Volkswagen : lâcher le volant sur l’autoroute sera bientôt autorisé

 

Bosch et Volkswagen vont pouvoir coopérer afin de développer une solution logicielle dans le secteur de la conduite autonome pour atteindre les niveaux 3 et 4.

volkswagen-park-assist-1

L’autorité allemande en charge de la concurrence, la Bundeskartellamt, a décidé d’autoriser Bosch et Volkswagen via sa filiale Cariad, à collaborer ensemble sur les sujets liés à la conduite autonome. En d’autres termes, il n’y aurait pas de risque d’entente illicite entre les deux entreprises allemandes.

L’autorité de la concurrence précise que « la conduite automatisée est l’un des sujets d’avenir les plus passionnants de l’industrie automobile. On voit actuellement divers acteurs s’affronter pour trouver les solutions les plus innovantes dans la recherche de cette technologie d’avenir. Il incombe au Bundeskartellamt de maintenir la concurrence même au niveau de la recherche et du développement, car c’est là que sont posées les bases des futurs produits et marchés« .

La conduite autonome de niveau 4 en ligne de mire

Bien que Bosch et Volkswagen aient déjà collaboré par le passé, il s’agit d’un nouveau partenariat axé sur le développement logiciel relatif à une perception vidéo à 360 degrés de l’environnement autour du véhicule. Si ce nouveau logiciel est prévu pour être utilisé principalement sur les véhicules du groupe Volkswagen, il sera également disponible pour les autres constructeurs automobiles.

En début d’année, Volkswagen et Bosch avaient annoncé leur objectif : mettre sur la route, dès 2023, des voitures dotées d’une capacité de conduite autonome de niveau 3. De quoi permettre au conducteur de retirer les mains du volant et de laisser la voiture conduire toute seule dans certaines circonstances. Les voitures du groupe Volkswagen devraient donc intégrer ces nouveautés dès l’an prochain, pour tenter de rattraper le retard pris sur Tesla et Mercedes. L’idée étant aussi de travailler en parallèle sur la conduite autonome de niveau 4, mais sans date définie pour la commercialisation de cette future technologie.

Tesla et Mercedes en avance sur Volkswagen

Mercedes est le seul constructeur à faire rouler des voitures (les EQS et Classe S) dotées d’une conduite autonome de niveau 3, mais seulement sur les autoroutes allemandes et à basse vitesse. D’autres voitures, comme les Tesla, disposent également de cette capacité (comme le prouve l’option FSD en bêta aux Etats-Unis) mais le constructeur américain n’en a pas fait la demande officielle aux autorités, et reste donc en niveau 2.

Les clients de Tesla doivent alors toujours garder les mains sur le volant alors qu’il existe des possibilités, comme chez Cadillac, permettant de lâcher le volant grâce à une caméra qui détecte le regard du conducteur.

Les assistances à la conduite, les systèmes de pilotage autonome, les voitures 100 % autonomes… Qu’est-ce qui se cache derrière ces termes et quels sont les différents niveaux d’autonomie ?
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles