Cityscoot : ce qui va changer pour les utilisateurs de scooters électriques en 2020

Des chiffres qui grimpent, partout !

 

Le service de scooters électriques en libre-service Cityscoot amorce l’année 2020 avec des projets plein les poches : outre la nouvelle levée de fonds récemment bouclée par l’entreprise française, sa flotte devrait surtout prendre du galon, tout comme la grille tarifaire jusque-là proposée.

En novembre 2019, le secteur des scooters électriques en libre-service laissait sur le bas côté l’un de ses principaux acteurs du moment : COUP, victime d’un marché trop concurrentiel et contraint de rendre les armes deux ans et demi après son lancement à Paris. Une aubaine pour son concurrent Cityscoot, qui suscitait alors de nombreux espoirs pour accaparer le reste du gâteau.

Une flotte parisienne renforcée

En ce nouveau cru 2020, l’heure est aux projets et aux changements au sein des équipes de la société tricolore. Car Cityscoot, par la voix de son PDG et fondateur Bertrand Fleurose, va enclencher une série de changements importants : à commencer par l’augmentation des prix, de 29 à 34 centimes la minute d’utilisation, apprend-on dans les colonnes du média Les Échos. « Cette augmentation des tarifs a été imaginée depuis plus d’un an », indique l’intéressé.

Aussi, les utilisateurs auront l’opportunité de tester un nouveau pack de 250 minutes au prix de 24 centimes la minute. Autre nouveauté plus que bienvenue pour les férus du service, l’augmentation du nombre de véhicules au sein de la flotte parisienne : entre 500 et 1000 nouveaux deux-roues s’inviteront à la fête pour faire gonfler le parc à un chiffre oscillant entre 4300 et 4800.

Cap vers l’Espagne

Les scooters de l’opérateur bénéficieront également d’une mise en exergue sur l’application Uber — grâce à un partenariat signé en octobre 2019 — , et ce à partir de fin mars. Un moyen ici de gagner en visibilité sur une application détenant le monopole auprès des habitants de la Ville lumière. Son développement traversera également les Pyrénées, puisque Cityscoot se déploiera à Barcelone, en Espagne, dans le courant de l’année 2020.

Autant de projets qui coûtent bien évidemment de l’argent : dans ce cas, rien de mieux qu’une nouvelle levée de fonds pour maintenir les finances à flot. Toujours selon Les Échos, un tour de table globalement similaire au dernier — 40 millions d’euros en février 2018 — a été bouclé avec succès. De quoi poursuivre comme il se doit son activité à Nice, Milan mais aussi Rome.

Les derniers articles