Twist n’Catch. C’est le nom de ce jeu, qui est pour le moins original. Le concept est simple : vous devez, par l’intermédiaire d’un certain Emmet Black, aller récupérer un petit diamant tout en étant suspendu à une corde et ceci grâce à l’accéléromètre de votre téléphone.

En fait, si vous avez la mémoire courte (très courte alors !), nous avions publié un petit article il y a un peu plus de vingts jours sur ce jeu. N’hésitez pas à aller le voir pour avoir un peu plus de renseignements ou aller directement sur leur site internet. Le jeu est d’ores et déjà disponible sur l’Android Market en version Demo ou payante (0.79€).

IlluMarket

Nous avons eu la possibilité de rencontrer Sophie Peseux, une jeune femme passionnée de jeux vidéos qui a décidé de participer à la création d’un studio de développement, nommé « Okugi », basée à Nîmes (30).

Frandroid : Bonjour Sophie. Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Sophie Peseux : Bonjour Pierre-Olivier et lecteurs de FrAndoid !
Je m’appelle Sophie Peseux; j’ai 31 ans et suis actuellement directrice et co-fondatrice d’Okugi Studio, une société indépendante de jeux vidéo à Nîmes.
Nous avons créé cette entreprise début 2011 avec 4 associés, tous passionnés par le monde du jeu vidéo !
Mes rôles, chez Okugi, sont assez variés puisque je m’occupe aussi bien de la gestion et du développement de la société, de la partie communication/marketing que de la phase création de nos produits.
Ergonome de métier, ma contribution consiste à rendre intuitif, dans leur utilisation, les jeux que nous développons. Il n’y a rien de plus frustrant que de passer des heures à comprendre ce que l’on doit faire pour au final ne pas s’amuser !
Je suis en quelque sorte, la voix des joueurs. :)

C’est assez surprenant mais c’est la première fois que nous passons en entrevue quelqu’un du monde du jeu-vidéo ! Comment es-tu arrivée dans cet univers ?

J’y suis arrivée tout naturellement, en jouant…
Passionnée de jeux vidéo depuis mon plus jeune âge, je me suis nourrie de Sonic et de Mario; j’ai plongé dans l’univers loufoque de Day of the tentacles; adoré les ambiances torturées de Silent Hill, Resident Evil ou Dead Space et tant d’autres jeux qui communiquent, chacun à leur façon, une émotion particulière.
C’est tout naturellement que je me suis orientée vers le métier de l’ergonomie des nouvelles technologies et que j’ai, ainsi, pu entrer dans le monde de la création de jeux vidéo.

Tu as choisi de créer ta propre entreprise. Pourquoi ? Quelle est l’histoire en arrière de cette création ?

Créer son entreprise c’est avant tout une question de motivation et d’organisation.
En tant que société, nous bénéficions des conseils et du suivi d’Innov’Up, un organisme spécialisé dans l’accompagnement à la création et au développement d’entreprises innovantes, ce qui représente un soutien non négligeable.

Pour l’histoire, tout a commencé, pour mes associés et moi-même, après la fermeture de la société de jeux vidéo qui nous employait. Nous avons alors décidé de nous lancer et de créer Okugi Studio dans le but de concevoir nos propres jeux avec une vraie liberté d’expression.

Mais cela représente également un nouveau challenge puisque nous devons assurer, en plus de la réalisation du produit de A à Z, la gestion financière, la gestion humaine et également la commercialisation et la promotion de nos créations. Ce n’est donc pas de tout repos mais l’aboutissement de notre jeu Twist n’Catch est une réelle satisfaction pour toute l’équipe qui collabore depuis plusieurs mois sur ce projet !

Sur PC, je n’ai aucune idée, mais sur Android, vous distribuez vos jeux directement sans intermédiaire. Qu’est-ce que ça change concrètement pour un studio comme le vôtre ?

L’avènement de l’ère du dématérialisé permet désormais à de petites structures, comme la nôtre, d’exister sans avoir à recourir à un système onéreux et complexe de distribution physique (en magasin).
De plus, grâce au dématérialisé et aux différentes plate-formes de téléchargement, il nous est enfin possible de toucher le public directement, sans intermédiaire, avec des produits créatifs et originaux qui auraient difficilement vu le jour sous la pression et les contraintes d’un éditeur.

Sur Android, travaillez-vous avec le SDK ou avec le NDK ? Pourquoi ?

Unity3D, la plateforme de développement que nous utilisons, compile uniquement en code natif et utilise donc, pour ce faire, l’Android NDK.

Dans l’actualité récente, y a-t-il des choses qui t’ont marquées ? Pourquoi ?

L’essor incroyable des smartphones depuis quelques années : nos vieux téléphones se sont vus très rapidement remplacés par ses petits bijoux de technologie.
Ils nous permettent aussi bien de travailler de n’importe où, avec l’accès à internet, la gestion de nos mails, la gestion de nos plannings, que de nous détendre avec de la musique, de la vidéo et évidemment des jeux.
C’est d’ailleurs ce qui nous a poussé à réaliser Twist n’Catch !

Comme à notre habitude, le mot de la fin t’appartient !

Twist n’Catch est un jeu fait par des joueurs pour des joueurs et nous espérons que la communauté appréciera !

« Le concept est ingénieux et prenant » - jeuxvideo.com (14/20)« Une expérience furieusement prenante et qui vous occupera de nombreuses heures. On en redemande ! » - IPhoneSoft (15/20) « N’hésitez pas et ruez-vous sur cette petite perle de jeu en deux dimensions qui mérite largement sa place...

« Le concept est ingénieux et prenant » - jeuxvideo.com (14/20)« Une expérience furieusement prenante et qui vous occupera de nombreuses heures. On en redemande ! » - IPhoneSoft (15/20) « N’hésitez pas et ruez-vous sur cette petite perle de jeu en deux dimensions qui mérite largement sa place...