Test du Sony XR-75Z9J : une image 8K très brillante, prête pour le futur, mais qui n’évolue pas beaucoup

Du Full LED au service d’une image Ultra HD 8K

Ce test est valable pour les variantes suivantes :

Points positifs de la Sony XR-75Z9J
  • Google TV fluide et proposant de nombreuses applications
  • Design soigné et qualité de fabrication
  • Différentes positions pour les pieds
  • Organisation des câbles et plaques à l’arrière
  • Télécommande rétroéclairée
  • Qualité d’image générale
  • Paramètres de l’image rapidement accessibles
Points négatifs de la Sony XR-75Z9J
  • Pas de HDR10+
  • Pas de mode Sport
  • Toujours pas de VRR
  • Dolby Vision/Ultra HD 120 Hz simultanés impossible
  • Ethernet limité
  • Quelques halos sur les bandes noires en 21:9
 

Introduction

Doté d’une dalle Full LED LCD Master Series, le téléviseur Sony XR-75Z9J est l’un des rares modèles à pouvoir afficher des images Ultra HD 8K, mais encore faut-il avoir du contenu à se mettre sous la télécommande… Comme les autres TV de 2021, il est équipé du nouveau processeur de traitement d’image Sony XR avec de l’intelligence artificielle et animé par Google TV avec son lot d’applications de streaming et ses possibilités d’interaction avec les objets connectés présents à la maison. Avec plusieurs entrées HDMI 2.1, il peut être un compagnon de choix pour jouer en attendant toutes les mises à jour promises en vue d’une pleine exploitation. Voici notre avis complet.

Dévoilé lors du dernier salon du CES 2021 à Las Vegas, le Sony Z9J n’arrive que maintenant en boutique avec sa dalle Ultra HD 8K et toutes ses technologies parmi les plus avancées spécialement développées par l’un des spécialistes de l’image, Sony. Profitant d’une dalle très haut de gamme, sur le papier, la télévision promet une image très lumineuse et de très haute qualité. Voyons si le fabricant remplit tous les objectifs.

Sony XR-75Z9JFiche technique

Modèle Sony XR-75Z9J
Technologie d'affichage LCD
Définition Maximale 7680 x 4320 pixels
Taille de l'écran 75 pouces
Compatible HDR Dolby Vision
Compatible Surround Dolby Atmos
Sortie audio Haut-parleurs
Assistant Vocal Google Assistant
Compatible Chromecast Oui
Dimensions n/a
Prix 5 999 €
Fiche produit

Sony XR-75Z9JDesign

N’y allons pas par quatre chemins, le téléviseur Sony XR-75Z9J est particulièrement massif puisqu’il fait tout de même 46,4 kg et propose des dimensions à la hauteur de sa diagonale de 75 pouces. Aussi décliné en version 85 pouces, celui-ci est encore plus lourd : 61,7 kg et, comme sur le précédent, une manipulation à deux personnes est obligatoire.

Sony a pensé à plusieurs positions pour les pieds qui sont très fins par rapport à l’écran lui-même. Il est ainsi possible de les installer dans une configuration centrale où on ne peut pas installer de barre de son devant puisqu’ils sont espacés de 62 cm seulement. Sinon, on peut également les fixer aux extrémités, en position haute pour accueillir une barre de son, entre les deux offrant un écart de 171 cm, ou basse. Prévoyez une profondeur de 43 cm. Le montage ne présente aucune difficulté et quatre vis suffisent au maintien parfait de l’ensemble sur un meuble.

Comme les autres téléviseurs, celui-ci peut également être accroché à un mur. Il n’est pas question ici de pied pivotant, cette fonctionnalité restant l’une des exclusivités de Panasonic. Le design du téléviseur est assez agréable à regarder. Il profite d’un double cadre qui entoure l’écran lui-même avec une finition bronze. La qualité de fabrication est bel et bien au rendez-vous et sans vraiment avoir l’impression d’avoir un appareil luxueux, on sent qu’il appartient tout de même au segment du haut de gamme.

