Nintendo Switch Pro : elle serait compatible DLSS, mais qu’est-ce que c’est ?

La technologie de Nvidia sur Switch ?

 

La Nintendo Switch Pro n'est qu'une rumeur pour le moment, mais elle fait jaser : définition 4K, écran OLED et... DLSS. Justement, qu'est-ce que le DLSS ?

Ceci n’est pas la Nintendo Switch Pro, mais elle pourrait ressemble à ça

Ceci n’est pas la Nintendo Switch Pro, mais elle pourrait ressemble à ça // Source : Computer Bild

Les rumeurs autour de la prochaine Nintendo Switch circulent depuis très longtemps. Néanmoins ces derniers temps, elles se font de plus en plus nombreuses autour de celle que l’on surnomme « Switch Pro ». Il est question de jeux exclusifs, le média Bloomberg évoque une console équipée d’un écran OLED en définition 4K, alors que Nintendo a déjà expliqué qu’elle ne comptait pas remplacer sa très populaire console hybride avant un certain temps. On peut donc penser que le modèle pressenti pour 2021 coexisterait avec la version d’origine, à l’instar de ce qu’on a pu voir avec le Switch Lite.

On pourrait donc voir arriver une Switch Pro avec la prise en charge de la définition 4K et l’intégration de la technologie DLSS de Nvidia. Une définition 4K, vous aurez compris que l’image devrait gagner en détail avec beaucoup plus de pixels affichés sur l’écran. Quant à l’OLED, cela permet d’avoir une image bien plus contrastée, de meilleurs angles de vue et un gain d’autonomie. Mais quid du DLSS ?

Qu’est-ce que le DLSS ?

Si vous avez un PC équipé d’une carte graphique Nvidia GeForce récente, vous avez sans doute le DLSS. Cette technologie a été annoncée en 2018 et on l’explique souvent en disant que c’est du super-échantillonnage avec du machine learning. Pour ne pas vous perdre, il est temps d’expliquer en quoi ça consiste vraiment.

Avec le DLSS, la carte graphique va produire une image qui est en plus basse définition, avec moins de pixels, que la définition d’image que l’on veut vraiment afficher sur l’écran. Par exemple, pour afficher de la 4K, la carte graphique produit une image en Full HD. Cela permet de produire davantage d’images pour améliorer la fluidité de votre jeu vidéo.

Pour éviter que l’image soit dégradée, c’est là que l’algorithme de Nvidia entre en jeu. Il utilise une technique d’intelligence artificielle à base de machine learning qui a analysé des milliers de séquences d’images créées à l’aide d’un supercalculateur. Cela entraîne l’algorithme à pouvoir produire des images tout aussi belles, mais sans que la carte graphique ne travaille aussi dur pour le faire. De plus, le DLSS intègre des techniques traditionnelles pour améliorer les images telles que de l’anti-aliasing. L’objectif de tout ça : afficher une image finale qui semble avoir été créée à une définition supérieure et à un niveau de détail beaucoup plus élevé.

L’idée est de faire en sorte que les rendus des jeux soient calculés en définition Full HD, par exemple, mais que l’on est l’impression de voir de la 4K. C’est ce que fait le DLSS 2.0, cette technologie offre une définition « x4 », vous permettant de transformer les jeux en 1080p en des jeux 4K. 

On imagine donc que, si elle existe à terme, la Nintendo Switch Pro profitera d’une évolution de sa puce graphique pour y intégrer quelques cœurs Tensor. Ce sont eux que l’on retrouve sur les GeForce RTX en plus des cœurs traditionnels. Évidemment, il faudra que tous les jeux Nintendo soient compatibles avec cette technologie, c’est à l’éditeur d’effectuer ce travail. Pour rappel, la Nintendo Switch actuelle utilise une puce de Nvidia que l’on appelle Tegra X1 et qui utilise une architecture graphique similaire à celle des GPU pour PC.

Les derniers articles