Call of Duty sur Nintendo Switch : Microsoft s’explique sur son projet

 

Pour apaiser l'autorité de la concurrence britannique, Microsoft a pu présenter des compromis concernant la licence Call of Duty. Il est notamment question de la disponibilité du jeu sur Nintendo Switch.

Depuis l’annonce du projet de rachat d’Activision par Microsoft, l’avenir de Call of Duty est au centre des préoccupations des autorités, notamment au Royaume-Uni. Pour contenter les autorités, Microsoft a signé un contrat avec Nintendo et Nvidia pour garantir la disponibilité de Call of Duty hors de l’écosystème Xbox. Dans les documents dévoilés par l’autorité du Royaume-Uni, on en sait désormais plus sur les promesses de la firme.

Un portage natif sur Nintendo Switch

Dans la réponse de Microsoft, on trouve la promesse de « développer et publier les futures versions natives consoles de Call of Duty sur les plateformes Nintendo pendant au moins 10 ans ». Il ne serait donc pas question de proposer une version cloud gaming du jeu comme certains éditeurs de titres AAA le font sur la console de Nintendo.

Plus loin dans le texte de Microsoft, on obtient même la précision que l’on parle bien de portages pour la Nintendo Switch actuelle en attendant une éventuelle nouvelle génération de consoles Nintendo.

Le document stipule qu’Activision et Microsoft sont confiants dans l’idée que Call of Duty Warzone et les épisodes de Call of Duty buy-to-play (les épisodes canoniques comme Call of Duty Modern Warfare 2) « peuvent être optimisés pour tourner sur Nintendo Switch en utilisant des techniques standards déjà employés sur des jeux comme Apex Legends, Doom Eternal, Fortnite et Crysis 3 ». Le développement d’un tel portage ne serait qu’une question de mois.

Microsoft s’engage également à ce que les futurs épisodes de la franchise sortent le même jour sur consoles Nintendo et sur les consoles Xbox.

Un store mobile pour concurrencer Apple et Google

Dans le document de Microsoft, on retrouve tous les arguments du géant pour défendre son rachat. Il y a l’arrivée de Call of Duty sur de nouvelles plateformes et dans le Game Pass bien sûr, mais il y a aussi la question de la concurrence sur smartphone.

En effet, Microsoft défend l’idée que ce projet de rachat, qui lui ferait de mettre la main sur Call of Duty Mobile, Diablo Immortal, le futur Warzone Mobile et Candy Crush, est nécessaire pour créer ce que la firme nomme la Xbox Mobile Platform.

Il s’agirait d’une nouvelle plateforme de distribution de jeux mobiles en concurrence du Google Play Store et de l’Apple App Store. Cela passerait par une extension du Xbox Store aux écosystèmes mobiles pour permettre aux développeurs de proposer leurs jeux avec les conditions de Microsoft et non celles d’Apple ou Google.

Et une publicité dans la presse

Pour rappuyer ses arguments de façon publique, Microsoft s’est offert une publicité en pleine page dans deux journaux au Royaume-Uni.

Avec cette publicité, Microsoft touche à la fois les autorités et les décideurs puisque la firme a choisi le Financial Times et à la fois le grand public via le Daily Mail.

La CMA au Royaume-Uni doit rendre sa décision au plus tard le 26 avril 2023.