On est monté à bord du Sony Vision-S 02 : nos impressions sur ce concept de SUV électrique

Tour du « propriétaire »

 

Au cœur du moelleux stand Sony trônent deux concept-cars aux allures très réalistes. Nous sommes entrés à bord du tout dernier d’entre eux, le SUV Vision-S 02. Tour du « propriétaire » (même s’il n’est pas à vendre).

Sony Vision S02

Source : Nicolas Valeano pour Frandroid

Avec sa couleur gris mat, en raccord avec les tonalités sobres du grand stand Sony, le Vision-S 02 joue la carte d’une certaine élégance au CES 2022. En tout cas, il fait partie de ces voitures électriques qui semblent bien plus réussies lorsqu’on les découvre en vrai plutôt qu’en photo. L’air de famille avec la berline rebaptisée 01 pour l’occasion est flagrant, avec une face avant avec d’étranges feux en amandes, coupés d’une ligne de LED qui court sur toute la largeur, comme c’est la mode ces temps-ci.

L’exécution de l’extérieur est très soignée et se rapproche bien plus du monde des voitures de série que des concept-cars. En clair, elle semble pouvoir tout à fait être commercialisée (presque) en l’état, du moins vue de l’extérieur. Un logo Sony Design sur le bas de caisse semble signer le style de l’ensemble, même si on peut s’imaginer que c’est l’un des nombreux cabinets de design automobile existants qui a contribué au projet.

Espace maximal

Le Sony Vision-S 02 est un gros bébé de 4,89 m de long, soit 14 cm de moins qu’une Tesla Model X. Une taille un peu moins « américaine », mais qui permet d’accueillir aussi jusqu’à 7 passagers, même si la version exposée se limite à 4 sièges. Commençons alors par les places arrière pour cette auto à vocation familiale. Les baquets individuels sont particulièrement confortables et offrent un maintien latéral digne des sièges… avant. Pourtant, il ne s’agit pas d’une voiture de sport, même si les performances devraient être de premier ordre avec les quelque 544 ch (400 kW) au programme !

La place aux jambes est surprenante, pas seulement en longueur, ce qui est attendu avec un empattement de plus de 3 mètres (la distance entre les roues avant et arrière), mais en hauteur aussi. Les pieds sont ainsi positionnés très bas, probablement grâce au choix de ménager des « caves à pieds », des parties sans batterie pour gagner en profondeur, comme Porsche dans son Taycan. On évite ainsi d’avoir les genoux en hauteur, comme c’est le cas dans beaucoup d’électriques, même dans des SUV hauts.

Comme chez Tesla, le grand toit transparent aide à la luminosité à baigner dans l’habitacle aux couleurs claires et à la garde au toit, optimisée au maximum sans matériaux de garniture. Deux écrans en format tablette, situés derrière les sièges avant, pourront afficher les mêmes contenus qu’à l’avant (ou pas) et à l’arrêt pour distraire toute la famille avec le service vidéo Bravia Core. Les passagers pourront régler leur climatisation au moyen d’un petit écran dédié, à l’arrière de la console centrale.

Un tout-écran élégant

La planche de bord très épurée ne fait pas dans le sensationnel, mais fait la part belle aux écrans : 3 écrans principaux côte à côte, complétés des écrans latéraux des rétroviseurs, remplacés par des caméras. Le rétro intérieur est lui aussi géré par une caméra. Plus original, Sony offre la possibilité, d’un simple swipe, d’échanger le contenu de l’écran du centre et celui de droite pour laisser le passager gérer les choses. Intéressant, mais probablement pas homologable en l’état.

En revanche, pas de système ici pour empêcher la lecture de l’écran de droite depuis la place du conducteur, comme le propose par exemple Continental parmi ses technologies avancées. Pour commander l’écran central, celui dédié à l’info-divertissement, la marque japonaise propose au choix un accès tactile classique, un grand trackpad au pied de la console centrale avec retour haptique ou encore une molette et des touches physiques pour les usagers les plus traditionnels.

Différents modes d’affichage sont proposés au choix, avec des thématiques du riche catalogue de la marque, comme avec Spider-Man. Le son à 360° n’est bizarrement pas des plus impressionnants lors de la démo, même avec les haut-parleurs intégrés aux sièges : un peu décevant de la part d’un si grand spécialiste de Hi-Fi. L’auto est connectée naturellement en 5G et une appli permet de voir certaines de ses fonctionnalités sur un smartphone. Là encore, rien de bien original.

Loin d’un intérieur de série

Question qualité d’exécution, si l’extérieur, comme nous l’avons dit, est relativement mature, l’intérieur ressemble plutôt à celui d’un concept avancé. Les matériaux clairs sont beaux, l’emploi du bois élégant mais nous sommes ici un peu plus loin de ce que pourrait être un intérieur de série, même si aucune des fonctionnalités et écrans présentés sont révolutionnaires. Les dalles, d’ailleurs, arborent de grosses bordures disgracieuses.

Alors, gage d’un engagement vers un modèle de série via la nouvelle branche Sony Mobility Inc ou simple showcase des technologies de la marque agitant un chiffon devant ses concurrents ? Difficile à dire : peut-être aurons-nous la réponse au CES 2023…

Le CES 2022 a fait la part belle à l’automobile. De nombreux constructeurs y ont présenté des concepts excitants, des technologies bluffantes et de belles avancées en matière de voitures intelligentes et autonomes. Accrochez votre ceinture :…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles