Netflix va produire moins de films et c’est une bonne nouvelle

 

Dans un communiqué du jeudi 30 mars, Netflix a annoncé une restructuration de sa branche de production de films. La plateforme américaine de streaming vidéo par abonnement souhaite produire moins, mais mieux, annonçant notamment des licenciements à venir.

La restructuration de Netflix provoque également les licenciements de deux cadres historiques de l’entreprise. // Source : Venti Views via Unsplash

L’actu en bref :

  • Netflix va restructurer sa branche de production de films pour sortir moins de films chaque année.
  • La plateforme va fusionner deux équipes jusque-là séparées pour produire plus de titres de haute qualité, ce qui pourrait réduire la production de longs-métrages indépendants.
  • La prise de décision sera plus centralisée. Cela entraînera également des licenciements, dont ceux de deux cadres expérimentés, Lisa Nishimura et Ian Bricke.

Netflix change de stratégie pour ses longs-métrages. Selon un article du média économique américain Bloomberg, la plateforme américaine de streaming de vidéo à la demande par abonnement (sVOD) va restructurer sa branche de production de films pour en sortir « moins chaque année », selon une déclaration de l’entreprise du jeudi 30 mars.

Le service de streaming produit actuellement plus d’un film par semaine depuis deux ans, rappelle le site d’informations Engagdet, plus que n’importe quel autre studio hollywoodien.

Faire moins, mais mieux

Netflix devrait notamment réduire la voilure sur les longs-métrages indépendants. Concrètement, l’entreprise va fusionner deux équipes jusque-là séparées : celle qui s’occupait des petits projets à 30 millions de dollars ou moins et celle qui produisait des films à un budget moyen de 30 à 80 millions de dollars.

Pour le chef de la division film de Netflix, Scott Stuber, ce choix aspirerait à produire « plus de titres de haute qualité », précise Bloomberg.

Un autre changement concerne le management interne : l’entreprise souhaite désormais « centraliser la prise de décision », relaye de nouveau le média économique. Jusqu’ici, les différentes divisions de Netflix avaient une relative autonomie, au point que les cadres dirigeants pouvaient donner le feu vert à un projet sans forcément avoir l’aval de leurs supérieurs.

De nouveaux licenciements, même parmi les cadres

Un changement qui entraînera également « une poignée de licenciements », affirme l’article. Le service de sVOD annonce notamment le départ de deux cadres « expérimentés » de l’entreprise : Lisa Nishimura, employée depuis 15 ans, qui avait développé la production de films à petit budget, de spectacles de stand-up et de documentaires, supervisant notamment la série ultra populaire Tiger King.

De même, la plateforme se sépare de Ian Bricke, l’un des vice-présidents de la branche long-métrage du groupe employé depuis plus de 10 ans et co-créateur de la trilogie de comédies romantiques The Kissing Booth.

Une décision qui fait écho à une autre vague de licenciements en juin 2022, rappelle Bloomberg : 300 personnes avaient dû quitter l’entreprise face à la baisse de la croissance des abonnés de Netflix.

Contexte tendu pour la tech californienne

Cette annonce s’inscrit d’ailleurs dans un contexte général de crise parmi les géants du web et des nouvelles technologies américains. Ces derniers mois, Meta, Google et Amazon ont tous les trois annoncé des dizaines de milliers de licenciements, face à une crise économique post-Covid depuis 2022, couplée à une hausse mondiale des prix à la consommation.

Seul Apple semble encore tenir le coup, même si certaines annonces récentes laissent penser que la multinationale fait, elle aussi, face à des difficultés.


Le saviez-vous ? Google News vous permet de choisir vos médias. Ne passez pas à côté de Frandroid et Numerama.

Les derniers articles