Fin de partie pour Toshiba, le japonais ne vendra plus d’ordinateurs portables

Toshiba était pourtant l'un des pionniers du marché

 

Il avait été parmi les premiers à prendre la mesure, dès les années 80, de ce que deviendrait le marché laptop et à comprendre son potentiel auprès du grand public, Toshiba a pourtant jeté l'éponge. Le 4 août dernier, le fabricant japonais a discrètement vendu à Sharp le reste de ses activités sur ce secteur.

Le Toshiba T1100, lancé en 1985, est souvent considéré comme le premier PC portable grand public

Le Toshiba T1100, lancé en 1985, est souvent considéré comme le premier PC portable grand public // Source : Johann H. Addicks – Wikimedia

C’était à prévoir, c’est désormais officiel, Toshiba ne vendra plus d’ordinateurs portables. Le fabricant nippon, qui comptait parmi les pionniers du marché dès le tournant des années 80, a annoncé par l’intermédiaire d’un discret communiqué (partagé sur son site officiel le 4 août) avoir cédé à son compatriote Sharp les 19,9 % qui lui restait au capital de Dynabook, sa marque de PC portable. Il s’agissait du dernier lien que Toshiba avait conservé avec le marché des laptops, après le rachat, déjà par Sharp, de 80,1 % de Dynabook en 2018. Cette décision marque la fin de 35 ans de présence sur ce secteur pour le géant japonais, qui s’était déjà allégé de sa division mémoire flash en 2017, mais aussi de sa division capteurs en 2015 (alors rachetée par Sony).

Quelques décisions technologiques malheureuses

En 1985, avec son T1100, Toshiba avait posé les jalons du design qui serait adopté par l’essentiel de la concurrence jusqu’à l’avènement des premiers PowerBook d’Apple en 1991. Le constructeur avait par la suite su s’imposer avec plusieurs gammes à succès, comme les lignées Satellite, Portégé ou encore Qosmio au cours des années 1990 et 2000.

À l’approche des années 2010, Toshiba avait cependant misé sur des PC portables très axés sur le multimédia et équipés — notamment — de lecteurs HD-DVD. Un format aujourd’hui presque oublié auquel le groupe (et Microsoft avec le lecteur HD DVD externe de sa Xbox 360) s’était beaucoup investi face aux disques Blu-ray… avec peu de succès. Toshiba semble aussi avoir eu du mal à anticiper le tournant vers le streaming et l’engouement du marché vers les appareils ultraportables, avec des produits comme les MacBook Air d’Apple ou encore les Dell XPS.

Dans un contexte de forte concurrence, et alors que le marché du PC portable a peu à peu décliné face à l’offre toujours plus soutenue en smartphones et tablettes, Toshiba avait grandement perdu de son influence ces cinq dernières années. C’est donc sans surprise que le Nippon se retire de ce secteur qu’il a pourtant contribué à faire grandir. Toshiba reste toutefois impliqué indirectement sur le marché PC, notamment au travers de ses solutions de stockage, entre autres.

Les derniers articles