Chromebook : 5 a priori qui n’existent plus sur ces ordinateurs portables

Puissance, polyvalence, ergonomie, Cloud… Les Chromebooks ont bien changé ces dernières années.

 

« Les Chromebooks sont lents », « sans Internet ils ne servent à rien », « il n'y a pas mes applications dessus ». Si les clichés ont la peau dure, ceux gravitant autour des Chromebooks sont désormais bons pour le rebut. Les machines tournant sous Chrome OS rivalisent désormais sans problème avec les autres ordinateurs portables, de tout point de vue.

Longtemps les Chromebooks se sont traîné la réputation d’être des ordinateurs d’entrée de gamme peu performants avec un écosystème très limité : « la machine juste bonne à faire tourner Chrome » en somme. Si c’était peut-être vrai il y a 3 ou 4 ans, Google a considérablement travaillé sur son système d’exploitation ainsi que toutes les fonctionnalités qui l’entourent ces derniers mois.

Avec la compatibilité des applications Android disponibles sur le Google Play Store et l’arrivée de machines puissantes conçues par de grandes marques, les Chromebooks proposent une nouvelle façon de travailler et de se divertir sur un ordinateur, avec des modèles performants et polyvalents. Il est donc grand temps de tordre le cou aux a priori qui entourent encore ces machines qui fonctionnent sous Chrome OS.

Qu’est-ce qu’un Chromebook ?

Un Chromebook, c’est un ordinateur portable tournant sous Chrome OS, un système d’exploitation conçu par Google. Si Google se charge de l’aspect logiciel, ce sont de grands constructeurs d’ordinateurs portables comme Asus, Acer ou HP qui se chargent de l’aspect matériel (design, composants). Ils sont toutefois tenus de suivre un cahier des charges particulièrement strict pour que Chrome OS fonctionne de manière optimale.

Quelles sont les particularités des Chromebooks ? Ce sont des ordinateurs qui démarrent en quelques secondes et se mettent à jour automatiquement en arrière-plan pour conserver leurs performances dans le temps. Ils ont une batterie endurante, disposent d’un antivirus déjà intégré (et gratuit) et sont compatibles avec des milliers d’applications Android. La suite Google, parfaitement intégrée aux Chromebooks, leur offre notamment un avantage considérable pour les tâches bureautiques.

De base, ils embarquent les applications les plus connues de Google (Gmail, YouTube, Google Docs, Chrome, etc.) et il est possible d’installer n’importe quelle application Android en passant par le Google Play Store. Vous pouvez ainsi aussi bien installer Netflix, que Office 365, Lightroom ou encore VLC. Des appareils polyvalents et performants donc.

A priori #1 : « Les Chromebooks ça rame »

Quand les Chromebooks ont été lancés à la fin des années 2000, ils étaient avant tout orientés vers le milieu éducatif. Ils ont donc écopé d’une réputation d’ordinateurs portables destinés à faire tourner des applications simples et par extension on leur a collé une étiquette d’ordinateurs peu puissants.

D’autant que Chrome OS a été conçu pour être léger et ainsi pouvoir tourner de manière optimale aussi bien sur des combos processeur/RAM d’entrée de gamme que sur des configurations beaucoup plus premium. En effet, pas besoin d’avoir la dernière génération de processeur et un montant colossal de mémoire vive pour jouir d’un Chromebook qui fonctionne parfaitement bien.

En 2020, la situation n’a plus rien à voir. Non seulement les Chromebooks ne sont plus des machines destinées uniquement aux écoles, mais en plus les constructeurs ont dopé la fiche technique de leurs machines. Par exemple, les Acer Spin CP713 ou Asus C436FA embarquent un processeur Intel Core i3 de 10e génération, 8 Go de RAM et des écrans Full HD, voire QHD. Des fiches techniques qui n’ont pas à rougir de celles des autres ordinateurs portables installés sur les OS traditionnels.

La retouche d’image se fait sans le moindre ralentissement.

La retouche d’image se fait sans le moindre ralentissement.

De telles configurations associées à Chrome OS permettent désormais d’accomplir des tâches de bureautique lourdes, comme la retouche d’images ou l’édition de tableurs lourds. Les jeux 3D les plus gourmands du Google Play Store, comme Asphalt 9 : Legends, tourneront eux aussi sans le moindre ralentissement sur une telle configuration.