Comme sur le précédent modèle, les haut-parleurs sont intégrés dans la partie basse et se laissent entrevoir légèrement.

Test du Sony XR-75Z9J : une image 8K très brillante, prête pour le futur, mais qui n’évolue pas beaucoup

Téléviseur LCD de 75 pouces, il n’est pas particulièrement fin puisqu’il accuse une épaisseur de 8 cm au maximum. Le dos de la télévision est texturé. Des plaques en plastique viennent refermer les creux pour laisser une surface arrière sur le même plan. C’est très bien pensé.

Test du Sony XR-75Z9J : une image 8K très brillante, prête pour le futur, mais qui n’évolue pas beaucoup

Connectiques du Sony Z9J

Comme souvent, les connectiques sont organisées avec certaines dirigées vers le bas alors que les autres sont orientées vers le côté. Une seule prise HDMI, excentrée, supporte les signaux Ultra HD 8K et deux autres entrées HDMI acceptent aussi les signaux Ultra HD jusqu’à 120 Hz. On peut ainsi profiter de tout le potentiel des consoles de jeux, sauf pour la technologie VRR qui n’est pas encore disponible sur les TV Sony avant l’arrivée promise depuis 2020 d’une mise à jour qui tarde. N’oubliez surtout pas de passer les entrées HDMI en mode amélioré afin de bien supporter les technologies les plus avancées.

Bonjour les prises HDMI 2.1 !

Bonjour les prises HDMI 2.1 !

Pensez à débloquer les prises HDMI.

Pensez à débloquer les prises HDMI.

Comme les autres TV Sony 2021, celle-ci ne supporte pas l’entrée simultanée d’un signal Ultra HD à 120 Hz et Dolby Vision, il faut choisir entre les deux et activer le bon mode dans les paramètres du téléviseur. Sinon, on a l’essentiel pour profiter d’une large connectivité et on apprécie la présence du Wi-Fi qui permet d’exploiter le service de streaming exclusif à Sony, Bravia Core, afin de profiter de certains films avec un débit de 80 Mbit/s ce que ne permet pas la prise Ethernet limitée à 10/100 Mbit/s. Il y a suffisamment d’espace pour organiser la fuite des câbles vers les pieds grâce à la présence de guide-fils.

Sony XR-75Z9JImage

Le téléviseur Sony XR-75Z9J est capable d’afficher une image Ultra HD 8K, soit une définition de 7680 x 4320 pixels. Il utilise une dalle LCD avec un panneau LED et un rétroéclairage Full LED. Il supporte le HLG, le HDR et le Dolby Vision et fait l’impasse sur le HDR10+ de Samsung. Il offre des angles de vision qui sont nettement moins larges que ceux proposés par les TV OLED. En outre, le téléviseur profite d’un système de filtre antireflet. Celui-ci est assez efficace pour des petites sources de lumière placées devant, mais il n’arrive pas à gommer une baie vitrée en pleine après-midi. Par rapport au modèle de l’année dernière, le filtre est pratiquement identique. Mais, par rapport aux TV OLED, la technologie LCD offre l’avantage de proposer une plus grande luminosité autorisant un usage dans une pièce lumineuse.

Afin d’obtenir un rendu « cinéma », le téléviseur propose pour des séquences non HDR, les modes Expert et Cinéma. C’est le premier qui permet d’afficher les meilleurs résultats. Lors de nos mesures, nous avons pu relever un Delta E moyen de 1,52, soit une valeur nettement inférieure à 3, seuil en dessous duquel l’œil humain n’arrive plus à faire la différence entre la couleur affichée et celle qui est demandée. Le gamma moyen a pu être mesuré à 2,3. La courbe des gris décroche littéralement à partir de 50 % pour plonger vers des valeurs lumineuses pour les gris, les clairs surexposant certaines scènes à l’écran. Effectivement, les scènes d’explosions plein cadre sont extrêmement lumineuses et presque saturées. L’image en mode Expert est très gratifiante et peut paraitre très légèrement froide malgré tout. Nous avons pu mesurer une température moyenne de 6628 K ce qui est un peu supérieur au 6500 K attendus. La couverture de l’espace colorimétrique rec709 est parfaitement couvert ce qui est toujours appréciable permettant ainsi de profiter de toutes les couleurs disponibles dans ce mode largement utilisé.

