Cette voiture électrique encore moins chère que la Dacia Spring arrive en Europe

 

La marque espagnole Invicta dévoile sa Pony, une citadine électrique venue de Chine et connue sous le nom de BAW Yuanbao. Avec ses dimensions réduites, celle-ci rivalise frontalement avec la Dacia Spring. Dommage cependant que son prix soit plus élevé qu'en Chine.

Jusqu’à peu, la Dacia Spring était seule sur son segment et pouvait se targuer de n’avoir quasiment aucune concurrence. Il faut dire qu’avec son prix défiant toute concurrence, la citadine a de quoi séduire les clients à la recherche d’une voiture électrique abordable. Et ce même si ce dernier a légèrement grimpé depuis son lancement.

Une nouvelle rivale

Mais au fil du temps, de nouvelles rivales venues de Chine notamment on vu le jour. On pense notamment à la Leapmotor T03, dont nous avons récemment pu prendre le volant et qui est désormais commercialisée en Europe. C’est également le cas de la Next e.GO MObile e.wave X ainsi que de la BYD Seagull qui prépare également son arrivée.

Des modèles asiatiques qui ont de quoi faire peur aux spécialistes, qui craignent déjà une invasion dans les prochaines années. Et cela ne va pas s’arranger, alors qu’une nouvelle arrivante débarque sur le Vieux Continent. Il s’agit de l’Invicta Pony, une petite citadine au look adorable, qui nous rappelle la Wuling Hongguang Mini EV.

Mais en réalité, cette nouvelle rivale de la Dacia Spring n’est pas tout à fait inédite. Car il s’agit en fait de la version européenne d’un modèle déjà commercialisé, à savoir la BAW Yuanbao du groupe chinois BAIC. Sans surprise, les deux sont très similaires, à commencer par le style puisqu’elles partagent les mêmes lignes. La longueur est toujours affichée à 3,10 mètres pour 1,50 mètre de large.

Sur le papier, les deux ne présentent aucune différence. Mais c’est une fois à bord que l’on se rend compte qu’elles ne sont pas tout à fait identiques. En effet, la citadine espagnole ne peut loger que deux personnes, tandis que la version chinoise est équipée d’une banquette arrière. Un choix qui n’est pas anodin, et qui permet à Invicta de classer la citadine comme un utilitaire, avec des normes d’homologations un peu plus souples.

Un prix élevé

Sous son capot en revanche, la petite Pony hérite de la motorisation de sa cousine chinoise. Elle embarque un moteur électrique de 20 kW, soit environ 27 chevaux comme le détaille le site de l’entreprise. A titre de comparaison, la Dacia Spring atteint les 65 chevaux dans sa version Extreme, pour une autonomie maximale de 230 kilomètres selon le cycle WLTP grâce à sa batterie de 27,4 kWh.

L’Invicta Pony doit quant à elle se contenter de 170 kilomètres, tandis qu’elle embarque une batterie de 13,7 kW/h. La citadine ne semble pas être compatible avec la charge rapide et nécessite donc pas moins de 6 à 8 heures pour être remplie à fond. La Dacia Spring ne demande qu’une cinquantaine de minutes à une puissance de 30 kW.

La nouvelle citadine sino-espagole est livrée avec plusieurs équipements de série, dont la fermeture centralisée, les vitres électriques ainsi que la caméra à 360 degrés et la climatisation. Elle est également équipée d’un écran tactile de 20,25 pouces mais la compatibilité avec Apple CarPlay et Android Auto n’a pas été confirmée par le site d’Invicta. Quatre couleurs sont disponibles, à savoir rose, gris, vert et blanc.

Reste à connaître le prix de cette Pony, en hausse par rapport à celui de la version originale chinoise. En effet, la citadine est affichée à partir de 18 205 euros en Espagne, bien qu’une remise la fasse actuellement passer à 15 595 euros. Un tarif salé comparé à la Dacia Spring, qui commence à 20 800 euros, bonus écologique de 5 000 euros non déduit et qui possède des performances et une habitabilité bien plus élevées.


La newsletter Watt Else est LE rendez-vous immanquable de Numerama dédié à la mobilité du futur. Inscrivez-vous par ici !