Huawei répond aux restrictions des États-Unis : « cela nuira aux intérêts des Américains »

« La bonne nouvelle, c’est que nous sommes encore en vie »

 

Jusqu’à maintenant silencieux Huawei a profité du Huawei Global Analyst Summit pour s’exprimer au sujet des restrictions américaines. Rassurant, le géant des smartphones et des télécommunications estime que cette politique « arbitraire et pernicieuse » finira par nuire « aux intérêts des américains ».

Magasin Huawei

Le Huawei flagship store de Shenzhen // Source : Frandroid

2020 sera-t-elle comme 2019 pour Huawei ? Le gouvernement américain semble en tout cas déterminé à mettre des bâtons dans les roues du numéro 2 mondial des smartphones. La semaine dernière, l’administration Trump prolongeait le décret interdisant à Huawei de collaborer avec des entreprises américaines. Hier, on apprenait que le fondeur TSMC stoppait la production de puces pour le compte du constructeur chinois. Deux coups durs qui ont rapidement fait réagir le ministère chinois des Affaires étrangères promettant des représailles notamment contre Apple ou Qualcomm.

Discret jusqu’à maintenant, Huawei a profité du Huawei Global Analyst Summit (conférence réunissant un parterre d’analystes du monde entier) pour s’exprimer sur ces nouvelles restrictions américaines. Le chinois se veut à la fois rassurant sur son avenir et inquiétant sur celui du marché. Comme un symbole, le thème de l’inauguration était intitulé « Collaborer pour une industrie des technologies de l’information et de la communication harmonieuse ». Cela ne s’invente pas.

« En fin de compte, cela nuira aux intérêts des Américains »

Huawei le reconnaît volontiers : l’année 2019 a été très compliquée et les choses ne vont pas s’arranger dans les mois à venir. Mais pas question pour le géant des télécommunications de se laisser abattre. « La bonne nouvelle, c’est que nous sommes encore en vie » rassure Guo Ping, président de Huawei.

Plus offensif, il rappelle que la politique « arbitraire et pernicieuse » de l’administration Trump aura un « impact sur l’expansion, la maintenance et les opérations des réseaux » de 170 pays où les équipements télécoms de Huawei sont utilisés par 3 milliards de personnes. « Davantage de scissions ne bénéficient à personne », ajoute-t-il.

Pour appuyer son propos, il rappelle que par le passé les équipementiers télécoms américains n’avaient pas réussi à répondre à la demande très hétérogène des opérateurs, la faute à une absence d’harmonisation. « Il n’y a pas d’alternative américaine à Huawei » insiste Guo Ping. Pour preuve, le réseau européen s’appuyant en partie sur les équipements du chinois repose sur des normes unifiées. Cela a permis aux équipementiers de rester compétitifs assure Huawei. « En fin de compte, cela nuira aux intérêts des Américains » conclut Guo Ping.

Effet boule de neige

Huawei s’inquiète tout de même de l’effet boule de neige. La défiance des autorités américaines commence à toucher d’autres pays qui prennent leur distance avec l’équipementier chinois. La balle est dans le camp des politiques estime le constructeur chinois. Il s’appuie pour cela sur une interview d’Emmanuel Macron à The Economist dans laquelle il expliquait que chaque gouvernement devrait désormais intervenir pour choisir les fournisseurs des opérateurs afin d’assurer la sécurité des communications.

En France, le gouvernement a choisi de faire confiance à Huawei au même titre qu’un autre équipementier. Mais tout n’est pas si simple. SFR et Bouygues Telecom – qui comptent sur Huawei pour le déploiement de leur réseau 5G – expliquaient il y a quelques semaines que l’Anssi faisait trainer les validations dossiers incluant des technologies de l’équipementier chinois.

Huawei le sait, les mois à venir seront encore compliqués. Mais Guo Ping assure que l’entreprise saura affronter cette crise. « Nous sommes confiants dans notre aptitude à maintenir cet avion dans les airs », conclut-il.

Le 19 mai 2020, l’embargo américain à l’encontre de Huawei fête son premier anniversaire. L’occasion de faire le point sur cette année très particulière pour la marque dont les smartphones sont privés des services Google…
Lire la suite

Les derniers articles

  • Essai du BMW iX3 : la passe de trois
    7 /10

    BMW

    Essai du BMW iX3 : la passe de trois

    29 novembre 202029/11/2020 • 18:00