Tout mobinaute avait pu remarquer que Gameloft s’est montré plutôt discret sur le terrain des sorties de nouveaux jeux durant l’année 2014. En termes de résultats financiers, cela se ressent, au vu des chiffres publiés aujourd’hui.

gameloft-logo

« 2014 aura été une année en demi-teinte », avoue d’emblée Gameloft, dans un communiqué établissant les résultats financiers de l’éditeur de jeux vidéo mobiles pour l’année écoulée. Ce que l’on constate pour commencer : un chiffre d’affaires de 227,3 millions d’euros, en toute petite hausse de 1 % par rapport à l’année précédente à taux de change constant… et une baisse de 3 % à données publiées. Comprenez que Gameloft a gagné moins qu’en 2013, où il avait engrangé 233,3 millions d’euros, avec une hausse de 12 % sur un an, à moins que les résultats définitifs de l’éditeur, publiés le 18 mars prochain, ne viennent changer la donne. Ce qui ne l’empêche pas de revendiquer sa place de leader en termes de téléchargements sur l’App Store et de deuxième sur le Play Store, selon le classement établi par le célèbre cabinet App Annie.

Gameloft vit sur ses valeurs sûres

Cette perte de vitesse s’explique par l’évolution du catalogue de Gameloft en 2014. Si l’éditeur insiste sur les nouveaux titres lancés dans le courant de l’année, dont notamment Cars, Action Star G, Pastry Paradise et Brothers in Arms 3: Sons of War, force est de constater que les nouveaux titres ont été rares. Gameloft s’est essentiellement appuyé sur des suites déjà connues (Modern Combat 5) et s’est contenté de peu de franchises d’envergure. L’éditeur avoue d’ailleurs tirer « près de 90 % du chiffre d’affaires 2014 » des jeux de son back-catalogue : ses « petits jeux », ses titres lancés il y a longtemps, bref ses récentes sorties comptent pour bien peu dans ses revenus. Peut-on incriminer un virage pris tardivement vers le monde controversé du freemium, remplaçant un modèle payant (premium) générant potentiellement moins de téléchargements, mais assurant une base de revenus solide ? On peut assez facilement l’envisager.

Pour contrer la décroissance constatée en 2014, Gameloft s’appuie déjà sur deux jeux très grand public, Dragon Mania Legends et Puzzle Pets, tous deux lancés autour du 20 janvier dernier. Trois autres titres sont prévus avant la fin de ce premier trimestre, dont un nouvel opus du fameux Dungeon Hunter, une valeur sûre chez Gameloft. En espérant que des titres originaux viennent apporter un vent de fraîcheur sur un catalogue un brin morose : en tout, l’éditeur promet la sortie d’une vingtaine de jeux par an.