La fluidité est bien au rendez-vous avec des séquences parfaitement animées qui ne laissent aucune rémanence. Là où le téléviseur pêche un peu, c’est sur son contraste. En effet, avec sa dalle LCD, il ne peut pas produire des noirs aussi intenses que sur une dalle OLED. En SDR, nous avons pu mesurer un taux de contraste de 3100:1. Il est important malgré tout de relativiser cette valeur puisque le téléviseur montre aussi parfois ce qui peut ressembler à de vrais noirs semblant éteindre certaines zones de rétroéclairage afin de proposer une image beaucoup plus contrastée.

Test du Sony XR-75Z9J : une image 8K très brillante, prête pour le futur, mais qui n’évolue pas beaucoup

L’exercice du générique des séquences de Formule 1 sur Canal+ a toutefois du mal à passer puisque l’écran alterne entre des séquences totalement noires et d’autres, plus grises. Pour des scènes moins rapides, la TV arrive à gérer. Malgré cela, nous avons pu observer que certains détails à l’image particulièrement lumineux se voient au niveau des bandes noires supérieures et inférieures lorsque le contenu est au format 21:9, par exemple, produisant des halos un peu désagréables.

Nous avons pu comparer les images proposées par la Sony XR-75Z9J avec le Samsung Q65Q80A et pu constater que le contraste était un peu meilleur sur ce dernier. C’est encore plus criant sur les menus d’accueil de certains services de streaming comme Netflix, par exemple avec un rendu gris sur la Sony alors qu’il est bien noir sur la Samsung. Le téléviseur sud-coréen propose, côte à côte, des séquences légèrement plus colorées également, mais c’est un peu la caractéristique commune aux TV Samsung par rapport à du Sony qui propose des scènes plus naturelles. Le phénomène des halos au niveau des bandes noires est plus atténué sur le Q65Q80A.

Les effets de blooming sur la TV Sony Z9J sont contenus, mais bien visibles tout de même, à la différence des TV OLED où il est totalement absent. On peut regretter l’absence d’un mode Sport. Il faut passer en mode Jeu pour ne presque plus voir de traces laissées sur l’écran par une balle de tennis sur un court de terre battue, par exemple. Ça passe mieux pour des échanges de ballon blanc et rond sur un gazon.

En HDR, comme évoqué en introduction, le téléviseur se montre particulièrement lumineux. Avec le mode Expert qui propose les meilleurs résultats, nous avons pu mesurer un pic de luminosité de 2140 cd/m² ce qui est très élevé surtout si on le compare au pic de luminosité obtenu, par exemple par une télévision OLED LG, le C1 mesuré à 725 cd/m², soit un tiers seulement. Toujours en mode Expert HDR, nous avons relevé une excellente fidélité des couleurs puisque le Delta E moyen a pu être mesuré à 1, une valeur bien inférieure au seuil de 3.

Le téléviseur est donc parfaitement calibré dès sa sortie du carton pour profiter pleinement des contenus HDR (dont Dolby Vision). Sachant qu’un mode IMAX Enhanced est également proposé, une copie du mode Expert dans les réglages et qui fait figure de notion marketing plutôt qu’autre chose. L’espace colorimétrique BT2020 est couvert à 65 % alors que celui du DCI-P3 est assuré à 89 %. À titre de comparaison, avec le même protocole de test, sur une TV Sony XR-X90J, nous avions relevé des pourcentages de 65 % pour le BT2020 et 85 % pour le DCI-P3. Ces valeurs sont correctes, mais moindres que celles que l’on obtient sur une TV OLED.

