Lors de son lancement sur le marché mobile, HMD avait promis que les smartphones Nokia seraient mis à jour rapidement. Je pense que la promesse n’est pas tenue.

En plus de la généralisation des doubles appareils photo et l’émergence des design borderless, l’année 2017 aura été marquée par le retour de la marque Nokia sur le marché mobile avec des smartphones sous Android. Derrière ce retour se cache le fabricant HMD, une jeune entreprise finlandaise crée par des anciens de Nokia et de Microsoft Mobile, déçus du rachat de la branche mobile de Nokia par la firme de Redmond.

Pour se différencier sur un marché du smartphone Android déjà très mature, avec des acteurs établis très puissants comme Huawei et Samsung, HMD a décidé de prendre une approche différente en misant sur la qualité de fabrication de ses appareils, et l’utilisation d’une version « pure » d’Android, sans interface personnalisée. Ce choix permettait aussi à HMD de promettre des mises à jour rapides, et des smartphones bénéficiant toujours des dernières mises à jour de sécurité.

Mise à jour de sécurité : promesse tenue 👍

Quel est le plus important ? Les mises à jour de fonctionnalités, comme Android 8.0 Oreo, ou les mises à jour sécurité publiée chaque mois par Google ? Ces dernières n’apportent aucune nouveauté, mais assurent d’être à l’abri des failles découvertes dans le système mobile.

KRACK est le dernier exemple en date illustrant pourquoi il est important d’avoir accès aux mises à jour de sécurité, que les fabricants ne déploient malheureusement pas toujours, ou pas tous les mois.

À ce sujet, le travail de HMD est exemplaire : tous les smartphones de la gamme sont mis à jour chaque mois, parfois même avant les propres smartphones de Google.

Mise à jour vers Android 8.0 Oreo : c’est déjà trop long 👎

On attendait des nouveaux smartphones Nokia qu’ils soient parmi les premiers à proposer Android 8.0 Oreo. Pourtant, deux mois après le début du déploiement par Google, on ne voit toujours aucune trace d’une mise à jour vers le nouveau système sur les produits Nokia, même sur le fleuron Nokia 8.

Pourtant, OnePlus propose déjà une beta du système aux utilisateurs des OnePlus 3 et OnePlus 3T, Sony intègre nativement le système à ses nouveaux smartphones sortis quelques semaines après le Nokia 8, et pire, Huawei propose une bêta sur le Mate 9. Ce dernier exemple est le plus fatal, si les interfaces de OnePlus et Sony sont plutôt légères et demandent peu de travail d’adaptation, l’interface EMUI de Huawei est bien plus lourde et modifie le système en profondeur.

Rien de grave, aucun fabricant n’a proposé de mise à jour stable pour le moment, et Nokia pourrait être le premier, mais deux mois à attendre c’est déjà trop long pour la promesse d’un système « always up to date » (« toujours à jour »). Avec le Android PDK, les fabricants ont accès en avance dans l’année à la nouvelle version d’Android pour commencer le travail d’adaptation, ce qui devrait leur permettre de se rapprocher de ce que fait Google avec ses gammes Nexus et Pixel.

Les nouveaux smartphones sous Android 7.1 Nougat 🙅

HMD a dévoilé mi-octobre le Nokia 7, deux mois après le lancement d’Android 8.0 Oreo, et pourtant le téléphone tourne sous Android 7.1 Nougat.

Si l’on pouvait pardonner la lenteur des mises à jour sur les téléphones sortis avant Oreo, puisque les autres fabricants sauf Google sont également lents, ce n’est pas le cas sur les téléphones neufs. Comme on l’a dit plus haut, les nouveaux smartphones de Sony tournent sous Android 8.0 Oreo. Même les nouveaux produits de Huawei, le Mate 10 et le Mate 10 Pro, tournent sous la dernière version du système.

HMD semble donc n’avoir aucune excuse pour sortir un téléphone aussi tardivement avec un logiciel en retard.

L’entrée de gamme : un véritable enjeu pour HMD

Après ces analyses des premiers mois d’HMD sur le marché mobile, il reste un enjeu à préciser, celui de l’entrée de gamme. Les fabricants assurent parfois des mises à jour relativement rapides de leurs fleurons vers la dernière version d’Android, mais négligent quasi tous leurs produits moins chers. HMD pourrait ici tirer son épingle du jeu.

Si le fabricant parvient à proposer une mise à jour vers Android 8.0 Oreo avant la fin de l’année, même sur ses produits les moins chers comme le Nokia 3 ou le Nokia 5, alors il sera bien plus simple de conseiller leurs produits, même lorsque leur rapport qualité/prix pourrait être moins bon que la concurrence sur le papier.

C’est exactement le type de bouche à oreille dont HMD a besoin pour pénétrer efficacement le marché et refaire de Nokia une marque de smartphone populaire. En assurant de bonnes performances, des mises à jour de sécurité régulière, et une mise à jour logicielle relativement rapide, les smartphones Nokia pourraient devenir « la valeur sûre » facile à conseiller à ses proches. Avant cela, il faudra faire ses preuves. Rendez-vous en 2018 pour faire un nouveau point.