Apple : pourquoi le retard du HomePod 3 serait une très mauvaise nouvelle pour le monde entier

 

Objet de rumeurs depuis bientôt deux ans, le prochain modèle d'enceinte connectée d'Apple, le HomePod 3, pourrait ne pas sortir avant 2024 au minimum, selon le média en ligne Bloomberg. Une mesure d'économie parmi d'autres de la firme de Cupertino pour éviter de licencier à son tour des employés.

Le prochain HomePod 3 d’Apple pourrait permettre de passer des appels FaceTime… mais il faudra attendre début 2024 au minimum pour en savoir plus. // Source : MacRumors

La troisième génération d’enceinte connectée ne semble pas être une priorité pour Apple. Selon la newsletter Power On du média en ligne économique Bloomberg, publiée le dimanche 19 mars 2023, la multinationale américaine aurait « reporté » le projet du HomePod 3 « à l’année prochaine au plus tôt ». Une mesure prise face au contexte économique instable, selon le site américain.

Cette date fait écho aux informations récentes partagées par le leaker Ming Chi-Kuo, spécialiste de la chaîne d’approvisionnement de la multinationale en Asie, sur son blog début mars, évoquant une sortie du produit début 2024. Cette source fiable avait d’ailleurs donné plus de détails sur le design de ce HomePod 3, équipé selon lui d’un écran de 7 pouces, similaire aux modèles concurrents de Google (le Nest Hub) ou Amazon (les Echo Show).

Tout pour éviter de licencier comme les autres ?

Bien que la newsletter ne précise pas si ce report concerne le développement ou la date de sortie, Bloomberg détaille le contexte de cette décision : « Cela permet à Apple d’allouer son budget de recherche et développement à des projets plus urgents. » Le média cite notamment l’annonce attendue d’un prochain casque de réalité mixte Apple Glass que le PDG Tim Cook souhaiterait sortir dès que possible.

Surtout, cette décision est listée parmi une dizaine d’autres liées à des coupes budgétaires : retarder les primes des employés, suspendre l’embauche de certaines équipes ou encore laisser des postes ouverts plutôt que de les pourvoir lorsque les gens quittent leur poste. Apple chercherait ainsi à éviter de devoir licencier des milliers d’employés comme Meta ou Google récemment.

Sauver les apparences et rassurer les marchés

La multinationale n’est pourtant pas fragile économiquement, rappelle Bloomberg : Apple a engrangé 30 milliards de dollars de profit au quatrième trimestre 2023, tandis que sa valeur boursière est en hausse de 20 % depuis le début de l’année. Pour autant, l’instabilité récente de l’économie mondiale n’épargne pas complètement le géant de la tech : ses ventes ont malgré tout baissé de 4 % en 2022.

Rien de catastrophique, mais la firme souhaite malgré tout éviter de devoir annoncer des licenciements. D’abord, pour éviter de remettre en cause ses bonnes nouvelles puis, surtout pour éviter de créer la panique : « Les licenciements indiqueraient soit qu’ils ont fait une erreur stratégique, soit que l’économie mondiale est dans un état encore pire que ce que les gens craignaient », explique Bloomberg.

Une semaine après l’effondrement de la Silicon Valley Bank, provoquée en partie par une panique déraisonné de ses investisseurs, on aurait du mal à donner tort à l’entreprise.


Chaque matin, WhatsApp s’anime avec les dernières nouvelles tech. Rejoignez notre canal Frandroid pour ne rien manquer !