iSIM : le successeur des eSIM arrive, tout ce que ça change pour les smartphones

 

Qualcomm et Thales ont profité du MWC 2023 pour annoncer l'arrivée prochaine des iSIM, remplaçante des actuelles eSIM et SIM classiques. On explique tous les changements que ces iSIM pourront apporter au monde des smartphones et des objets connectés.

Vous pensiez être dans l’air du temps avec votre smartphone utilisant une eSIM en lieu et place de la traditionnelle SIM ? Il semblerait bien que Qualcomm et Thales vont donner un petit coup de vieux à votre téléphone avec l’annonce de l’intégration d’une iSIM (Integrated SIM) dans la plateforme Snapdragon 8 Gen 2 Mobile du géant américain.

Une première iSIM 5G certifiée

Nous vous avions déjà parlé des iSIM en janvier 2022, mais c’était alors encore un projet en cours de développement. Dans le communiqué de presse de Qualcomm, l’entreprise de San Diego annonce avoir reçu le feu vert de la part de la GSMA (l’association internationale des opérateurs mobiles) pour avoir le droit d’utiliser une iSIM en lieu et place des eSIM et SIM. L’annonce va plus loin, puisqu’une iSIM sera intégré au sein du fameux processeur Snapdragon que l’on trouve dans la plupart des smartphones vendus sur la planète.

Dans le détail, l’iSIM sera intégré au sein du SoC (system-on-a-chip), la puce d’un smartphone ou d’un objet connecté (montre, bague, lunettes, etc.) regroupant notamment le processeur, la mémoire ou encore le modem 5G. Cette intégration se fera dans un premier temps au sein du Snapdragon 8 Gen 2 qui est notamment présent sur le Vivo X90 Pro Plus, mais aussi et surtout dans le Galaxy S23 de Samsung.

Pourquoi c’est important

La certification de l’iSIM développée par Thales et intégrée par Qualcomm dans un processeur mobile est une étape importante. Elle permet aux constructeurs de smartphones (Apple, Samsung, etc.) de commercialiser des produits intégrant cette fameuse iSIM. La certification indique également que le niveau de sécurité de l’iSIM est aussi élevé que celui de l’eSIM.

En revanche, Qualcomm n’a pas annoncé si l’iSIM était une option que le constructeur doit choisir lors de la commande du Snapdragon 8 Gen 2, ou si elle est forcément présente et activable à la demande par le constructeur. Ce dernier pouvant alors ensuite proposer l’iSIM à ses clients qui ont acheté le produit, que ce soit un smartphone ou une montre connectée par exemple.

Ce qui nous semble assez certain en revanche, c’est le fait que les smartphones déjà vendus avec un Snapdragon 8 Gen 2, comme le Galaxy S23 de Samsung, ne pourront pas profiter de cette nouveauté, à cause des certifications nécessaires. À moins qu’une mise à jour à distance vienne régler tout cela.

Quel intérêt de l’iSIM ?

Mais au fait, pourquoi passer à l’iSIM alors que l’eSIM est présente depuis seulement 2016 avec la Samsung Gear S2 Classic 3G ? Les raisons sont assez simples à comprendre. Une eSIM a beau être miniaturisée, elle prend quand même de la place sur le PCB (carte électronique) d’un smartphone ou d’un objet connecté. Le gros avantage de l’iSIM, c’est qu’elle ne prend pas de place : elle est directement intégrée au SoC, qui ne change pas de taille avec ou sans cette fameuse iSIM intégrée.

Vous l’aurez compris, l’iSIM permettra donc de concevoir et de produire des objets connectés de plus en plus compacts et fins. Sur sa page explicative de la technologie, Thales met l’accent sur les objets connectés, puisque ce sont surtout eux qui cherchent à être le plus miniature possible. L’iSIM leur permettra alors de réduire la taille de leur PCB, mais aussi de réduire la consommation, avec un élément en moins à alimenter, car déjà présent dans une autre puce nécessaire au fonctionnement de l’appareil.

Un autre avantage de l’iSIM, c’est de pouvoir commercialiser un produit plus rapidement et moins cher. Il y a en effet une puce en moins à intégrer au sein du produit. Ce qui permet de réduire la taille de la carte électronique, mais aussi de se passer de longs et coûteux tests, déjà réalisés en amont par Qualcomm.

Quand arrivera la première iSIM ?

Thales pense que l’iSIM arrivera d’abord dans un smartphone haut de gamme. Il est alors possible que le futur Samsung Galaxy S24 intègre cette technologie puisque le géant coréen a toujours été friand dans l’intégration rapide des nouvelles technologies, à l’image de l’eSIM en 2016. Mais il est aussi possible qu’un constructeur chinois un peu plus flexible sur son calendrier de sorties grille la politesse à Samsung, comme il se murmure que le Galaxy S24 adoptera la future puce de Qualcomm, le Snapdragon 8 Gen 3.

Quoi qu’il arrive, le groupe français d’électronique prévoit que l’essor des iSIM passera surtout par les objets connectés, avec un déploiement massif en 2024.


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.