Pour la petite histoire, en mode Intense HDR, nous avons relevé un pic de luminosité de 2800 cd/m² dépassant celui du Samsung Q65QN95A doté de la technologie mini-LED et ses quelque 2600 cd/m² mesurés dans des conditions similaires.

Le processeur Sony qui traite les sources non Ultra HD fait de très belles choses avec les contenus à définition moindre, mais ne peut pas non plus faire des miracles. Ainsi, l’image est parfois un peu trop lissée, mais parait tout de même satisfaisante. Privilégiez, surtout avec une telle diagonale, des contenus de bonne qualité de préférence afin d’en tirer le meilleur parti. Malheureusement, les vidéos YouTube Ultra HD 8K ne peuvent pas être lues en l’état par le téléviseur, comme sur le précédent modèle de la marque. Les contenus manquent sérieusement à l’appel, ce qui fait que si vous vous décidez pour ce modèle, il sera prêt pour les années à venir, mais que vous pourriez rester sur votre faim si vous attendez des séquences nativement Ultra HD 8K.

Sony XR-75Z9JGaming

La télévision Sony XR-75Z9J est équipée de 3 prises HDMI 2.1 ce qui permet de l’associer avec une console nouvelle génération. Si on peut effectivement compter sur le support des signaux Ultra HD à 120 Hz, l’eARC et l’ALLM pour la réduction du temps d’affichage, on attend toujours la mise à jour qui permettra de profiter de la technologie VRR limitant les déchirures d’images dans les jeux.

Sur le Z9J, nous avons mesuré un temps de retard à l’affichage de 18,3 ms, ce qui correspond à un tout petit plus d’une image de retard à 60 Hz entre le moment où le joueur appuie sur le bouton de la manette et celui où l’action se déroule à l’écran. Sur le Samsung Q80A, à titre de comparaison, nous avions mesuré un temps de seulement 9,6 ms. Concernant la fidélité des couleurs, elle est plutôt bonne : nous avons mesuré un Delta E moyen en SDR de 3,07, ce qui est proche de la valeur cible de 3. Le téléviseur propose, aussi bien en mode SDR qu’en HDR, le mode Jeu qui correspond bien aux attentes pour cette activité.

Sony XR-75Z9JAudio

Le téléviseur Z9J reprend le système audio du modèle ZH8 et offre logiquement des performances équivalentes. Le système peut être calibré avec l’aide de la télécommande ce qui est toujours une très bonne chose. Globalement, le son délivré par la TV est satisfaisant avec un rendu plutôt chaud même s’il peut manquer d’un tout petit peu de précision. Compatible DTS et Dolby Atmos, on peut regretter l’absence d’effets de spatialisation qui sont tout juste perceptibles sur les côtés. Équipé de borniers, le téléviseur peut jouer le rôle d’enceinte centrale si vous avez du matériel compatible Sony. C’est très pratique et bien pensé pour une installation complète et une intégration parfaite. La course du volume est satisfaisante dans le sens où on peut augmenter ou diminuer le son assez rapidement.

Sony XR-75Z9JInterface

Le téléviseur est animé par le système Google TV. Successeur d’Android TV, il se présente sous une interface plein écran avec des suggestions de contenus et une meilleure organisation des paramètres. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce système, nous vous invitons à lire notre test du Sony XR-65A90J.

Test du Sony XR-75Z9J : une image 8K très brillante, prête pour le futur, mais qui n’évolue pas beaucoup

Google TV est fluide. Outre tous les contenus que l’on peut exploiter, les paramètres sont rapidement accessibles et notamment ceux permettant de changer les modes d’image et de son à la différence du système Tizen de Samsung où il faut parcourir plusieurs sous-menus.

