La situation de Tesla en Chine inquiète : on fait le point

 

Si le Tesla Model Y est le second véhicule le plus vendu en Chine en novembre, la marque semble toutefois connaître quelques difficultés. Ventes en baisse malgré la chute des prix et réduction de la cadence de production de l'usine de Shanghai, que se passe-t-il pour le constructeur dans l'Empire du Milieu ?

Rien ne pas plus pour Tesla. Si la firme semble plutôt bien se porter en Europe, alors que le Model Y était la voiture électrique le plus vendu sur le Vieux Continent en novembre dernier, ce n’est pas vraiment la même chose en Chine. Le constructeur semble en effet traverser un vrai passage à vide dans le pays, alors que la demande et les ventes sont en chute libre. Il se murmure que l’entreprise prévoit d’abaisser la cadence de production de son usine de Shanghai, d’où sont sortis plus de 80 000 voitures en septembre dernier.

Des ventes en baisse

Depuis quelques semaines, la situation semble être difficile pour Tesla en Chine. Alors que son usine tourne à plein régime, les clients ne semblent pas se bousculer au portillon pour les acheter. À tel point que la marque, actuellement basée à Austin, au Texas possède un énorme excédant de stock de Model Y et Model 3. Des milliers de voitures n’auraient alors pas trouvé d’acheteur, une situation qui coûte de l’argent à la marque qui gère elle-même le stockage et la logistique.

Et ce n’est pourtant pas faute de multiplier les opérations séductions. En octobre dernier, le constructeur annonçait en effet le retour de son programme de parrainage en Chine, afin d’inciter les clients à parler de Tesla autour d’eux, en échange de récompenses. Quelques semaines plus tard, la firme décidait également de brader ses Model Y et Model 3, là encore afin de relancer les ventes.

Mais rien ne semble y faire. Pourtant, et comme l’explique le site Teslarati, le SUV compact est était le second véhicule le plus vendu en Chine au mois de novembre, juste derrière le BYD Song DM-i. En revanche, la Model 3 a du mal à trouver des clients, se plaçant alors 45ème dans le même classement. Pourtant, selon Bloomberg, Tesla a battu son record de production en Chine, avec plus de 100 291 voitures sorties de son usine.

Mais voilà, la marque doit aussi faire face à une concurrence de plus en plus rude, notamment de la part des marques chinoises comme BYD et GAC. Le premier a en effet vendu plus de 230 000 voitures en novembre, dont 114 000 qui sont 100 % électriques. De quoi inquiéter la firme d’Elon Musk, qui pourrait être un peu trop gourmande et produire plus de voitures qu’elle n’en vend.

Une baisse de l’activité

Elon Musk souhaite que la marque accélère encore plus sa cadence de production. Mais le souci, c’est qu’elle ne parvient pas à vendre ses voitures déjà fabriquées. À tel point que Tesla aurait donc pris la décision de réduire la durée des rotations (shifts) de ses employés, comme l’explique le site Automotive News. Par ailleurs, la marque a également décidé de suspendre les embauches dans son usine de Shanghai.

En parallèle, et toujours d’après les informations de Bloomberg, l’entreprise prévoit de réduire la production de 20 % dans son site d’assemblage chinois. Néanmoins, seul le Model Y serait alors concerné, mais d’après un spécialiste cité par Teslarati, cela n’aurait rien à voir avec une quelconque baisse des ventes. En effet, cette décision serait surtout liée à la production du SUV dans la Gigafactory de Berlin.

La Model Y dans l’usine de Shanghai

Si jusqu’alors, les exemplaires livrés en Europe étaient produits en Chine, l’accélération de la cadence du site allemand permet de pouvoir réduire celle de l’usine de Shanghai pour ce modèle en particulier. Selon une information de Reuters, ces rumeurs auraient toutefois été démenties par Tesla, sans que d’autres détails soient donnés par l’entreprise.

Malgré les difficultés, celle-ci affiche toutefois de très bons chiffres de ventes globaux, alors qu’elle pourrait franchir le cap du million de voitures livrées d’ici à la fin de l’année dans le monde entier.

Une situation globale

Néanmoins, Tesla n’est pas la seule marque à connaître des difficultés en Chine, un marché particulier et très protectionniste. En effet, et contrairement à l’Europe qui pourrait passer du statut d’exportateur à celui d’importateur en 2025, l’Empire du Milieu a une forte appétence pour les modèles de constructeurs locaux.

Une situation qui met donc à mal les constructeurs étrangers, qui ont alors du mal à séduire la clientèle. À tel point que Mercedes a également baissé les prix de ses EQE et EQS en Chine, tandis que Jeep a décidé de se retirer du marché. Comme l’explique Reuters, la marque américaine, détenue par Stellantis, a en effet décidé de mettre fin à sa joint-venture avec GAC.

Des Tesla stockés près du port Luchao de Shanghai

Mais outre la priorité accordée par les acheteurs aux véhicules chinois, la crise sanitaire et la stratégie zéro-Covid mise en place par le gouvernement a également un impact délétère sur le marché. Selon un article de Capital, les ventes ont en effet chuté de 9,2 % en novembre dernier. En revanche, les exportations ont grimpé de 56 % sur la même période par rapport à l’an dernier. De nombreux véhicules font alors la route vers l’Europe, alors que 20 % des autos vendues chez nous sont fabriquées en Chine.


Chaque matin, WhatsApp s’anime avec les dernières nouvelles tech. Rejoignez notre canal Frandroid pour ne rien manquer !