A priori #2 : « Office 365, VLC, Discord ne sont pas compatibles avec les Chromebooks »

Chrome OS a longtemps souffert de ne pas proposer assez d’applications tierces (celles qui ne sont pas conçues par Google). Au début des années 2010, peu de développeurs prenaient en effet le temps de concevoir des applications spécifiquement pour ce système d’exploitation.

Le support du Google Play Store permet de récupérer toutes les applications Android.

Le support du Google Play Store permet de récupérer toutes les applications Android.

Mais en 2016, Google a trouvé la parade ultime : rendre les applications Android compatibles avec Chrome OS ! Cela s’est traduit par l’arrivée de la boutique d’application Google Play Store sur Chrome OS. Concrètement, cela permet de profiter de la quasi-totalité du catalogue d’applications Android. Netflix, Spotify, Office 365, Discord, VLC et la grande majorité des applications Android peuvent désormais tourner sur Chrome OS. Des applications que l’on peut utiliser au clavier et à la souris.

De même, Chrome OS ne propose plus uniquement la suite bureautique de Google. L’arrivée de Microsoft Office ou de la Suite Adobe sur le Google Play Store permet de travailler sur des logiciels comme Photoshop ou PowerPoint depuis son Chromebook. Enfin, les Chromebooks intègrent désormais Google Assistant, offrant un contrôle de l’appareil avec la voix.

A priori #3 : « Il n’y a pas de place sur un Chromebook »

Google a pensé Chrome OS pour fonctionner en synergie avec Google Drive : les fichiers et les données sont stockés dans le cloud tandis que seules les applications prennent de la place sur l’espace de stockage. C’est une philosophie qui reste encore valable sur les Chromebooks de 2020.

Mais l’utilisation du cloud pour stocker ses données n’était pas aussi démocratisée qu’aujourd’hui, ce qui explique l’a priori sur l’espace de stockage. Le manque de place supposé en raison de SSD de 32 Go sur les modèles d’entrée de gamme est un faux défaut qui n’existe presque plus sur les Chromebooks actuels. La majorité des modèles offrent aujourd’hui 64 Go, 128 Go, et même jusqu’à 512 Go pour les plus premium.

Chrome OS ne pèse pas lourd, laissant de la place pour toutes vos applis préférées.

Chrome OS ne pèse pas lourd, laissant de la place pour toutes vos applis préférées.

Le véritable intérêt d’un Chromebook ne réside pas dans ses capacités de stockages physiques. En effet, la grande majorité des documents sont synchronisés avec Google Drive, donc stockés dans le cloud. Ce qui permet non seulement de libérer de la place sur le SSD pour stocker plus d’applications, mais également d’accéder à ses documents depuis n’importe quel terminal connecté à Internet, tel qu’un smartphone Android ou iOS.

D’autant que pour l’achat de n’importe quel Chromebook, 100 Go de stockage sont offerts sur Google Drive, Gmail et Google Photos en activant l’offre d’essai d’un an à Google One.

A priori #4 : « Impossible d’utiliser un Chromebook sans Internet ! »

Étant donné que Chrome OS s’articule autour du navigateur web Google Chrome, on est tenté de penser que l’absence de connexion Internet rend un Chromebook obsolète. C’est un a priori complètement faux. En effet, sur les Chromebooks, la suite bureautique Google fonctionne hors-ligne, vous permettant de travailler sans interruption, même en cas de coupure réseau ou de problème sur votre ligne Internet.

La charnière à 360° du Chromebook permet de profiter pleinement de l’écran.

La charnière à 360° du Chromebook permet de profiter pleinement de l’écran.

Autrement dit, vous pouvez tout à fait prendre des notes dans un amphi sans WiFi, travailler dans le train sur un tableur ou retoucher des photos sans aucune connexion Internet. Certaines applications peuvent, elles aussi, fonctionner sans Internet, telles que Spotify, à condition d’avoir un abonnement à Spotify Premium, ainsi que Netflix. Chrome OS est un OS connecté mais non dépendant d’Internet.

A priori #5 : « On ne peut pas jouer sur un Chromebook ! »

Alors d’accord, vous ne ferez jamais tourner Cyberpunk 2077 sur la puce graphique d’un Chromebook. Et vous ne pourrez pas installer Steam dessus pour jouer à votre ludothèque, c’est un fait. Si les jeux PC traditionnels ne tournent pas nativement sur Chromebook, ceux-ci ont toutefois accès à la grande majorité des hits du Play Store : Hearthstone, Candy Crush et même Among Us tournent sans problème sur les Chromebooks.