Sinon, cette intégration de Google Assistant permet également de commander sommairement le téléviseur ou des objets connectés présents dans la maison. Via le système Chromecast, il est également possible d’envoyer des contenus vidéo sur le téléviseur, depuis un smartphone ou une tablette tactile, par exemple. C’est très pratique. Rappelons que le téléviseur supporte le AirPlay 2 et HomeKit. Il peut également être contrôlé via Alexa si vous avez une enceinte connectée Amazon chez vous. Comme indiqué plus haut, l’achat du téléviseur permet d’accéder à la plateforme Sony Bravia Core et ses contenus très haute qualité.

Le service de streaming exclusif Sony Bravia Core est embarqué.

Le service de streaming exclusif Sony Bravia Core est embarqué.

La télécommande, grande et rétroéclairée

La télécommande livrée avec le téléviseur Sony XR-75Z9J est identique à celle qui accompagne le modèle Sony XR-65A90J. Elle est donc très grande avec une finition en aluminium brossé. Elle profite d’un rétroéclairage ce qui permet de localiser rapidement les touches dans l’obscurité. On y trouve 4 touches de raccourcis vers les services de streaming YouTube, Netflix, Disney+ et Prime Video. Un microphone est intégré afin d’écouter vos commandes vocales et d’aider le système audio du téléviseur à être calibré. Malgré sa taille impressionnante, la télécommande est plutôt légère et ergonomique. Elle est Bluetooth, sauf pour la commande d’allumage et d’extinction qui demande à la viser pour la démarrer ou l’éteindre.

Test du Sony XR-75Z9J : une image 8K très brillante, prête pour le futur, mais qui n’évolue pas beaucoup

Sony XR-75Z9JConsommation

En matière de consommation électrique, nous avons mesuré ce que consommait le téléviseur pendant la diffusion d’une série, « les 100 » sur Netflix (HD 5.1) pendant 4 heures avec le son et les paramètres de l’image réglée sur Cinéma. Dans ces conditions, que nous allons reproduire pour tous les prochains tests de téléviseurs, le Sony XR-75Z9J consommait 150 Wh ce qui est plutôt important.

Sony XR-75Z9JPrix et date de sortie

La série Sony Z9J est déclinée en 75 et 85 pouces des prix de 6990 euros et 9990 euros. Vous la trouverez chez tous les revendeurs habituels.

Note finale du test
7 /10
Ce téléviseur très imposant permet de profiter d’une image qui est très satisfaisante pour un modèle LCD. Il embarque un excellent circuit de mise à l’échelle, ce qui est un minimum, car il faut avouer que les contenus Ultra HD 8K tardent à se présenter. On attend toujours la compatibilité VRR promise par Sony même si on a déjà à bord les ports HDMI 2.1 ce qui est déjà une bonne chose avec, en outre, un temps de retard à l’affichage correct, mais pas le meilleur du plateau et une bonne fidélité des couleurs.

Pour les contenus Cinéma, le téléviseur est excellent pour les pièces très lumineuses avec un très haut pic de luminosité même si, à contrario, le contraste peut être perfectible notamment sur les scènes très rapides où l’écran n’a pas le temps d’éteindre les différentes zones de rétroéclairage pour afficher des noirs profonds. Reste à savoir si vous êtes prêt à mettre le prix demandé assez conséquent malgré tout pour ne pas exploiter tout son potentiel maintenant que vous serez prêt pour les contenus Ultra HD 8K, un jour.

Points positifs de la Sony XR-75Z9J

  • Google TV fluide et proposant de nombreuses applications

  • Design soigné et qualité de fabrication

  • Différentes positions pour les pieds

  • Organisation des câbles et plaques à l’arrière

  • Télécommande rétroéclairée

  • Qualité d’image générale

  • Paramètres de l’image rapidement accessibles

Points négatifs de la Sony XR-75Z9J

  • Pas de HDR10+

  • Pas de mode Sport

  • Toujours pas de VRR

  • Dolby Vision/Ultra HD 120 Hz simultanés impossible

  • Ethernet limité

  • Quelques halos sur les bandes noires en 21:9

Les derniers articles