Microsoft attaque le portefeuille de Steam et s’inspire de l’Epic Game Store

 

À partir du 1er août, Microsoft ne récupérera plus que 12 % du prix des ventes sur son Windows Store. Un chiffre identique à celui pratiqué par l'Epic Games Store, qui laisse clairement penser que Microsoft veut mettre la pression sur Steam et ses 30 %.

C’est une petite bombe dans l’univers du jeu PC. Microsoft a décidé de réduire considérablement la commission qu’il perçoit à chaque vente de jeu sur le Microsoft Store. À partir du 1er août, le pourcentage que le géant de la tech percevra passera de 30 à 12 %. On savait Windows décidé à vouloir faire de l’ombre à Steam, et cette annonce sonne clairement comme un premier pas dans cette direction, puisque Steam continue d’appliquer une commission de 30 % aux développeurs (réduite à 25 % lorsque les ventes atteignent les 10 millions de dollars, et à 20 % une fois les 50 millions de dollars atteints).

Précisons que la commission de 30 % ne bougera pas sur Xbox, le marché des consoles répondant à des contraintes très différentes. Les fabricants de consoles acceptent de vendre leurs machines moins chères, dans l’objectif de récolter en retour 30 % des ventes sur chaque jeu et application.

Le chiffre choisi n’est pas anodin : 12 %, c’est déjà ce que perçoit l’Epic Games Store sur ses ventes de jeu. Le fait qu’un autre store ait déjà choisi d’appliquer ce taux constitue un moyen supplémentaire de faire pression sur Steam, toujours leader du marché, avec une part de marché évaluée à 75 %. D’autant qu’une étude récente réalisée auprès de 3000 professionnels de l’industrie a démontré que la plupart des développeurs de jeux estimaient que Steam ne méritait pas ses 30 % de commission.

Les meilleures ventes en chiffre d’affaires sur Steam en 2020

Les meilleures ventes en chiffre d’affaires sur Steam en 2020 // Source : capture d’écran de Steam

Mais la compétition sera rude : Epic a beau distribuer des jeux à tour de bras et proposer des exclusivités à des développeurs, dans la tête de nombreux joueurs PC, Steam reste la plateforme principale pour jouer. Côté Microsoft, les efforts pour convaincre les développeurs de s’engager sur son store devront surtout porter sur la refonte de ce dernier, et sa catastrophique ergonomie.

Parmi les améliorations que promet Matt Booty, on sent d’ailleurs que Microsoft a compris ce qui pêchait sur son store. Le responsable de Xbox promet : « une fiabilité d’installation améliorée et une vitesse de téléchargement plus rapide dans les prochains mois ». Les nombreux joueurs qui ont tenté en vain d’installer des jeux sur le Microsoft Store savent à quel point ces deux paramètres ne sont pas à la hauteur actuellement. Ceci étant, depuis quelques mois, la montée en puissance du Xbox Game Pass, notamment sur PC, ou encore son rachat de Bethesda, permettent de renforcer l’idée que la firme de Redmond est bien décidée à revenir en force dans l’univers du jeu PC.

Un timing finement étudié

« Les développeurs de jeux sont essentiels pour amener d’excellents jeux à nos joueurs, et nous voulons qu’ils réussissent sur nos plateformes », a déclaré Matt Booty, le chef des studios Xbox. « Une claire répartition des revenus, sans attaches, signifie que les développeurs peuvent amener plus de de jeux à plus de joueurs et donc accéder à un succès commercial encore plus important. »

L’application du store d’Epic Games

L’application du store d’Epic Games

Cette annonce n’intervient pas à n’importe quel moment. Quitte à venir chatouiller un concurrent, autant essayer d’en gêner deux. L’annonce intervient en effet quelques jours avant le début officiel du procès Epic vs Apple, qui porte justement sur la commission de 30 % en vigueur sur l’App Store. Un des arguments principaux d’Apple est d’ailleurs que la plupart des autres plateformes de vente d’applications appliquent elles aussi une commission de 30 %.

Un argument qui est désormais un peu moins tenable, même si les 30 % restent la norme partout ailleurs.

Le système anti-triche de Halo Infinite sera plus respectueux du joueur sur PC et c’est peut-être une bonne nouvelle pour l’avenir du jeu multijoueur.
Lire la suite

Les derniers articles