Et si vous tenez absolument à jouer à des jeux 3D (Metro Exodus, Assassin’s Creed Odyssey), le jeu dans le cloud est aujourd’hui une solution tout à fait viable. Des services comme Stadia, Nvidia GeForce Now ou Shadow tournent aujourd’hui très facilement sur Chromebook. Il suffit d’installer leur application dédiée depuis le Play Store.

Quel Chromebook choisir ?

Si les Chromebooks ont longtemps eu les faveurs des étudiants en raison de leur prix accessible, ils se déclinent en de nombreuses versions pour répondre aux attentes du plus grand nombre.

Le Asus C423NA, le Chromebook le plus équilibré de 2020

Indéniablement, le Asus C423NA reste en 2020 l’un des Chromebooks les plus équilibrés du marché. Il faut dire qu’il allie un design compact à de bonnes performances sans pour autant sacrifier la diagonale de l’écran et gonfler le prix. Son poids de 1,34 kg et ses 16 mm d’épaisseur font du Chromebook Asus C423NA un ordinateur facilement transportable. Sous le capot se glissent un processeur Intel Pentium N4200, 8 Go de RAM et 64 Go de stockage en SSD. Une configuration plus que suffisante pour encaisser la grande majorité des tâches quotidiennes et bureautiques sans faiblir. Son écran de 14 pouces à la définition HD offre un bon confort de visionnage et délivre de belles images. Enfin, son autonomie avoisine la dizaine d’heures, de quoi tenir une journée de travail sans avoir à s’encombrer du chargeur.

Le Asus C423NA, dans sa configuration Intel Pentium N4200, 8 Go de RAM et 64 Go de stockage, est disponible chez Amazon au prix de 329 euros.

Le Acer CP713, un Chromebook premium

Avec le Chromebook Acer CP713, Acer prouve qu’un Chromebook n’est pas synonyme de performances à la traîne. Fort d’un processeur Intel Core i3 de 10e génération couplé à 8 Go de RAM et un SSD de 128 Go, le Acer CP713 ne montre pas le moindre signe de ralentissement dans les activités gourmandes comme la retouche d’images ou la création d’un code. D’autant que son autonomie de 10 heures est la promesse de longues sessions de travail ininterrompues. Mieux, son écran tactile de 13,5 pouces à la définition 2256 x 1504 pixels s’ouvre à 360°, transformant ainsi le Acer CP713 en tablette, pour une plus grande mobilité. Côté compatibilité, le Acer CP713 supporte les normes Bluetooth 5.0 et WiFi 6, permettant ainsi d’appairer rapidement ses appareils connectés tels que des écouteurs sans-fil ou son smartphone, et de profiter d’une vitesse de connexion optimale.

Véritable compagnon de travail au quotidien, le Chromebook Acer CP713 reste l’un des meilleurs rapports qualité-prix du moment en affichant un tarif abordable. Ainsi, Darty propose le Acer C713 au prix de 799,99 euros.

Le pack HP X360, le meilleur allié des étudiants

Bien qu’il existe en version 12 pouces, le Chromebook HP X360 se décline également avec un écran tactile pivotant à 360° de 14 pouces qui aura notre faveur. Un format idéal pour surfer sur le Web en toute quiétude ou binge-watcher ses séries préférées sans se faire mal aux yeux. Une telle diagonale n’a que peu d’impact sur l’encombrement et le poids de la machine puisqu’avec son 1,7 kg et ses 179 mm d’épaisseur, le HP X360 se glissera sans problème dans un sac. Ce Chromebook est propulsé par un processeur Intel i3, épaulé par 8 Go de RAM et 64 Go de mémoire interne. Une fiche technique parfaite, aussi bien pour la prise de notes que pour un usage plus divertissant comme la consommation de contenu en streaming ou même le jeu.

L’autre force du HP X360 est qu’il se glisse dans un pack chez Boulanger au côté d’un Google Nest Mini et d’une housse réversible. Mieux, Boulanger applique une réduction de 150 euros sur ce coffret puisqu’il passe à 599 euros au lieu de 749 euros.

Les derniers articles