qui oblige l’entreprise chinoise à avoir l’approbation du gouvernement pour travailler avec une entreprise américaine. Les États-Unis ont néanmoins mis en place une période de transition en permettant à Huawei et aux entreprises américaines de continuer à collaborer ensemble jusqu’au 19 août 2019.

Reuters vient d’annoncer que Huawei devrait avoir 90 jours de plus de répit, selon deux sources proches du dossier. Ce nouveau sursis vise à minimiser l’impact économique du bannissement de Huawei auprès des entreprises américaines qui utilisent les équipements Huawei, mais aussi les composants électroniques tels que des processeurs, des puces de mémoire et des modems.

Le sort de Huawei évoqué lors d’un appel téléphonique

Le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping ont prévu de discuter de Huawei lors d’un appel téléphonique ce week-end, c’est ce qu’a déclaré une source à Reuters. Selon cette même source, la prolongation de 90 jours n’est pas définitive et la situation pourrait changer au cours du week-end, lorsque le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping auront discuté ensemble.

Pour rappel, le bannissement de Huawei n’est pas seulement dû aux actions du fabricant chinois, Donald Trump utilise ce bannissement comme un levier dans l’accord commercial entre les deux pays.

Huawei, Android, Google et les États-Unis : toutes les réponses à vos questions