Le feuilleton financier de l’automne continue. Deux semaines après sa prise de participation au sein d’Ubisoft et de Gameloft, Vivendi se montre maintenant intéressée par une prise de contrôle des deux sociétés.

gameloft logo

Petit rappel des faits : il y a deux semaines, Vivendi, la société de Vincent Bolloré, annonçait dans un communiqué de presse (et comme l’y obligeait la loi) qu’il avait acheté des actions des deux poids lourds du jeu vidéo français, Ubisoft et Gameloft. Ce qui passait alors pour un simple placement de liquidités (depuis la revente d’Activision, Vivendi dispose d’une trésorerie de plusieurs milliards de dollars), s’est toutefois transformé rapidement en rachat plus ou un moins agressif une semaine plus tard, lorsque Vivendi a annoncé avoir encore augmenté sa part au capital d’Ubisoft et de Gameloft.

Ubisoft et Gameloft dirigés par Vincent Bolloré ?

La question que tout le monde se pose aujourd’hui est de savoir ce que désire réellement Vincent Bolloré, le PDG de Vivendi, à la manœuvre derrière ces achats. Un communiqué de presse provenant de Vivendi répond en partie à cette question. On peut notamment y lire :

« Le Groupe [Vivendi, NDLR] envisage de poursuivre ses achats en fonction des conditions de marché. Ces achats [d’actions d’Ubisoft et de Gameloft, NDLR] n’ont pas été spécifiquement conçus comme une étape préparatoire à un projet de prise de contrôle d’Ubisoft et Gameloft. Néanmoins, sur les six prochains mois, Vivendi ne peut pas écarter la possibilité d’envisager un tel projet. »

Aux dernières nouvelles, Vivendi se positionnait comme le premier actionnaire d’Ubisoft avec 10,39 % des actions devant la famille Guillemot, qui en possède 9,40 %. Les Guillemots ont toutefois encore le contrôle de la société puisque leurs voix comptent doubles au conseil d’administration. Quant à Gameloft, Vivendi possède 10,20 % des actions le plaçant ainsi troisième plus gros actionnaire de la société derrière Amber Capital (13,13 %) et la Famille Guillemot (22,49 %).

Des rachats « stratégiques »

Enfin, Vivendi a précisé pourquoi les deux sociétés l’intéressaient. On peut ainsi lire dans le communiqué de presse : « L’investissement de Vivendi dans le secteur d’activité d’Ubisoft et Gameloft participe d’une vision stratégique de convergence opérationnelle entre les contenus et les plates-formes de Vivendi et les productions des deux sociétés dans le domaine des jeux vidéo ». En d’autres termes, Vivendi considère qu’en plus de la télévision (Canal+) et la musique (Universal), le jeu vidéo sera une pièce supplémentaire à son conglomérat du divertissement. Une stratégie qui a le mérite de la cohérence.