Huawei HarmonyOS est une copie d’Android selon Ars Technica

HarmonyOS 2.0 serait basé sur Android 10

 

HarmonyOS serait essentiellement un fork d'Android. En d'autres mots, Huawei semble avoir littéralement repris le code source d'Android pour développer son OS maison.

Le Huawei Mate 40 Pro en main

Le Huawei Mate 40 Pro en main // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Mise à jour du 4 février 2021 : 

Huawei a réagi officiellement à cet article. On y apprend que HarmonyOS utilise de nombreuses ressources libres de droit, mais aussi que les smartphones annoncés cette année arboreront une toute nouvelle interface éloignée d’EMUI 11.

Article original du 2 février 2021 : 

Vous avez certainement suivi le feuilleton sur Frandroid : Huawei souffre d’un important embargo infligé par les États-Unis et se retrouve contraint à stopper diverses collaborations, dont celle avec Google. Les smartphones Huawei sont orphelins des services Google ce qui a obligé le constructeur chinois à proposer des alternatives.

Le Huawei Mate 40 Pro, par exemple, tourne sous Android (EMUI 11 basée sur Android 10) avec les Huawei Mobile Services (HMS), l’AppGallery (équivalent au Play Store) et Petal Search. Ce dernier est un moteur de recherche de fichier APK si jamais vous ne trouvez pas une application Android sur l’AppGallery. En pratique, nous conseillons ces téléphones Android exclusivement aux connaisseurs pour plusieurs raisons, et en particulier, car l’installation de fichier .APK glané sur le web n’est pas sans risque.

D’autre part, la stratégie de Huawei a été de développer son propre OS, annoncé comme différent d’Android et d’iOS, il est nommé HarmonyOS. Cet OS doit équiper tous les produits de Huawei, y compris les TV et les montres connectées, mais aussi les smartphones dès 2021. CNN a qualifié HarmonyOS de rival d’Android et Richard Yu, le PDG du groupe de Huawei, a déclaré qu’HarmonyOS était complètement différent d’Android et d’iOS.

Ars Technica a pu accéder à la documentation d’HarmonyOS, vous pouvez aussi le faire, ainsi qu’au kit de développement (SDK) et à l’émulateur. Selon leurs premières observations, HarmonyOS serait essentiellement un fork d’Android. En d’autres mots, Huawei semble avoir littéralement repris le code source d’Android pour développer son OS maison.

À quoi ressemble cette première version d’HarmonyOS ?

Le média américain a installé l’émulateur d’HarmonyOS qui est censée faire tourner une version préliminaire de l’OS de Huawei comme si elle tournait sur un smartphone. Premier constat, HarmonyOS ressemble à EMUI, l’interface Android de Huawei. Ce n’est même pas une ressemblance, c’est une copie exacte estime Ars Technica.

HarmonyOS 2.0

HarmonyOS 2.0 // Source : Ars Technica

En fouillant dans les réglages, on peut s’apercevoir vite que le système est en réalité Android. Il semble que certains paquets (applications) sont les mêmes que ceux sur Android, néanmoins « Android » est remplacé par « HarmonyOS ». HarmonyOS serait donc basé sur Android 10, avec les services Huawei au lieu de ceux de Google. C’est parfaitement légal, on peut forker Android comme l’a fait Amazon (Fire OS), néanmoins on est loin des déclarations de Huawei qui annonçait un système bien différent d’Android.

Ars Technica a également remarqué que cette version diffère de la version open source de HarmonyOS appelée OpenHarmony, qui semble n’avoir aucun lien avec ce qui est livré sur l’émulateur. Le code source actuel d’OpenHarmony s’identifie comme une version 1.0 et ne concerne que les appareils connectés IoT, tandis que la version bêta pour les téléphones et le SDK est nommée HarmonyOS 2.0.

HarmonyOS 2.0

HarmonyOS 2.0 // Source : Ars Technica

Concernant le kit de développement (SDK) d’HarmonyOS, nommé DevEco Studio, il est basé sur l’IDE Jetbrains IntelliJ avec le moteur de production Gradle. Encore une fois, il utilise les mêmes composants de base du SDK Android Studio de Google. 

HarmonyOS, un OS pour le marché chinois ?

HarmonyOS ne serait donc qu’une marque pour promouvoir un système maison basé sur Android. Rappelons que même si Huawei perd des parts de marché importantes dans le monde, il s’agit toujours du plus grand vendeur de smartphones en Chine. Avec près de 1,4 milliard d’habitants, soit environ 18 % de la population mondiale, la Chine est un marché suffisamment grand pour HarmonyOS.

En dehors de son marché domestique, il semble encore une fois compliqué d’imaginer que Huawei soit en position pour proposer une alternative viable à l’Android de Google. Amazon avait déjà tenté avec le Fire Phone… le projet a été abandonné.

Les derniers articles